LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

A toute Vitesse : la vitesse est-elle néfaste pour l'homme ?

Synthèse : A toute Vitesse : la vitesse est-elle néfaste pour l'homme ?. Recherche parmi 283 000+ dissertations

Par   •  23 Avril 2020  •  Synthèse  •  991 Mots (4 Pages)  •  1 718 Vues

Page 1 sur 4

« La vitesse permet de multiplier les possibles, de vivre avec intensité de nombreuses expériences. Elle est grisante, elle procure une ivresse qui nous ravit ». L'homme pressé de Paul Morand.

C’est un thème que traite Paul Morand dans « L’homme pressé ». Ce dernier met en scène son personnage Pierre NIOX qui cherche à aller plus vite que le temps. « Le Culte de l’urgence. La société malade du temps » livre écrit par Nicole Aubert. « Tout va trop vite ! Et si on ralentissait ? » Reportage de Eve YSERN et pour terminer « Slow ! », Illustration de Richard Allen qui réinterprète la fable de Jean de La Fontaine « Le Lièvre et La Tortue »

Cela nous amène donc à nous demander en quoi la promptitude, dans la société actuelle, est-elle néfaste pour l’homme ?

Nous verrons dans un premier temps notre rapport avec le temps dans notre quotidien, puis les dangers de la vitesse sur l’homme.

Tout d’abord nous pouvons observer que, de nos jours, notre rapport au temps est bien différent, car tout est exécuté à grande vitesse et nous pousse vers un besoin d’accélération toujours plus accentué. Une des causes de cela est la course sans but que mène l’homme avec le temps. Comme nous pouvons le voir dans le roman de Paul MORAND « L’homme pressé », Pierre Niox, se sent comme poursuivi par le temps et regarde sa montre plusieurs fois pour voir si l’heure avance plus rapidement. Il se retrouve à faire une course contre le temps. Notre rapport au temps est en constante évolution. Nicole Aubert l’explique également dans son livre  « Le Culte de L’urgence », en précisant que nous ne gagnerons jamais contre le temps, car nous vivons dans un monde où ce sont les individus et non le temps qui accélèrent.

        En effet, nous pouvons dire que notre société ne cesse de vouloir rattraper le temps. Comme nous l’avons vu, la mutation de vision que l’homme à sur le temps est l’une des principales cause de cette accélération contemporaine. L’individu se plie pour répondre aux besoins des sociétés capitalismes qui recherchent de plus en plus le profit, comme expliqué dans « Le Culte de l’urgence ». La vitesse procure une certaine performance et un dépassement de soi. De plus, on peut observer cette accélération du monde du travail sur cette illustration de Richard ALLEN, qui met en scène les lièvres et la tortue dans un cadre bureautique. Sur cette image, les lièvres courent à une vitesse folle avec des pochettes que l’on peut considérer comme des outils de travail, sous leur bras. On retrouve donc cette idée de productivité rapide. Comme le démontre Nicole Aubert avec l’arrivée des nouvelles technologies, nous pouvons constater une accélération de la vie quotidienne qui se retrouve rythmée par la vitesse des informations transmises, ainsi nous remarquons que la vitesse est omniprésente dans notre société.  Cependant ce besoin d’hyper vitesse peut amener à une addiction, comme nous allons le voir.

        Ensuite, nous pouvons en effet dire que la vitesse peut mener à une forme de dépendance des êtres humains. Comme nous le voyons dans « L’homme Pressé », le comportement de Pierre Niox reflète une certaine dépendance par son attitude de sevrage, due à l’attente dont il fait preuve. Il manifeste également des symptômes émotionnels d’irritabilité envers le monde qui l’entoure. C’est pour cela que nous pouvons parler d’addiction à la vitesse. Certainement que pour lui l’attente est inconcevable, il faut qu’il est tout de façon immédiate. Cependant comme l’explique Nicole Aubert, il existe deux types d’individus : d’un côté ceux qui se sentent libérés du temps car ils pensent avoir gagné leur courses contre la montre. Ces individus arrivent à se satisfaire de la rapidité des choses qui les entourent ; Et de l’autre, nous retrouvons ceux qui se font écraser par cette temporalité de l’immédiat. Ces individus se laissent, malgré tout, entrainer dans un engouement pour la vitesse et refuse d’aller à leur propre rythme.

...

Télécharger au format  txt (5.9 Kb)   pdf (58.6 Kb)   docx (9.3 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com