LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Comment et pourquoi le cercle s’impose-t-il comme LA forme fondamentale dans le quotidien de l’homme?

Analyse sectorielle : Comment et pourquoi le cercle s’impose-t-il comme LA forme fondamentale dans le quotidien de l’homme?. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  16 Février 2015  •  Analyse sectorielle  •  6 435 Mots (26 Pages)  •  308 Vues

Page 1 sur 26

Le Thème: La Forme.

Problématique: Comment et pourquoi le cercle s’impose-t-il comme LA forme fondamentale dans le quotidien de l’homme?

I ntroduction:

Les sociétés archaïques sont, en général inspirées par le modèle cosmologique en cours dans la culture dont elle relèvent. L’habitat de ces populations reproduit à l’échelle humaine cet ordre cosmologique ainsi qu’il est perçu.

Pour les populations nomades les plus primitives, l’espace horizontal est perçu comme un disque chapeauté par la voûte céleste. L’habitat se résume à un toit, forme réduite de la voûte céleste: le plan est de forme cirulaire et donne lieu à des constructions précaires: tentes, tipis, yourtes assemblées elles-mêm en camps circulaires.

Le cerlce au sol reproduit la perception de l’espace au plan horizontal non encore orienté, alors que la construction en demi sphère ou en cône est un équivalent miniature de la voûte céleste. Au cercle et à la sphère est associée un fonction symbolique de protection. On retrouve tout au long de l’histoire, jusqu’à aujourd’hui, le cerlce dans les cordons de défense autour des grandes villes ou dans les boulevards périphériques de ceinture ou encore dans les rond-points.

La forme circulaire est aussi la forme de la roue, du mouvement, de l’animation. Elle est associée au nomadisme et au ciel.

Le cercle, la demi-sphère se retrouvent dans l’architecture sous la forme de voûte, du dôme, du bulbe dans les temples, les mausolées, les mosquées, les baptistères, les salles funéraires souvent constellés ou ornées d’image évoquant le monde céleste. (anges, astres, oiseaux, chars solaires,...).

Les constructions dolméniques, les tombeaux mycéniens, les coupoles byzantines, les stupas bouddhiques, les qubbah musulmanes ont cette signification générale du dôme céleste. Cette partie évoquant le ciel repose en général sur une base cubique ou orthogonale figurant la terre. L’échange avec le divin se fait par l’axe du monde qui passe par le centre du dôme. La forme de coupe renversée symbolise la descente des dons célestes.

L’architecture étant également sensé être une protection de l’homme face au monde extérieur, il est “logique” que sa forme originel soit le cercle. De plus sa symbolique du divin et du céleste fait de cette forme la base de l’architecture utopique, de la recherche de perfection comme l’Homme de l’Homme selon Vitruve réalisé par Léonard de Vinci en 1490, s’inscrivant dans un cerlce parfait.

On peut alors se demander qu’elle est la place du cerlce dans l’art et l’architecture?

Pour cela nous verrons tout d’abord comment le symbole du cercle se matérialise et quel est sa symbolique en fonction du lieu mais également de l’époque. Ensuite, nous étudirons le cercle comme protection de l’homme, ses facultés scientifiques et concrètes ainsi que sa protéction allégorique et emblématique. Pour finir nous nous intéresserons au fait que le cercle peut également avoir un but communautaire, qu’il n’est pas que protécteur face au danger extérieur mais peut aussi rapprocher voir lier.

I. L e Cercle comme symbole et utopie.

Comme expliqué ultérierement, le cercle à de nombreuses significations. Sa symbolique dépend de la manière dont il est utilisé.

La symbolique principale du cercle et des formes qui en découlent (comme la sphère, le dôme, etc...) est l’espace celèste et donc une matérialisation du monde des Dieux. En effet, l’homme de comprenant pas son existence, il croit en une force supérieur. Dans les civilisations les plus anciennes, le divin sert à expliquer un grand nombre de phénomènes non élucidés, tel que “qu’est ce que l’univers?”. L’homme ne comprennant pas ce qui l’entour, il va le matérialiser, le symboliser par une forme dîte parfaite: le cercle. Ainsi par les dérives de l’imagination de l’homme le cercle devient symbole de perfection, de l’univers, de divin et de protection. Mais alors comment ce symbole se concrétise-t-il?

Pour le découvrir nous allons tout d’abord analyser un architecture romaine: le Panthéon de Rome. érigé à l’initiative d’Agrippa en 27 av. J.-C., il fut détruit par un incendie en 80 apr. J.-C. et reconstruit ensuite sur l’ordre de l’empereur Hadrien, entre 118 et 128 apr. J.-C.

Cette dernière campagne de travaux vit la création de la grande coupole à caissons, s’élevant à 43 m au-dessus du sol et percée d’un oculus.

L’édifice est un temple dédié à l’ensemble des dieux de l’Antiquité, à Mars et à Vénus en particulier, les protecteurs de la Gens Iulia, vieille famille de la Rome antique.

Il devient une église chrétienne vouée à Sainte-Marie-aux-Martyrs en 609.

Il se situe sur la place Piazza Rotonda à Rome. Son porche d’entrée est doté de seize colonnes supportant un fronton en avancée. Grace aux techniques les plus élaborées de l’époque, le Panthéon laisse un des témoignages des plus important du génie romain. Avec plus de 18 siècles, sa coupole détient le record mondial de portée des voûtes.

Autrefois au fond d’une vaste cour, le temple dominait auparavant le site.

Ici la symbolique du lieu est évidente. En effet, le nom du Panthéon est issu de l’adjectif grec πάνθειον / pántheion, qui signifie « de tous les dieux ». Cet édifice étant donc la résidence des Dieux, sa construction devait être à leur image. Le Panthéon est donc un cylindre surmonté d’une coupole. Le cylindre est une forme géométrique ayant pour base le cercle, symbole de perfection. De plus la coupole symbolise évidement la voûte céleste. Les Romains croyant encore au fait que la Terre est un plateau surmontée d’une immense demi-sphère. Cette demi-sphère étant la résidence des Dieux, le Panthéon en fut donc constitué. De plus, la coupole est percé d’un Oculus, un trou de forme circulaire laissant entrer la lumière. Le cône lumineux étant lui-même un symbole divin.

Le cercle est ici un symbole religieux, une manière de figurer le royaume des Dieux à l’échelle humaine. Mais le cercle ne se révèle pas dans la religion uniquement par l’architecture. En effet, dans l’art, les anges ou encore Jésus sont représentés avec une oréole. Un cercle lumineux flottant au dessus de leur tête permettant aux mortels de distinguer les divinités des

...

Télécharger au format  txt (40.8 Kb)   pdf (341.6 Kb)   docx (25.1 Kb)  
Voir 25 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com