LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Analyse De Pratique Psychiatrie sur une patiente ayant un état dépressif avec risque suicidaire important

Mémoires Gratuits : Analyse De Pratique Psychiatrie sur une patiente ayant un état dépressif avec risque suicidaire important. Recherche parmi 259 000+ dissertations

Par   •  21 Mai 2013  •  979 Mots (4 Pages)  •  2 882 Vues

Page 1 sur 4

Introduction

La situation choisie a lieu dans un service de psychiatrie des hôpitaux sud, à Sainte Marguerite, plus précisément une unité pour patients souffrant de troubles bipolaires. Les troubles bipolaires sont définis comme étant des modifications des mécanismes de régulation de l’humeur. Concrètement, cela se traduit pas des variations de l’humeur, avec des alternances de phases hautes (manie, hypomanie, état mixte) et de phases basses (dépression).

Les patients sont traités à l’aide de thymorégulateurs, d’antipsychotiques atypiques et d’anticonvulsivants lors des épisodes maniaques et d’antidépresseurs lors des épisodes dépressifs. Les troubles du sommeil et l’anxiété (symptômes courants lors des phases maniaques ou dépressives) sont traités par des anxiolytiques et des hypnotiques. Dans ce service, ces traitements dits adjuvants sont prescrits soit en systématique soit en « si besoin ». La notion du « si besoin » est donc une notion évaluable, appréciable en collaboration étroite avec le patient. Ainsi, se pose la problématique suivante : Comment évaluer au plus juste les besoins du patient, en restant le plus possible objectif et à l’écoute ?

Présentation et contexte de la situation de soins liée à un traitement

La patiente, Melle L., 22 ans, est entrée dans le service le 05/12/12 en hospitalisation libre, suite à un état dépressif avec risque suicidaire important (antécédent de 2 tentatives de suicide en 2009 et 2010 et scarification de la cuisse en 2012). Elle est étudiante, seule à Marseille, sa famille réside à Cannes. Melle L. a des troubles du comportement alimentaire, elle mesure 166 cm pour un 49 kg (IMC = 17,8). Elle est sujette à des crises d’angoisse.

Son traitement est le suivant :

STILNOX ® (hypnotique) 10 mg per os (1 comprimé à 22h)

INORIAL ® (antihistaminique) 20 mg per os (1 comprimé à 22h)

VALIUM® (anxiolytique) 1% solution buvable (30 gouttes en systématique à 7h et 22h et 30 gouttes en « si besoin » à 12h, 18h et 3h du matin)

ABILIFY® (neuroleptique) 20 mg per os (1 comprimé à 7h et à 22h)

NOCTAMIDE® (hypnotique) 2 mg per os (1 comprimé à 22h en systématique et 1 comprimé en « si besoin » à 3h du matin)

ATARAX® (anxiolytique) 25 mg per os (1 comprimé à 7h, 12h, 18h et 2 comprimés à 22h).

A une semaine des fêtes de Noel, Melle L. a des crises d’angoisse et reste généralement dans sa chambre à dormir les après midis.

La situation se déroule lors de la distribution des traitements et du repas du soir à 18h. Nous sommes le 18/12/12, à J13 de l’hospitalisation de Melle L. Le risque suicidaire est encore présent à ce stade mais pas aussi important qu’à son entrée à l’hôpital.

La patiente revient d’une sortie en ville ou elle est allée faire des achats pour Noel. Elle vient directement dans la salle de soins réclamer 30 gouttes de VALIUM® prescrits en « si besoin ».

Déroulement du soin

Je lui propose de

...

Télécharger au format  txt (6.1 Kb)   pdf (83.6 Kb)   docx (10.4 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com