LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Prise En Charge D'un Patient Algique

Compte Rendu : Prise En Charge D'un Patient Algique. Recherche parmi 279 000+ dissertations

Par   •  16 Septembre 2013  •  970 Mots (4 Pages)  •  1 891 Vues

Page 1 sur 4

Analyse de la situation de Madame B

Identification de la patiente : Madame B âgée de 99 ans née le 11/11/1912 en Italie.

La situation se déroule lors de ma 3ème semaine de stage ce qui correspond à ma première semaine passée avec les infirmières. Nous nous rendons au domicile de madame B pour lui administrer des injections d’insulines (l’hémoglucotest est préalablement réalisé à jeun par sa fille qui vit avec elle) et pour réaliser le pansement d’amputation qui est refait tous les 2 jours. Madame B est toujours très angoissée le jour où on lui refait son pansement, au point parfois de ne pas en dormir la nuit, car elle est très algique. Sa fille lui douche le pied pendant 10 min et lui administre de la Xylocaïne avant notre arrivée pour que celui-ci soit actif lors de la réfection du pansement. Arrivées au domicile, la dame me donne son accord pour que ce soit moi qui fasse tous les soins du jour. Après avoir injecté l’insuline, je passe au pansement. Madame B se crispe déjà, fronce les sourcils, ne parle plus, se renferme et ne pense qu’au pansement malgré l’anesthésiant local et mes efforts pour lui parler d’autre chose. Au moment de déterger, une aide soignante du CCAS arrive pour lui faire sa toilette. Cette aide soignante monte un projet pour former les soignants à des méthodes de relaxation, de sophrologie pour soi et pour le patient. Elle voit donc madame B qui souffre et se met alors à discuter avec elle des choses qu’elle aime, de son passé….Madame B ne pense plus du tout au pansement, se détend petit à petit et j’ai pu ainsi être bien efficace en détergeant la plaie correctement. Une fois le pansement refait madame B parlait toujours avec l’aide soignante et ne s’est pas du tout rendu compte du temps passé et n’a ressenti aucune douleur.

QUESTIONNEMENT

Pourquoi Madame B appréhende ce soin ?

ANALYSE

-On dit souvent que la prise en charge de la douleur est primordiale mais est-elle seulement suffisante chez certaines personnes ?

-N’existe-il pas d’autre méthode que celle médicamenteuse pour soulager la douleur ?

-Pourquoi cette méthode de relaxation, sophrologie, efficace chez cette patiente, n’est pas prise en compte dans la prise en charge de la douleur ?

-Ne faudrait-il pas, à un instant donné, réévaluer la prise en charge de la douleur ?

-Ne faudrait-il pas proposer un type de formation de sophrologie aux soignants pour être préparé à ce type de situation afin de pouvoir passer ce soin dans les meilleures conditions possibles ?

-Peut –être aussi parce que certains soignants préfèrent plus déterger que d’autres malgré la douleur et ont réussi à « traumatiser » madame B ?

Une question s‘impose en préambule : qu'est-ce que la sophrologie ? De quoi s'agit-il ? La sophrologie a été développée par le colombien Alfonso Caycedo, à partir des années soixante, par l'association de techniques tant occidentales (Schultz, Jacobson) qu'orientales (yoga, méditation). Elle fait partie des thérapies humanistes c'est-à-dire des thérapies

...

Télécharger au format  txt (5.9 Kb)   pdf (77.9 Kb)   docx (10.2 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com