LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Dissertation Série L: Peut-on innover, en poésie, dans l’expression du sentiment amoureux ?

Compte Rendu : Dissertation Série L: Peut-on innover, en poésie, dans l’expression du sentiment amoureux ?. Recherche parmi 279 000+ dissertations

Par   •  15 Mars 2014  •  2 113 Mots (9 Pages)  •  725 Vues

Page 1 sur 9

Peut-on innover, en poésie, dans l’expression du sentiment amoureux ?

Vous veillerez à mener une réflexion construite et à vous appuyer sur des exemples précis issus du corpus proposé, de vos travaux de classe et de vos lectures personnelles.

Quoi de plus poétique que le sentiment amoureux ? En effet la poésie a généralement été considérée comme lyrique, c’est-à-dire une expression privilégiée des sentiments. Dans le bouillonnement intérieur de notre affectivité, c’est l’amour qui engendre le plus fortement colères, joies, craintes ou tristesse. Il n’est donc pas étonnant qu’il ait particulièrement inspiré les poètes. Or pour exister il a besoin d’être exprimé. De plus, si le poète amoureux veut être accepté et remarqué, il se doit de respecter les usages tout en s’essayant à l’originalité.

Est-il donc possible d’innover en poésie lorsque l’on doit exprimer un sentiment amoureux ?

Nous examinerons d’abord si les conventions sociales et l’effet des modes ont pu contrarier l’expression originale des déclarations passionnées, pour nous intéresser ensuite aux procédés utilisés pour atténuer ces contraintes et finalement nous attacher à la puissance du langage lyrique.

Les conventions, l’effet de mode

L’expression du sentiment amoureux a été très tôt codifiée par la société afin de préserver la paix dans les familles, la tribu puis la cité. Les premiers écrits cherchent à discipliner l’ardeur de l’attrait physique, entendent respecter la femme en voyant en elle la future mère… Les jeunes femmes ne sont accessibles que dans des rencontres publiques très encadrées.

Les rites sociaux

Ces rites sociaux sont présents dans les textes du corpus. Le Moyen-Âge et la Renaissance ont connu la poésie de cour. Ronsard, déjà bien vieux pour son époque – il a cinquante-quatre ans – s’adresse à Hélène dans ses Sonnets. Hélène est un personnage réel, Hélène de Surgères, fille d’honneur de Catherine de Médicis ; mais pour Ronsard, il s’agit aussi de viser l’éternel féminin au travers de la mythique Hélène de Troie, sujet de discorde violente entre Troyens et Achéens. Des formes poétiques dédiées comme le madrigal, l’épithalame et surtout le sonnet fonctionnent comme des déclarations à distance, permises seulement parce que la proximité physique est proscrite. La Sablière est « Éloigné d[es] yeux » de son « ange ». Les mots accordent ce que la gestuelle ne pourrait s’autoriser. La cour veut bien de ces écrits qui raffinent la passion en jeux intellectuels, mythologiques et esthétiques. Elle y prend même un singulier plaisir. Cette déférence sociale autant qu’amoureuse est marquée par le « Madame » au double sens : titre respectueux et maîtresse du cœur.

L’idéalisation de la femme

Pour contenir dans des limites convenables le désir physique, cette poésie amoureuse, à la suite de la littérature courtoise, cultive l’idéalisation. La Sablière, s’adresse à l’aimée sous la forme « mon ange » qui a perdu sa force expressive pour devenir un cliché linguistique. Éluard reprend à son compte cette tradition de la femme élevée sur un piédestal de madone, il invoque « une jeune fille nue / Au milieu des mains qui la prient » et poursuit avec les premiers mots de l’Ave Maria : « Je te salue ».

La rencontre publique

Plus tard, notamment au XIXe siècle, la rencontre peut se produire lors de la fréquentation des théâtres, pendant les invitations dans les salons, et surtout au cours des bals. Charles Cros avoue son amour plein de crainte « Sur un carnet d’ivoire ». Il évoque son admiration pour la belle cavalière qui « dans un tourbillon d’étoffes / […] entre[…] follement au bal. »

Les conditions de la rencontre ainsi que les usages policés du compliment ont donc non seulement marqué la forme et le lexique du poème, mais ont souvent entravé la force de son expression en la confinant dans les limites des clichés à la mode. Molière a notamment tympanisé la fausse préciosité qui a pu trouver dans ses ridicules Trissotin les serviteurs d’un exercice de salon convenu et obséquieux.

Les procédés pour atténuer les contraintes

La question qui se pose alors immédiatement au poète est de savoir comment se faire remarquer à l’intérieur d’un réseau de contraintes tant sociales que formelles.

Aller au-delà du banal « je t’aime »

Si l’amoureux se contente d’un banal « je t’aime » même enflammé, il déçoit. Pensons au dialogue de la scène 5 de l’acte III dans Cyrano de Bergerac :

ROXANE, fermant les yeux

Oui, parlez-moi d’amour.

CHRISTIAN

Je t’aime.

ROXANE

C’est le thème.

Brodez, brodez.

CHRISTIAN

Je vous…

ROXANE

Brodez !

CHRISTIAN

Je t’aime tant.

ROXANE

Sans doute. Et puis ?

CHRISTIAN

Et puis… je serais si content

Si vous m’aimiez ! — Dis-moi, Roxane, que tu m’aimes !

ROXANE, avec une moue

Vous m’offrez du brouet quand j’espérais des crèmes !

L’insistance

Marivaux, dans le Jeu de l’amour et du hasard, évoque la puissance de la déclaration incessamment renouvelée qui peut se frayer un chemin malgré les obstacles de la hiérarchie sociale : « Mario — Je ne saurais empêcher qu’il ne t’aime, belle Lisette ; mais je ne veux pas qu’il te le dise.

Sylvia — Il ne me le dit plus ; il ne fait que me le répéter. »

Ainsi, le premier procédé

...

Télécharger au format  txt (13.3 Kb)   pdf (136.4 Kb)   docx (14.5 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com