LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Critique du film Climax de Kévin Féllezou

Note de Recherches : Critique du film Climax de Kévin Féllezou. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  1 Mars 2013  •  901 Mots (4 Pages)  •  537 Vues

Page 1 sur 4

Climax : Film purement fictif ou réalisable ?

Climax est un court métrage en couleur datant le 2010, réalisé par Kévin Féllezou.

En 2014, les laboratoires Chimera mettent au point la première expérience de vie simulée (EVS), ce système permet au patient de vivre des souvenirs, des fantasmes et des rêves qui ne se sont jamais produits dans la réalité. Selon certains détracteurs, les images mentales insérées dans l'esprit du sujet seraient volées à d'autres personnes.

Un histoire troublante entre un homme politique, un jeune homme et un laboratoire…

Ce film classé science fiction est doté d’un art particulier, en effet on constate l’originalité de celui-ci avec beaucoup de suspense. « Climax » est un film relativement complexe, il relativise entre science fiction et réalisme, il fait preuve d’intérêt, authenticité mais aussi d’incompréhensions on parle alors de imbroglio.

En réalité ce film contient peu de dialogue ce qui peut entrainer de la mésintelligence au près de chaque individu. Cependant, il est favorisé par de la musique lors du scénario, du dénouement des actions, des stratagèmes, lors des scènes clefs et de l’intrigue.. « Climax » suscite chez les internautes énormément de curiosité et d’inquiétudes au cours du déroulement de l’affabulation du synopsis avec de nombreux flash-back et d’ellipse sur les pensées de l’acteur principal, mais chaque chose en son temps, ne dévoilons pas immédiatement la suite ainsi que sa chute !

Dans la continuité narrative, une transition appelée « fondu au noir » est particulièrement remarqué lors du passage des valses entre chaque couple où l’acteur est entre deux, entre son propre couple et esprit et celui du jeune homme qui ce languis de sa femme…

Ce film contient aussi de l’art qui met en scène l’image ainsi que l’art de la peinture et du dessin. On peut apercevoir que le metteur en scène utilise le gros plan lors de son reflet dans le miroir dans la salle de bain, ainsi que le plan rapproché durant une bonne partie du film, puis, le plan large lors du tableau des valses entre les partenaires. Il arrive que le réalisateur accentue l’expression d’une action avec une accélération lors du filmage des visions de l’homme politique qui ne sont pas les siennes sinon il utilise, la caméra à hauteur d’homme et le ralenti quand il va avoir une vision. Le zoom et la vue panoramique sont aussi utilisés.

Pour montrer l’aspect sombre du film, le cinéaste Kévin Féllezou n’utilise pas de luminosité absolu, même si la qualité de ce court métrage est médiocre, il se base avant tout sur les plans et les angles de vue.

Nous allons montrer en quoi le film « climax » de Kévin Féllezou (2010) évoque de manière singulière les souvenirs effacés et implantés en des individus divers, par les progrès de la science.

En premier lieu, on peut voir que cet extrait de cours métrage à un thème qui est les technologies de la science ainsi que les souvenirs. Il fait parti du genre science fiction car le réalisateur utilise le passé avec des flash-back, des ellipses et des remémorations, mais aussi le présent pour le retour à la réalité et l’action actuelle.

Dans ce cours

...

Télécharger au format  txt (5.2 Kb)   pdf (71.9 Kb)   docx (9.9 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com