LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Dissertation: le contrôle Social

Compte Rendu : Dissertation: le contrôle Social. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  14 Novembre 2011  •  2 789 Mots (12 Pages)  •  8 451 Vues

Page 1 sur 12

Sciences Economiques en Sociales

Dissertation

Selon Bourdieu, "L'habitus, comme le mot le dit, c'est ce que l'on a acquis, mais qui s'est incarné de façon durable dans le corps sous forme de dispositions permanentes." Ainsi, l'habitus s'acquière durant la socialisation, il est intéressant de se pencher sur ce sujet pour savoir si la socialisation est vraiment durable et permanente dans notre société ou le nombre de délit augmente jour après jour...

Une norme, c’est une règle de conduite en société, implicite ou explicite, définie en fonction des valeurs, à laquelle les individus sont censés se conformer. Les normes sont relatives, c’est à dire qu’elles varient d’une époque à l’autre, d’une société à l’autre, et même d’un groupe social à l’autre. Pour certains sociologues tel que Émile Durkheim, Pierre Bourdieu ou Pascal Bruckner, les normes sont contraignantes, elles sont produites par la société et s’imposent aux individus qui sont obligés de s’y conformer. Pour d’autres tel que Raymond Boudou, Max Weber, Jean Piaget ou Fernando Pessoa, les normes sont des guides dont se servent les individus pour orienter leurs comportements. La marge de liberté est alors plus grande et il y a la place pour l’interprétation et l’adaptation individuelle. Mais les deux analyses se rejoignent pour mettre en évidence le rôle des normes : produire un comportement social normal et permettre ainsi l’existence et le fonctionnement de la société.

Cependant, le contrôle social peut-il supprimer la déviance ?

Pour répondre a ce questionnement, nous expliciterons dans une première partie le contrôle social en deux point tels que les différentes formes du contrôle social avec les contrôle social formel et informel, et l'évolution du contrôle social avec des normes qui évoluent et les normes juridiques qui font évoluer les normes et comportements sociaux. Puis, dans une deuxième partie, nous nous intéresserons à la déviance en deux points tels que la relativité de la déviance et la déviance en tant qu'échec de la socialisation et comme résultat de difficultés d'intégration avec les buts fixés par la société et la déviance qui produit les interactions sociale.

I) Le contrôle social.

A. Les différentes formes du contrôle social…

1) Le contrôle social formel.

Le contrôle social formel est assuré par les institutions. En d’autres termes, le contrôle social formel est assuré par des agents spécialisés, compétents dans des domaines bien déterminés : le policier, le magistrat, l’instituteur, le douanier, le contremaître, le médecin, l’animateur socioculturel en sont des exemples. C’est le plus souvent un contrôle social indirect.

2) Le contrôle social informel.

Normes et Déviance

Introduction :

Les normes et leurs fonctions

Une norme, c’est une règle de conduite en société, implicite ou explicite, définie en fonction des valeurs, à laquelle les individus sont censés se conformer. Document 1 p. 260 Les normes sont relatives, c’est à dire qu’elles varient d’une époque à l’autre, d’une société à l’autre, et même d’un groupe social à l’autre. Par exemple, la longueur des cheveux tolérée (pour les hommes comme pour les femmes) est très variable d’une époque à une autre, ou d’une sous-culture à une autre. À quoi servent les normes ? Document 16 p. 266 Pour certains sociologues (les tenants du holisme méthodologique comme Émile Durkheim), les normes sont contraignantes, elles sont produites par la société et s’imposent aux individus qui sont obligés de s’y conformer. Pour d’autres (les interactionnistes et les tenants de l’individualisme méthodologique), les normes sont des guides dont se servent les individus pour orienter leurs comportements. La marge de liberté est alors plus grande et il y a la place pour l’interprétation et l’adaptation individuelle. Mais les deux analyses se rejoignent pour mettre en évidence le rôle des normes : produire un comportement social normal et permettre ainsi l’existence et le fonctionnement de la société. Deux interrogations dans ce chapitre :

{draw:rect} I – Le contrôle social

Pour assurer le respect des normes par ses membres, un groupe met d’abord en œuvre un processus de socialisation : l’intériorisation des normes fait que les individus mettent « spontanément » en application les normes du groupe. Cependant, l’intériorisation ne suffit pas toujours à assurer la conformité sociale. C’est pourquoi toute société et tout groupe social met en œuvre un contrôle social. Le contrôle social peut se définir comme l’ensemble des pressions, implicites ou explicites, qu’exerce la société pour amener les individus à se conformer aux normes.

1- Le contrôle social formel Le contrôle social formel est assuré par les institutions. En d’autres termes, le contrôle social formel est assuré par des agents spécialisés, compétents dans des domaines bien déterminés : le policier, le magistrat, l’instituteur, le douanier, le contremaître, le médecin, l’animateur socio-culturel en sont des exemples. C’est le plus souvent un contrôle social indirect. Les sanctions sont le plus souvent négatives (cas de non respect des normes obligatoires) mais elles peuvent être également positives (cas de respect de normes « facultatives). Exemple de récompenses institutionnelles : félicitations, médaille du mérite, du travail, légion d’honneur, etc. Aujourd’hui, les institutions sont de plus en plus contestées dans leur activité de contrôle social : déclin de la pratique religieuse et recul de l’emprise des Églises, crise de la famille, crise de l’autorité, suppression du service militaire qui fait que l’armée ne joue plus son rôle de contrôle social, ... Certains sociologues ont parlé de désinstitutionalisation pour désigner ce déclin des grandes institutions qui encadraient la vie sociale.

2- Le contrôle social informel Document 2 fiche « Le monde est un théâtre » (Goffman). Pour Goffman, c’est le regard de l’autre qui nous oblige à se conformer aux normes en vigueur : « Un individu en présence des autres se sent souvent obligé de se livrer à quelque activité reconnaissable et ouvertement motivée par les objectifs dits officiels du moment et du lieu ». Face au regard des autres, on cherche à montrer qu’on se

...

Télécharger au format  txt (18.4 Kb)   pdf (170.8 Kb)   docx (14.2 Kb)  
Voir 11 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com