LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Les 5 mécanismes de coordination

Commentaire de texte : Les 5 mécanismes de coordination. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  1 Octobre 2019  •  Commentaire de texte  •  1 295 Mots (6 Pages)  •  114 Vues

Page 1 sur 6

Dans une entreprise donné, les 5 mécanismes de coordination sont à l’œuvre. Cependant, selon le type d’entreprise considéré, un des ces mécanismes va dominer.

        Exemple 1 : une boulangerie de quartier avec 5 ou 6 personnes (le chef d’entreprise + ses collaborateurs), c’est donc une MIC en supervision direct.

Il y a sans doute des livres de recette, 1 manuel de recette ou chaque collaborateur peut accéder = STANDARISATION DES PROCEDES, par ailleurs pour pouvoir se déclarer pâtisserie-boulangerie il faut des qualifications, en l’occurrence que quelqu’un possède un CAP pâtisserie-boulangerie. Il y a également un boulanger qui peut par exemple aider à la caisse quand il y a un afflux important de personne = AJUSTEMENT INFORMEL.

ORGANISATION

MECANISME DE COORDIANTION DOMINANT

Simple (entrepreneuriale)

Supervision directe

Organisation Mécaniste (bureaucratie industrielle)

Standardisation des procédés

Bureaucratie professionnelle

Standardisation des qualifications

Divisionnelle

Standardisation par les résultats

Adhocratie

Ajustement mutuel

Organisation missionnaire

Idéologie, culture

Organisation culture

Conflits de pouvoir

Section 2 : De l’organisation taylorienne à la production économe

1)L’approche mécaniste de l’organisation

2)L’école des relations humaines

3)L’organisation traditionnelle à la recherche d’économies d’échelle

4)L’approche »moderne » de l’organisation : la production en flux tendus

  1. L’approche mécaniste de l’organisation

L’idée fondamentale est de tout mettre au clair dans l’organisation, de manière formalisée (écrite), pour tout maîtriser.

L’organisation doit être conçue et maîtrisée comme une machine, un mécanisme bien huilé.

Les auteurs fondamentaux de ce courant sont : Frederick TAYLOR, Henri Fayol, Max WEBER.

  1. Le modèle taylorien

Taylor : admis à Harvard, il abandonne ses études pour raison de santé, puis entre comme ouvrier à la Midvale Steel (entreprise qui produit de l’acier). Il en gravit rapidement les échelons. Fondateur de l’OST (Organisation Scientifique du Travail), il publie en 1911 Principles of Scientific Management.

Principles of Scientific Management (1911)

Etude scientifique de travail (service des méthodes) : recherche de la One best way, standardisation des procédures, mais aussi des pièces et des produits.

Taylor introduit la notion de Division technique poussée du travail : cela consiste a décomposé un travail complexe (produire une chaise) en une succession d’opération élémentaire (chacune très simple) que l’on va confi& à des personnes différentes et non qualifiées.

Il introduit également la notion de séparation exécution/contrôle et suggère également une sélection rigoureuse des travailleurs en fonctions des postes. De plus, il conseil de chronométrer.

Et pour finir, il faut impérativement inciter le travailleur à travailler plus avec la rémunération au rendement (aux pièces).Plus on travaille plus on gagne.

Ainsi, ses méthodes ont permit :

  • D’augmenter la productivité, c’est-à-dire la production par tête, ou par heure de travail (combien je produis par heure de travail)
  • D’intégrer des travailleurs non formés, immigrés ne parlant pas l’anglais, à la production industrielle. (En France, le taylorisme c’est diffusé pendant la 1ère Guerre Mondiale car les hommes sont envoyés au front, et donc les femmes étant massivement employés dans le textile, vont devoir changer de manufactures. On transfert cette main d’œuvre féminines dans la fabrication mécanique d’armes, cependant elles ne savent pas faire. On diffuse donc massivement et emploi les principes de Taylor pour accélérer la production)

Cependant, ces principes étant appliqués de manière excessive, ils ont conduit :

  • à l’épuisement des travailleurs, l’augmentation du nombre d’accidents d  u travail et des maladies professionnelles
  • la chute de la qualité

L’Ost repose sur le modèle suivant :

(SHEMA)

Contrairement à l’idée reçue, ce n’est pas TAYLOR qui a eu l’idée de la chaîne de production.

La chaîne de production a été introduite plus tard, par FORD, en 1923. La chaîne de production est un convoyeur qui transporte d’un poste de travail à l’autre le produit en cours de transformation.

Deux avantages majeurs :

  • réduction de l’effort physique de manutention
  • rythme de travail objectivité, imposé par la chaîne

  1. FAYOL (1916) : l’Organisation Administrative du Travail

FAYOL est un industriel français ayant dirigé une entreprise pendant 30ans

Les dirigeants d’entreprise de son époque n’avaient généralement qu’une formation technique. Il étudie le problème de la gestion et du commandement.

Pour lui, l’entreprise doit appliquer des principes rigoureux. Pas seulement dans la production qui avait retenu l’attention de Taylor, mais dans l’ensemble de l’organisation.

Une des fonctions essentielles de l’entreprise est négligée : la fonction administrative, au sens de management.

...

Télécharger au format  txt (9.4 Kb)   pdf (151.6 Kb)   docx (13 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com