LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Another Brick in the wall

Commentaire d'oeuvre : Another Brick in the wall. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  3 Mai 2018  •  Commentaire d'oeuvre  •  2 197 Mots (9 Pages)  •  333 Vues

Page 1 sur 9

Oral Blanc, texte :

        « Another Brick in the Wall » - Pink Floyd :

Bonjour, nous sommes (noms) et nous vous présentons, « Another Brick in the Wall » des Pink Floyd.                Premièrement, c'est une œuvre de l'art du son, elle est faîte de 3 parties séparées et distinctes provenant toute du double-album le plus vendu au monde, « The Wall », il est sorti le 30 novembre 1979 et est composé de 26 pistes écrites principalement par Roger Waters le bassiste dont trois sont co-écrite avec le guitariste David Gilmour.                

        Tout en étant un opéra-rock celui-ci est un projet à trois volets, dont l'album lui-même durant 81 minutes et 11 secondes, les  représentations sur scène et finalement le film éponyme d'Alan Parker scénarisé par Waters sorti le 14 juillet 1982 en France et au Royaume Uni.                Il marque aussi l'apogée du groupe et la dernière entente entre les deux auteur-compositeurs cité par Kelvin, Waters et Gilmour car après celui-ci, l'album « The Final Cut » met fin à la carrière de Waters dans les Pink Floyd, il quitte alors définitivement le groupe même si un dernier rassemblement de tous les membres se fera exceptionnellement le 2 juillet 2005 à l'occasion du Live 8.         

                Nous ne pouvons pas parler de la musique en elle-même sans faire un résumé du scénario dont elle fait partie, faisons donc un bref aparté sur le film « Pink Floyd : The Wall » :

        L'histoire se passe dans l'Angleterre d'après-guerre, on y suit la vie de Pink, une rock-star qui, sentant sa personnalité défaillir en se confrontant à la société, se construit un mur derrière lequel il se refuge d'abord, puis s'enferme.                Pink au début de sa vie est innocent mais à l'annonce de la mort de son père dans la Seconde Guerre Mondiale à Anzio, il bâti son mur et petit à petit, avec comme cause sa mère surprotectrice, ses professeurs l'humiliant sans cesse, l'absence de son père et le futur adultère de sa femme, se réfugie derrière son mur et s'expose à la folie.                Il s'enfuit donc dans le rock, la drogue, le sexe voir la violence, après « Comfortably Numb », animé par la drogue et les hallucinations, il se comporte tel un dictateur lors de ses concerts pourchassant les noirs, les juifs et les homosexuels, allant jusqu'à devenir violent, il n'est alors pas sans rappeler Adolf Hitler et son régime nazi, même si le symbole des deux marteaux croisé fait surtout penser au marteau et à la faucille du communisme.                Sorti durant la Guerre Froide, nous pensons qu'une allusion de ce mur peut-être aussi faîte au mur de Berlin mais Waters n'a jamais parler d'une telle comparaison.        L'histoire se termine lors de son auto-procès où il est condamné à vivre hors du mur, avec ses semblables qu'il hait tant.

        Les trois parties d'Another Brick in the Wall apparaissent pour manifester la construction du mur, dans la première partie est exposée la mort et l'absence de son père et donc les conséquences de la Seconde Guerre Mondiale sur les générations qui suivent...les enfants de soldats. C'est la première brique du mur.                 La deuxième partie, la seule que nous allons aborder, sauf si vous voulez en savoir plus et dans ce cas ça sera dans la seconde partie de l'oral, la seconde partie est une chanson contestataire, ou « protest song », qui dénonce la rigidité des règles scolaires en général, et celle des internats en particulier, avec la phrase « We don't need no education » (« Nous n'avons pas besoin d'éducation »). Elle reflète la vision de Roger Waters sur l'enseignement conventionnel ; il détestait ses professeurs de collège et pensait que ces derniers étaient davantage intéressés par le fait de faire régner la discipline que par celui de transmettre des connaissances aux élèves. Ici, l'expression « another brick in the wall » (« une autre brique dans le mur ») se rapporte à l'image du professeur, qui est donc perçu comme l'un des facteurs déclencheurs de l'isolement mental de Pink et finalement la troisième partie, Pink est alors adulte et réalise une rétrospective de sa vie, il énumère aussi ce dont il n'a plus besoin c'est à dire les drogues qui l'aidait à se calmer et sa femme infidèle, la musique termine la construction du mur en disant, « Tous compte fait, vous n'étiez tous que des briques dans le mur ».

La chanson est en ré mineur et en quatre temps et comporte une forte partie de batterie et des parties de guitares distinctes un solo de guitare et une chorale d'enfants(composée de 23 adolescents âgés de 13 à 15 ans) pour le second couplet.

Pink Floyd, qui était réputé pour sa musique faite pour être écoutée, et non pour être dansée a surpris tous le monde avec son tempo disco (tempo de 100 battements par minute, ce qui était le rythme idéal du disco) celui-ci a été suggéré par le producteur Bob Ezrin et même, lors du premier enregistrement de la chanson, elle ne durait qu'une minute et demie et il n'y avait qu'un couplet et un refrain. Bob Ezrin voulait qu'elle soit plus longue, mais le groupe a refusé. Lorsqu'ils sont partis, Ezrin ajouta la chorale d'enfants, quelques parties de batterie et a recopié le premier refrain à la fin. Il la fit jouer à Roger Waters, qui aima cette version. Le solo de guitare et quelques autres éléments furent alors ajoutés au mixage final.

                        N'ayant évidemment pas le temps de critiquer les trois parties, nous avons du faire un choix.        La deuxième partie étant celle principalement représentée dans les concerts et à la télévision, nous avons choisi de présenter celle-ci.

Il n'y a qu'une seule musique entre la partie 1 la partie 2, on peut même dire que « The Happiest Days of Our Lives » est partie intégrante de la partie II car les thématiques sont proches, le lieu et l'instrumental sont liés, il n'y a aucune transition entre les deux et on diffusait les deux ensemble à la télévision parce que Another Brick in the Wall commence trop abruptement mais par manque de temps nous ne nous focaliseront que sur Another Brick in The Wall, si vous voulez en savoir plus sur the Happiest Days of Our Lives vous savez quoi faire.

...

Télécharger au format  txt (11.1 Kb)   pdf (109.7 Kb)   docx (15 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com