LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Salut, Pourrais-tu Me Prêter Des Pioches ?

Mémoire : Salut, Pourrais-tu Me Prêter Des Pioches ?. Recherche parmi 274 000+ dissertations

Par   •  29 Janvier 2013  •  1 892 Mots (8 Pages)  •  1 119 Vues

Page 1 sur 8

1. Les politiques

des pouvoirs publics et des collectivités territoriales en

faveur du tourisme.

2. Le manque de

reconnaissance du poids économique, social et stratégique

du tourisme.

3. L’insuffisance

des moyens budgétaires affectés au tourisme.

4. La politique

de promotion de la France à l’étranger.

Eléments

d’avenir/prospective.

Etat des lieux/évolutions en cours

1. Les politiques des pouvoirs publics et des collectivités

territoriales en faveur du tourisme.

La plupart des régions, des départements,

et des communes, ou encore des groupements de communes, ont lancé

des politiques de développement touristique au cours de la dernière

décennie, et en particulier les villes. Même si la majorité

des investissements dans le secteur touristique relève des opérateurs

privés, le rôle des collectivités publiques (nationales,

régionales et nationales), bien que décroissant, reste

très important.

Les interventions publiques, directes ou indirectes,

nationales, régionales ou locales, ont été de nature

très diverses :

réalisation

d’infrastructures de transport (autoroutes, réseau TGV) ;

soutien

à des grosses opérations d’intérêt national, ou

projets d’investissement (Disneyland Paris, Futuroscope, Bioscope, …)

;

commercialisation,

information et promotion touristique ;

prise

de participation dans des entreprises mixtes ;

subventions,

bonification de taux d’intérêt ;

études

et ingénierie ;

enseignement

et formation,…

Notons qu’au cours des dernières années,

les administrations du tourisme, fidèle reflet du découpage

administratif de la France et non de celui de ses zones et filières

touristiques, ont joué à leur niveau un rôle plus

sensible d’accueil et de promotion des destinations que de coordination

et de stimulation de l’activité. Elles recherchent toujours davantage

la performance en termes de nombre de touristes accueillis plutôt

que de chiffre d’affaires réel, et encore moins de rentabilité.

Au cours des deux dernières années, les

pouvoirs publics ont recentré leurs priorités sur le tourisme

social et associatif : facilitation de l’accès aux vacances pour

les catégories défavorisées et les handicapées,

réduction des inégalités existantes (chèques-vacances

désormais ouverts aux personnels des PME), soutien aux hébergements

sociaux, ….

Parallèlement, d’autres administrations agissent

sur le tourisme : culture, environnement, agriculture - avec des moyens

considérablement plus importants que ceux du ministère

chargé du Tourisme, mais avec des logiques d’intervention parfois

en contradiction avec celles du tourisme.

Quant aux instances européennes, elles sont

intervenues surtout dans la défense du touriste-consommateur,

et ont insuffisamment assuré la promotion de la destination Europe

sur les marchés lointains.

Les deux acteurs institutionnels les plus actifs ont

été Maison de la France, dont le rôle est de faire

connaître l’hexagone et ses ressources touristiques sur les principaux

marchés étrangers (existants et émergents), et

les collectivités territoriales, initiateurs et catalyseurs importants

de l’activité touristique, dans un objectif de développement

local.

L’Agence Française d’Ingénierie Touristique

a une part non négligeable dans la connaissance des filières

de marchés et de produits, et la structuration de l’offre touristique.

Il arrive aux collectivités de jouer un rôle

qui leur est parfois contesté dans la mesure où elles

se substituent souvent à l’économie de marché,

par une prise en charge directe des déficits et/ou des investissements

(y compris par des mesures de défiscalisation), instaurant des

...

Télécharger au format  txt (13.3 Kb)   pdf (136.5 Kb)   docx (15.9 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com