LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

De quel genre de vie rêvent les jeunes?

Dissertation : De quel genre de vie rêvent les jeunes?. Recherche parmi 242 000+ dissertations

Par   •  27 Janvier 2013  •  Dissertation  •  516 Mots (3 Pages)  •  894 Vues

Page 1 sur 3

Des rêves minimes pour une vie sublime Certains rêvent de choses incroyables, leur souci majeur est probablement de faire fortune, de voyager et de découvrir tous les coins et les recoins du monde. D’autres, en revanche, peuvent avoir des rêves très simples, mais qui pourraient les rendre heureux, vraiment heureux.

A priori, lorsqu’on est jeune, l’on déborde d’ambitions et d’espoirs et l’on aspire à un avenir prospère. De quel genre de vie rêvent justement les jeunes?

Notre réalité est souvent assez misérable, comparée à nos rêves,

parce qu'au lieu de la vivre, on l'imagine

C'est notre audace qui nous fait voir la réalité,

et nos peurs qui voient toujours ce qu'on veut y voir

Chacune de nos illusions est la disparition d'un rêve d'enfance

et la manifestation d'une hallucination d'adulte

Il est difficile que la conscience arrive à atteindre un état de satisfaction suprême. La joie de vivre, la quiétude et le bien-être sont des objectifs communs chez tous les êtres humains. Toutefois, certains croient que le bonheur existe et font tout pour y parvenir. D’autres, pensent que le bonheur n’est qu’une illusion qui apaise nos douleurs et nous encourage à aller de l’avant. Qu’en pensent les jeunes? Où se situe justement leur bonheur?

L’existence humaine est ainsi faite : elle provoque très souvent chez l’homme des sentiments de frustrations et de désenchantement. Face à cette réalité, l’homme se trouve contraint de chercher un moyen qui lui permettrait de mieux supporter la vie. L’évasion est de ce fait, le moyen le plus sollicité ; à ce propos certains voient qu’elle est indispensable et toujours bénéfique.

Alors peut-on penser comme certains que l’évasion est la meilleure solution à nos problèmes psychologiques et existentiels ?

Sur le plan psychologique l’évasion fera preuve de satisfaction personnelle:elle nous permettra de résoudre certains problèmes intérieurs très graves vis à vis de nous mêmes, nous permettra de découvrir en nous d’autres facettes cachées et de mieux nous accepter car il nous arrive parfois de nous détester. Néanmoins, l’évasion ne présente-t-elle pas certains regrets ?

En effet, une quête excessive de l’évasion risque de faire de l’individu un désadapté, ce qui peut entraîner plusieurs troubles psychologiques. En outre, une quête excessive de l’évasion affaiblit le caractère de son sujet, elle le détourne de l’affrontement de ses problèmes. Elle peut même détruire totalement l’individu car plus elle devint grande plus le retour à la réalité devint difficile, brutale et le détachement s’accentue, ce qui peut pousser le sujet à l’autodestruction voir même à la mort ! Tel le cas d’Emma Bovary qui a fini par se suicider puis qu’elle n’arrivait plus à s’adapter à une réalité jugée trop banale et grégaire !

L’évasion devint dans ce cas danger menaçant surtout pour les adolescents qui sont très fragiles et toutes personnes qui deviennent dépendantes de cette " thérapie " car elles risquent d’être exclues et éloigner

...

Télécharger au format  txt (3.4 Kb)   pdf (56.5 Kb)   docx (9.2 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com