LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

George Rodger: petit garçon se promenant sur une route bordée de cadavres près du camp de Bergen-Belsen

Commentaire d'oeuvre : George Rodger: petit garçon se promenant sur une route bordée de cadavres près du camp de Bergen-Belsen. Recherche parmi 265 000+ dissertations

Par   •  2 Avril 2017  •  Commentaire d'oeuvre  •  1 739 Mots (7 Pages)  •  719 Vues

Page 1 sur 7

George Rodger : Petit garçon se promenant sur une

 route bordée de cadavres près du camp de Bergen-Belsen[pic 1][pic 2]

Introduction

[pic 3]

[pic 4]

[pic 5]

[pic 6]

        Cette photographie, prise par George Rodger est destinée au monde entier, et pas uniquement au pays du magazine Life, les Etats-Unis. D'ailleurs, Rodger a arrêté les photographies de guerre car il se sentait lui-même responsable de cette atrocité, il était impuissant.

A l'époque, les gens ignoraient les atrocités de la Seconde Guerre mondiale commises par les nazis. La portée de cette photographie est très grande, le monde découvre les désastres humains, c'est le choc.

  1. Le photographe : George Rodger (1908-1995)

[pic 7][pic 8]

        

George Rodger est né en 1908 à Hale, dans le Cheshire et mort en 1995 à l'age de 87 ans. Il est photographe et journaliste de guerre britannique puis co-fondateur de la célèbre agence de photographie Magnum, à partir de 1947.

        Après de nombreux voyages, George Rodger rentre à la BBC en 1936. Mais c'est dès 1939 que le magazine américain Life l'engage pour couvrir la Seconde Guerre mondiale et entre autre le Blitz de Londres et les camps de concentration. Il devient par la suite correspondant de guerre, ce qui lui permet d'assister à toutes les batailles en Europe. Cela lui amène à photographier les atrocités du camp de Bergen-Belsen, qui l'a profondément marqué. Il envoie d'ailleurs une lettre à sa rédaction : »Après avoir été témoin du statut ultime de l’avilissement humain […], j'avais l'impression d'être comme ceux qui dirigeaient les camps – ça n'avait aucun sens. » Il refuse donc désormais de filmer toutes ces horreurs.

        C'est pourquoi en 1947, avec l'aide de Robert Capa, Henri Cartier-Bresson, William Vandivert et David Saymour, il co-fonde l'agence Magnum. Cette entreprise  est la première à permettre aux photographes de garder leurs droits sur leurs photographies : c'est une révolution. Magnum Photos possède aujourd’hui des bureaux dans le monde entier : à New York, Londres, Pairs et Tokyo.  Aussi, en 1947, George Rodger commence à travailler pour National Geographic jusqu'en 1987. Il va ainsi photographier, avec son style clame et vivant et sa pudeur, des tribus africaines.

        

  1. Le contexte : La libération des camps

Quelques dates importantes : -24 juillet 1944 : découverte du premier camp de concentration

                                                et d'extermination par les russes ; Mijdanek

                                               -27 janvier 1945 : l'Armée Rouge(les russes) rentre à

                                                Auschwitz-Birkenau

                                               -15 avril 1945 : Arrivée des britanniques et américains au camp

                                                de Bergen-Belsen

                                               -29 avril 1945 : premier camp de concentration délivré : Dachau

[pic 9][pic 10]

[pic 11]

        Entre l'été 1944 et mai 1945, les troupes soviétiques progressent à l'Est et libèrent des camps, commençant par les camps d'extermination. Les camps épargnés par les Allemands comme Auschwitz-Birkenau offrent aux yeux sidérés des libérateurs russes un spectacle effroyable. Les britanniques et américains auront le même tableau lorsqu'ils découvrent en avril 1945 les camps comme celui de Bergen-Belsen.

        Le camp de Bergen-Belsen est tout d'abord un camp pour prisonniers de guerre ouvert en 1940 puis il devient un camp de concentration nazi en 1943. Opposants politiques, juifs, tziganes, homosexuels, toutes sortes d'individus rejetées par les nazis y sont présentes. Mais, à l'approche de la défaite allemande, le camp devient un réel mouroir : effectivement,t, il accueille les déportés venus des camps proches du front. On passe de 7300 détenus en mai 1944 à 60 000 en avril 1945.

        Le manque de nourriture, l'absence de soin, les épidémies, comme celle du typhus font des ravages. Au total, 50 000 personnes y trouvent la mort dont Anne Frank, morte en mars 1945.

...

Télécharger au format  txt (8.8 Kb)   pdf (327.6 Kb)   docx (865.9 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com