LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Analyse Littéraire du roman L'Or De Blaise Cendrars

Recherche de Documents : Analyse Littéraire du roman L'Or De Blaise Cendrars. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  27 Février 2014  •  739 Mots (3 Pages)  •  3 037 Vues

Page 1 sur 3

ANALYSE LITTÉRAIRE DE L’OR DE BLAISE CENDRARS

INTRODUCTION

C’est au mois de janvier 1925 que le roman d’aventure L’or, de l’auteur Blaise Cendrars, est publié chez l’éditeur Grasset. C’est l’histoire du Général Johann August Suter, originaire de la Suisse qui, parti de rien, décide en 1834 d’aller conquérir la Californie, alors région sauvage à peu près inconnue. Suter fonce tête première dans cette aventure et devient le premier homme multimillionnaire des États-Unis en réussissant à bâtir un empire agricole, sa Nouvelle-Helvétie, sur des terres qui représentent aujourd’hui San Francisco. À la lecture des extraits ci-dessous, on constate que l’auteur a su démontrer l’attirance de Suter envers l’abondance, ce qui justifie qu’il était un homme qui voyait grand.

DÉVELOPPEMENT :

Tout au long du roman, l’auteur démontre que le Général Suter est un personnage qui aime s’entourer. Que ce soit avec des biens matériels ou encore avec différents individus jouant un rôle dans la vie de Suter, l’auteur met en évidence que le Général se sent bien là où il y a un rayon d’abondance. En effet, dès qu’il a pu mettre la main sur quelques terres vierges de la Californie, Suter décide de s’équiper dans le but de les faire fructifier. Afin de démontrer la profusion de ressources matérielles dont dispose Suter et qui s’avère être nécessaire pour débuter son ascension vers le pouvoir, l’auteur utilise l’énumération suivante qui produit un effet d’abondance : « Sur la rive et dans les marais, suivent 30 wagons chargés de vivres, de semences, de munitions, une cinquantaine de chevaux, 75 mulets, 5 taureaux, 200 vaches, 5 troupeaux de moutons » (p. 61). L’auteur nous fait sentir que pour être en position de puissance, Suter préfère posséder trop plutôt qu’être en défaut. Par ailleurs, pour que le travail débute et que la prospérité s’ensuive, il faut de la main-d’œuvre. Encore ici, l’auteur précise l’ampleur des ressources humaines dont Suter réclame pour pouvoir faire rouler ses affaires : « 250 anciens protégés des Missions sont occupés dans les différents travaux avec leurs femmes et leurs enfants … Tous les trois mois arrivent de nouveaux convois de Canaques … » (p. 63). Suter est dès lors comblé; il est entouré par une abondance de ressources matérielles et humaines. Maintenant qu’il a le pouvoir, il est fin prêt pour mettre à exécution tous ses grands projets.

Quand on voit grand, on aime à faire en sorte que tout soit colossal autour de nous. C’est ce que l’auteur souligne quand il évoque le projet de Suter dans cet extrait : « Suter commence à concevoir l’avenir prodigieux de cette vaste partie du globe encore inexploitée […]. Cela dépasse tout ce qu’il a pu imaginer […]. Un coup d’État » (p. 46). Évidemment, le pouvoir et l’abondance amènent inévitablement la renommée. L’auteur a su faire comprendre que, par sa richesse, par sa puissance, Suter est devenu un homme de renommée. L’auteur fait ressortir la popularité de Suter, le patron dont la main-d’œuvre venait cogner à sa porte, en citant cette litote qui démontre que la notoriété de Suter est devenue célèbre au point d’attirer fréquemment des gens à vouloir travailler

...

Télécharger au format  txt (4.6 Kb)   pdf (73 Kb)   docx (9.6 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com