LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Analyse De La Cène de Léonard de Vinci

Commentaires Composés : Analyse De La Cène de Léonard de Vinci. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  17 Novembre 2014  •  509 Mots (3 Pages)  •  636 Vues

Page 1 sur 3

«Initiateur de la seconde Renaissance, Léonard de Vinci est la figure même du peintre vision-naire, mais aussi du génie universel.» En effet, cet artiste florentin survit au passage du temps grâce à toutes ses innovations et à ses œuvres impressionnantes. L’une d’elle, la Cène, représente le dernier repas qu’eut le Christ avant sa crucifixion. Elle recèle de nombreux mystères

Tout d’abord, la réputation de Léonard de Vinci, qui a vécu de 1452 à 1519, est principalement due à deux œuvres célèbres : La Joconde et La Cène. Cette dernière fût créée de 1494 à 1498 pour le réfectoire du couvent dominicain de Santa Maria delle Grazie, à Milan. La cène représente Jésus, en compagnie de ses douze apôtres, au moment où il leur annonce qu’il mourra suite à la trahison de l’un d’eux. Cette scène à lieu lors d’un souper où ils partageront le pain et le vin, dans le cadre de l’eucharistie. D’ailleurs, la Cène, soit l’Ultima Cena en italien, se traduit par «le Dernier Repas». Sur la table, on ne voit pourtant pas de calice, et le pian n’est pas rompu. Cet épisode fût décrit par trois évangiles dans le Nouveau Testament. Les personnages, de gauche à droite, sont Barthélémy, Jacques le Mineur, André, Judas, Pierre, Jean, Jésus, Tho-mas, Jacques le Majeur, Philippe, Matthieu, Thaddée et Simon. Les 12 apôtres sont placés en quatre groupes de trois. L’apôtre Thaddée ressemble étonnamment à Léonard de Vinci. Judas renverse la salière du coude. Un poignard apparait entre Pierre et ce dernier, tenu par une main qui ne semble appartenir à personne. Finalement, au fond, il y a trois grandes fenêtres.

Par la suite, l’influence de la première Renaissance est bien présente dans la Cène de Léonard de Vinci. Par exemple, la disposition de la salle donne l’illusion d’une certaine perspective, et les personnages sont diversifiés et expressifs. On reconnait aussi le style de Léonard de Vinci et les particularités de l’art religieux. L’œuvre a une texture lisse et est créée à partir de couleurs vives et éclatantes. Jean et Jésus sont habillés de couleurs complémentaires, soit le bleu, le vert et le rouge. Tous les autres apôtres portent soient du bleu, du vert, du brun, du beige ou de jaune. La lumière provient des trois fenêtres représentées aux fonds du tableau. Elle apporte une grande luminosité vers la tête du Christ, ce qui explique le fait qu’il n’est pas d’auréole. La composition prend toute la largeur du tableau. Seul Jésus se retrouve isolé. Il est centré, car il est le sujet prin-cipal de l’œuvre. La composition est en carré. Le côté supérieur est formé par la ligne du plafond, le côté inférieur est formé par le bas de la table et les extrémités droite et gauche sont délimitées par les grandes tapisseries affichées sur les murs. On retrouve dans la Dernière Cène plusieurs lignes de fuites, formées par le plafond, le haut des tableaux accrochés au mur et les lignes sur le plancher. Elles convergent vers l’œil droit de Jésus, Encore une fois, le Christ en est le centre.

...

Télécharger au format  txt (3.1 Kb)   pdf (57.9 Kb)   docx (8.9 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com