LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Mophosyntaxe Valeur Du Verbe

Rapports de Stage : Mophosyntaxe Valeur Du Verbe. Recherche parmi 233 000+ dissertations

Par   •  31 Décembre 2011  •  1 006 Mots (5 Pages)  •  581 Vues

Page 1 sur 5

L’ASPECT

La forme verbale superpose le plus souvent les deux indications de temps et d’aspect. Ex : Il vivait en Italie. Il vécut en Italie. Il s’agit bien dans les deux cas de procès passés, antérieurs au moment de l’énonciation.

A l’imparfait : l’action est envisagée de l’intérieur, décomposées moment après moment, sans que ses limites ne soient prises en compte (ni début, ni fin).

Au passé simple : le point de vue est extérieur et c’est l’ensemble du procès dans sa globalité (début, déroulement et fin) qui est présenté.

On aura donc intérêt à opposer, entre autres exemples, imparfait et passé simple sous le chef, non du temps, mais de l’aspect. L’aspect est la manière dont la forme verbale présente le procès ou, si l’on veut, le point de vue dont est envisagé son déroulement propre.

I. Aspect grammatical

Les indications aspectuelles se rattachent parfois à des marques grammaticales, en l’occurrence les formes verbales elle-même.

A. Aspect accompli, aspect non accompli

Tout procès, et donc toute forme verbale, suppose à la fois un point de départ, un déroulement et un terme. Selon que la forme verbale déclare ce terme accompli ou que le procès est en cours d’accomplissement la morphologie verbale oppose les formes simples( aspect non accompli : J’aime bien ce livre (cela continue d’être vrai)) et les formes composées (aspect accompli : J’ai bien aimé ce livre). Chaque forme simple se trouve ainsi mise en relation avec une forme composée :

Mode

Forme simple

Forme composée

indicatif

je lis (présent)

je lirai (futur)

je lus (passé simple)

je lisais (imparfait)

je lirais (conditionnel)

j’ai lu (passé composé)

j’aurai lu (futur antérieur)

j’eus lu (passé antérieur)

j’avais lu (+que parfait)

j’aurai lu (conditionnel passé)

subjonctif

que je lise (subj. pr.)

que je lusse (subj. passé)

que j’ai lue (subj. passé)

que j’eusse lu (subj. +que parf.)

infinitif

lire (inf. présent)

avoir lu (inf. passé)

participe

lisant (part. pr.)

ayant lu (part. passé)

gérondif

en lisant

en ayant lu

A la forme simple, la dénomination d’aspect non accompli est parfois source de confusion. Ce qu’indique réellement la forme simple, c’est que le procès est considéré sous l’angle de son déroulement, entre les deux bornes extrêmes, début et fin, que celles-ci soient prises en compte ou non. Ex : Il partit furieux, envisage l’action dans sa globalité. En revanche, la forme composée correspondante : Et le drôle eut lappé le tout en un moment ne prend en compte le procès qu’une fois le terme de l’action atteint ; ce qui est évoqué, c’est l’état nouveau résultant de cet achèvement.

On peut appeler tensif l’aspect indiqué par les formes simples et extensif l’aspect indiqué par les formes composées.

Attention ! La mise en relation d’une forme composée avec une forme simple s’interprète le plus souvent en terme de temporalité, de chronologie relative. La forme composée dénote alors un procès antérieur à celui de la forme simple. Ex : Ayant appris l’anglais de bonne heure, il

...

Télécharger au format  txt (6.8 Kb)   pdf (90 Kb)   docx (11.4 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com