LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Analyse de pratique: L’ablation d’un drain de Redon.

Documents Gratuits : Analyse de pratique: L’ablation d’un drain de Redon.. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  29 Octobre 2012  •  1 805 Mots (8 Pages)  •  3 500 Vues

Page 1 sur 8

Promotion 2010-2013

Semestre 6

ANALYSE DE PRATIQUE

Ablation d'un redon

INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIER

INTRODUCTION

Mr Y. 51 ans est hospitalisé suite à un rétablissement de Hartmann, il est à J5 de son intervention. Mr Y. a subit une laparotomie. De ce fait, un redon a été mis en place permettant l'évacuation du liquide résiduel intra-abdominal. Conformément à la prescription médicale nous devons procéder à l'ablation du redon.

Je n'avais observé ce soin qu'une seule fois, c'est donc la première fois que je le réalise. Je souhaite donc analyser cette pratique afin d’identifier les éléments à améliorer pour le réaliser de manière optimale la prochaine fois.

DESCRIPTION

Tout d'abord, je vérifie la prescription médicale puis l'infirmière me demande de préparer le matériel sur un chariot de soin. Je place un set à pansement complet, un coupe fil stérile, des gants non stériles à usage unique, des compresses stériles, un pansement américain non stérile, un pansement sec stérile, bétadine SCRUB, dermique, du serum physiologique, une poche poubelle DASRI, une poche poubelle ordure ménagère. L'infirmière valide ce matériel puis m'explique rapidement ce que je devrais faire. Elle me précise qu'il faudra nettoyer les berges avant l'ablation du redon. Ensuite, elle m'informe qu'en tirant sur celui-ci je sentirai une résistance, il faudra donc avoir un geste assuré. Elle me dit de commencer à m'installer puis de l'appeler lorsque je suis prête.

Après avoir frappé à la porte j'entre dans la chambre. Je me présente à Mr Y. Je lui explique que le médecin souhaite que l'on retire le redon. Mr Y. me précise qu'il ne comprend pas trop. En effet, il m'informe que lors d'une autre hospitalisation le redon avait été enlevé lorsqu'il n'y a plus rien dans le collecteur or ici il reste 3ml. Il me précise qu'il est un peu inquiet et qu'il a peur qu'un abcès, hématome ou autre se forme. Je lui dis que je comprends qu'il soit inquiet sachant que c'est différent de la dernière fois. Je lui dis aussi que l'ablation du redon est bien justifiée au vue de la quantité dans le collecteur. Ensuite, j'observe son visage et je lui demande s'il se sent bien. Il me demande si ce sera douloureux. Je lui réponds qu'en effet c'est un soin qui peut être douloureux. Je lui explique que l'ablation dure quelques secondes et que je commencerai lorsqu'il se sentira prêt. L'infirmière arrive ensuite dans la chambre et continue à discuter avec Mr Y.

J'effectue une friction hydro-alcoolique des mains, ouvre mon set à pansement, sors le champ stérile dispose le matériel, verse la bétadine SCRUB, dermique et le sérum physiologique dans la boite du set à pansement. J'effectue une friction hydro-alcoolique des mains et enfile mes gants non stériles à usage unique et enlève le pansement. Je prends mes pinces et réalise une « poupée » avec une compresse stérile présente sur le champ. J'imbibe ma compresse de bétadine scrub et commence par nettoyer le contour du redon en tournant la compresse. De la même manière je rince avec du sérum physiologique et sèche avec une compresse sèche. Je prends le ciseau stérile et coupe le fil qui tient le redon.

Je place une protection sous le redon. J'effectue une friction hydro-alcoolique des mains et enfile les gants non stériles à usage unique. Je prépare une poupée imbibé de bétadine dermique. Ensuite je préviens le patient que je vais enlever le redon. Dans ma main droite je prends la pince avec la compresse imbibé de bétadine et avec l'autre main je tire le redon. Je sens une résistance, je regarde l'infirmière celle ci me dit de tirer de manière constante en donnant assez de force. Lorsque j'ai sorti le redon j'applique directement la compresse imbibé de bétadine. L'infirmière part de la chambre et me laisse finir. Ensuite j'élimine le redon dans la poubelle DASRI. J'enlève les gants et effectue une friction hydro-alcoolique des mains. Puis j'applique le pansement sec sur la plaie. J'élimine le matériel souillés puis effectue une friction hydro-alcoolique des mains. J'aide ensuite a réinstaller Mr. Y. et lui demande s'il a besoin de quelque chose. Celui ci me répond que non. Je dis aurevoir à Mr. Y et sors de la chambre.

ANALYSE

Risque infectieux

Un redon permet l'évacuation des liquides organiques d'une suturée. En éliminant les saignements persistants à la fin d'une intervention chirurgicale, il prévient les hématomes et les suppurations secondaires1. Au vue de la diminution du recueil des sérosités, le médecin a prescrit l'ablation du redon. Le redon étant un corps étranger présent dans le corps, cela induit un risque infectieux. De fait, l'ensemble du système doit toujours rester stérile. De plus, la plaie présente est une porte d'entrée aux micro-organismes, ce qui implique aussi un risque infectieux. C'est pourquoi, il est nécessaire de respecter l'asepsie et l'hygiène et donc les précautions standards2 recommandé par le CCLIN sud ouest. Les précautions standard permettent de prévenir la transmission croisée de micro-organismes de patient à patient, de patient à soignant et de soignant à patient. Avant d'utiliser mon chariot de soin j'ai procédé à un nettoyage-désinfection, j'ai respecté le triangle « patient-propre-sale » en mettant les poches poubelles au plus éloignées du patient afin d'éviter la transmission croisé des germes et ainsi prévenir les infections

...

Télécharger au format  txt (11.3 Kb)   pdf (124.1 Kb)   docx (12.5 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com