LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Audience Publique Du 7 Novembre 2000

Recherche de Documents : Audience Publique Du 7 Novembre 2000. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  13 Octobre 2011  •  786 Mots (4 Pages)  •  715 Vues

Page 1 sur 4

Document 5 Séance N°3

Cour de cassation

chambre civile 1

Audience publique du 7 novembre 2000

N° de pourvoi: 98-17731

Publié au bulletin

Rejet.

Président : M. Lemontey

Rapporteur : M. Bargue., conseiller apporteur

Avocat général : Mme Petit., avocat général

Avocats : la SCP Richard et Mandelkern, M. Garaud., avocat(s)

REPUBLIQUE FRANCAISE

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Sur le moyen unique, pris en ses deux branches :

Attendu que M. Y..., chirurgien, a mis son cabinet à la disposition de son confrère, M. X..., en créant avec lui une société civile de moyens ; qu’ils ont ensuite conclu, le 15 mai 1991, une convention aux termes de laquelle M. Y... cédait la moitié de sa clientèle à M. X... contre le versement d’une indemnité de 500 000 francs ; que les parties ont, en outre, conclu une “ convention de garantie d’honoraires “ par laquelle M. Y... s’engageait à assurer à M. X... un chiffre d’affaires annuel minimum ; que M. X..., qui avait versé une partie du montant de l’indemnité, estimant que son confrère n’avait pas respecté ses engagements vis-à-vis de sa clientèle, a assigné celui-ci en annulation de leur convention ; que M. Y... a demandé le paiement de la somme lui restant due sur le montant conventionnellement fixé ;

Attendu que M. Y... fait grief à l’arrêt attaqué (Colmar, 2 avril 1998) d’avoir prononcé la nullité du contrat litigieux, de l’avoir condamné à rembourser à M. X... le montant des sommes déjà payées par celui-ci et de l’avoir débouté de sa demande en paiement du solde de l’indemnité prévue par la convention, alors, selon le moyen, d’une part, qu’en décidant que le contrat était nul comme portant atteinte au libre choix de son médecin par le malade, après avoir relevé qu’il faisait obligation aux parties de proposer aux patients une “ option restreinte au choix entre deux praticiens ou à l’acceptation d’un chirurgien différent de celui auquel ledit patient avait été adressé par son médecin traitant “, ce dont il résultait que le malade conservait son entière liberté de s’adresser à M. Y..., à M. X... ou à tout autre praticien, de sorte qu’il n’était pas porté atteinte à son libre choix, la cour d’appel n’a pas tiré les conséquences légales de ses propres constatations en violation des articles 1128 et 1134 du Code civil ; et alors, d’autre part, qu’en s’abstenant de rechercher comme elle y était invitée, si l’objet du contrat était en partie licite, comme faisant obligation à M. Y... de présenter M. X... à sa clientèle et de mettre à la disposition de celui-ci du matériel médical, du matériel de bureautique et du matériel de communication,

...

Télécharger au format  txt (4.8 Kb)   pdf (72.8 Kb)   docx (9.7 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com