LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Sophie Calle

Analyse sectorielle : Sophie Calle. Recherche parmi 298 000+ dissertations

Par   •  21 Janvier 2015  •  Analyse sectorielle  •  1 637 Mots (7 Pages)  •  829 Vues

Page 1 sur 7

Exposé :

Introduction

Plan : I. biographie

II. Intimité

III. Provocatrice avec un style osé

Idée :

Conclusion

Information :

1.

Son père. collectionneur, lui a transmis le goût de l'art , elle est devenue photographe uniquement pour lui plaire, après des années de féminisme et de voyages, elle invente des jeux avec des règles et des histoires qu'elle raconte ensuite avec des images et des mots. Sophie Calle vous attend dans son Atelier de Malakoff

(http://www.franceinter.fr/personne-sophie-calle)

Sophie Calle est née à Paris le 9 octobre 1953. De retour dans sa ville natale en 1979, après un voyage de sept ans à travers le monde, elle demande à des amis et des inconnus de se succéder dans son lit durant 8 jours afin qu’il ne soit jamais vide. Elle en tire une œuvre baptisée Les dormeurs. Plus tard, elle s’attache à suivre des inconnus et livre le fruit de ses filatures à travers des notes et des photographies. Le critique Bernard Lamarche-Vadel découvre son travail et l’invite à la Biennale de Venise en 1980.

Dès lors, Sophie Calle poursuit son travail jouant sur les limites entre voyeurisme et exhibitionnisme, vie privée et vie publique, sur les thèmes de l’absence, du vide, de la trace. Elle est une artiste de la performance qui se qualifie-elle-même d’artiste narrative. Dans une démarche conceptuelle, elle se contraint à des règles du jeu pour inventer sa propre mythologie et interroger le rapport entre l’art et la vie.

Largement autobiographique, son œuvre puise dans son intimité et offre au spectateur un autoportrait réalisé au prisme de multiples points de vue. Elle se dévoile à travers les pièces d’un puzzle que le spectateur se doit de reconstruire. Provocante et égotique, sa démarche est aussi thérapeutique, elle permet la convalescence, la consolation après les blessures liées à la rupture, la disparition.

2. Œuvres : (http://www.perrotin.com/artiste-Sophie_Calle-1.html)

3. Biographie

Sophie Calle est la fille de Robert Calle, cancérologue, ancien directeur de l'Institut Curie et collectionneur à l'origine du Carré d'art, le musée d'art contemporain de la ville de Nîmes. Fortement influencée par l'entourage des amis proches de son père (Martial Raysse, Arman, Christian Boltanski), elle décide de s'orienter vers la création artistique1.

Après avoir été une « activiste pure et dure2[réf. insuffisante] » — maoïsme, féminisme, Gauche prolétarienne, lutte pro-palestinienne au Sud-Liban, etc. — et avoir voyagé sept ans à travers le monde, Sophie Calle rentre à Paris. Perdue, sans projet professionnel, sans capacité précise, sans amis, elle décide de suivre des inconnus dans la rue, comme pour retrouver Paris à travers les trajets des autres. Bientôt, elle se prend au jeu, photographie, note ses déplacements, choisit un homme au hasard et décide de le suivre à Paris, puis à Venise. Plus tard, la remarque d’une amie sur la tiédeur des draps, lorsqu’elle se couche auprès d’elle, lui donne l'idée d'inviter des gens pris au hasard à venir dormir quelques heures dans son lit.

En 1979, « par jeu », Sophie Calle demande donc à différents inconnus (ou amis et entourage quand elle n'avait trouvé personne, ou encore elle-même lorsqu'un dormeur lui faisait faux-bond) de venir passer un certain nombre d'heures dans son lit afin que celui-ci soit occupé sans discontinuer huit jours durant, en acceptant d'être photographiés et de répondre à quelques questions. Elle prend des clichés des dormeurs — parmi lesquels l'acteur Fabrice Luchini — et note consciencieusement les détails éléments importants de ces brèves rencontres : sujets de discussion, positions des dormeurs, leurs mouvements au cours de leur sommeil, le menu détaillé du petit-déjeuner qu'elle leur préparait. Ce travail, intitulé Les Dormeurs, retient l'attention du critique Bernard Lamarche-Vadel, mari de l'un des dormeurs3,4 ; il l'invite à la Biennale de Paris en 1980. « En fait, dit Sophie Calle, c'est lui qui décida que j'étais une artiste. »

Dès lors, le travail de Sophie Calle cherche à créer des passerelles entre l'art et la vie. Sous la forme d’installations, de photographies, de récits, de vidéos et de films, l'artiste construit des situations associant, selon la formule de Christine Macel, « une image et une narration, autour d’un jeu ou d’un rituel autobiographique, qui tente de conjurer l’angoisse de l’absence, tout en créant une relation à l’autre contrôlée par l’artiste »5[réf. insuffisante].

Ses photographies et ses comptes rendus écrits, empruntant le style descriptif du reportage ou de l'inventaire, attestent la réalité des situations qu'elle crée : femme de chambre dans un hôtel, strip-teaseuse dans une fête foraine, poursuite d'un homme à Venise, etc. Souvent fondées sur des règles et des contraintes, ses œuvres interrogent la limite poreuse entre sphère publique et sphère privée et le caractère interchangeable des positions du voyeur et de l'exhibitionniste. Le thème de la disparition de personnes ou d'objets, dont l'existence est avérée par quelques traces et dont l'absence est enregistrée par la

...

Télécharger au format  txt (10.5 Kb)   pdf (121.2 Kb)   docx (12.7 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com