LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Composition: les enjeux du Sahara

Dissertation : Composition: les enjeux du Sahara. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  5 Janvier 2018  •  Dissertation  •  1 733 Mots (7 Pages)  •  1 078 Vues

Page 1 sur 7

Marin Tezenas TL

Mme Namias

Étude de documents :

Le Sahara, un désert riche en ressources et soumis à des conflits

        Le Sahara est aujourd'hui au cœur d'enjeux géopolitiques d'envergure à l'échelle internationale. Loin d'être qu'une vaste étendue désertique isolée et inexploitable, le plus grand désert du monde (d'une superficie de 8500km2) apparaît comme un espace de compétition du fait de ressources de plus en plus convoitées depuis les années 1950,  par de nombreux acteurs économiques. Ces immenses ressources sahariennes constituent à la fois un facteur de richesse et la cause de conflits, voire d'affrontements. La région saharienne est en effet au cœur des débats géopolitiques actuels, car le long processus de territorialisation en fait un espace morcelé et difficilement stable. Cette position quelque peu contradictoire du Sahara est décrite dans la carte tirée du magazine Challenges février 2013, ainsi que dans l'extrait de l'ouvrage de M. Foucher intiulé Le Sahara n'est plus une frontière paru en début d'année 2013. Ces deux document s'adressent au grand public et permettent d'étudier les enjeux et contraintes d'un tel espace.

En quoi les diverses ressources de l'espace sahelo-saharien sont elles matières à développement, ainsi que sources de tensions ?

        À travers l'étude de ces documents, on s'intéressera à la position paradoxale de l'espace saharien allant de l'abondance de ses richesses à de multiples conflits. Puis, on s'interrogera sur les manques de ces documents dans le cadre d'une étude plus globale.

        Contrairement aux idées reçues, le Sahara est un espace riche en ressources à l'échelle régionale comme mondiale. D'après le document 1, le Sahara présente un grande variété de richesses minières comme le fer en Mauritanie, l'or au Mali ou encore l'Uranium au Niger. En effet, la région saharienne renferme d'abondantes richesses qui s'avèrent inégalement réparties. Si le territoire saharien est contraignant du fait de son aridité et du peu de précipitation, il constitue une véritable zone d'exploitation de ressources souterraines et de nappes aquifères fossiles qui suscitent des convoitises multiples venant d'acteurs étrangers comme les firmes transnationales implantées au sein des puissances mondiales actuelles (Chine, Inde, États-Unis, Europe, Corée du Sud, etc.), ou bien d'États locaux par rapport à la question de l'eau. Cette richesse en ressources fait alors l'objet d'un mode d'exploitation bien particulier et commun aux divers détenteurs africains de ces espaces convoités. On observe sur le document 1 que les diverses ressources présentes au Niger, au Mali ou en Mauritanie sont majoritairement exportées. Ainsi, la vente de ces ressources aux différents acteurs économiques d'envergure participe à un phénomène d'économie de rente, au sein duquel le pays en question vends ce dont il dispose à ces acteurs étrangers sans en profiter lui même. Cette exportation pose alors problème car si l'Afrique possède près de 30% des réserves en minerais de la planète, la surexploitation de ces richesses n'est pas forcément bénéfique aux nations africaines, et le Sahara est un espace très représentatif de cette difficulté. Certaines nations privilégie le bénéfice direct au dépends d'investissements à long terme ce qui freine de manière considérable le développement d'une nation.

        De plus, la localisation de certains pays rends difficile l'intégration à la mondialisation. Le document 1 est d'ailleurs centré sur les États saharo-sahéliens les plus marqués par un phénomène d'enclavement. Le Tchad, le Niger ou encore le Mali sont isolés car ils n'ont pas de façades maritimes contrairement aux États du Maghreb par exemple qui exporte par la Méditerranée. Historiquement, c'est surtout depuis l'indépendance des pays africains et le processus de décolonisation que beaucoup d'États sont enclavés dans un système de compétition d'import-export maritime. L'Afrique a d'ailleurs le taux le plus élevé d'Etats enclavés (32%) et les premiers inconvénient de cet enclavement est la mise à l'écart de ces États vis à vis des grands réseaux mondiaux. Une meilleure gestion des ressources apparaît comme l'un des enjeux majeurs d'une Afrique en marche vers une meilleure situation économique. L'économie de rente n'est pas un système économique durable car elle est basée sur l'exploitation de ressources limitées. Sur la carte, on observe par exemple que l'économie mauritanienne se base essentiellement sur l'exportation massive de produits de la mer. La Mauritanie est un bel exemple de désenclavement car grâce à une gestion responsable de la pêche depuis plusieurs décennies, ce secteur d'activité contribue au développement du pays et constitue entre 20% et 30% des recettes budgétaires du pays. La Mauritanie est apparaît comme un exemple de pays en marche vers la mondialisation, dont les villes connaissent un fort étalement urbain et une expansion rapide.

        Le Sahara est un espace riche en ressources et une zone de grands échanges commerciaux. L'urbanisation, le développement d'activités attractives et de l'agriculture sont les reflets du développement du continent, contrasté cependant par de multiples conflits, allant par fois jusqu'à de violents affrontements armés.

        Dans le document 2, l'auteur évoque la dimension conflictuelles du Sahara qui s'explique par un mauvais tracé frontalier durant la période de décolonisation. En effet, la région saharienne composée d'une dizaine d'États indépendants (Maroc, Libye, Algérie, Tunisie, Egypte, Soudan, Mali, Tchad, Sahara occidental et Mauritanie) fait l'objet de nombreux conflits internes, non sans lien avec le découpage quelque peu hasardeux du territoire par les ex-colons européens, un découpage qui ne respecte pas les différents groupes ethniques et leurs territoires, sans se soucier des affinités entre ces différents groupes : « les tracés frontaliers hérités expliquent notamment le caractère récurrent des revendications d'indépendance et d'autonomie ». Ainsi sont regroupées des populations que tout sépare culturellement, religieusement parlant et dont les modes de vie diffèrent ce qui rends l'entente entre les peuples peu envisageable. C'est le cas du Sahara occidental entre 1975 et 1976, période durant laquelle le Maroc et le front Polisario (ancienne colonie espagnole)  avec le soutient de l'Algérie se disputent le contrôle du territoire ce qui donne lieu à de multiples affrontements, faisant des dizaines de milliers de réfugiés en Algérie. Ces conflits entre ethnies peuvent donc causer de forts mouvements de populations réfugiées comme lors de la guerre civile entre le Tchad et le Soudan en 2003. Ces conflits inter-Etats contribuent à l'instabilité du Sahara et la question de la sécurité au sein des territoire est un enjeu crucial du développement du continent.

...

Télécharger au format  txt (11.1 Kb)   pdf (103.1 Kb)   docx (14 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com