LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Pourquoi la crise de Mai 1968 est-elle le symptôme de la brutalité de la modernisation socio-économique de la France ?

Fiche : Pourquoi la crise de Mai 1968 est-elle le symptôme de la brutalité de la modernisation socio-économique de la France ?. Recherche parmi 237 000+ dissertations

Par   •  21 Octobre 2018  •  Fiche  •  897 Mots (4 Pages)  •  158 Vues

Page 1 sur 4

Pourquoi la crise de Mai 1968 est-elle le symptôme de la brutalité de la modernisation socio-économique de la France ?

Journaliste au Monde Pierre Viansson-Ponté, le 15 mars 1968 : « Quand la France s’ennuie ».

A- Phase de la crise étudiante 22 mars au 30 mai

1-Les raisons profondes de la crise dans tous le monde occidental :

=> CONTESTATION montante

-un malaise commun aux jeunes des pays industriels de l'ouest (Berkeley, Esp, It, All...) et de l'est (Printemps de Prague)

=> jeunesse issue du baby-boom critique la société moderne de cons° et du machinisme

voir Marcuse => condamnation de l’aliénation matérielle, technique et sociale

=>"Culture jeune" (Edgar MORIN)

=> société qui a conservé ses rigidités morales : vers émancipation et libération des moeurs

=> séduction pour les mouvement tiers-mondistes anti-impérialiste américain (Vietnam, Chine, Amé du sud...) et révolutionnaires trotskiste ou maoïste.

La spécificité française

=> massification tardive des étudiants => syndicat UNEF très revendicatif depuis 1958, jeunesse très politisée, revendication gauchisante plurielle (maoïste, trotskiste, anarchiste), demande d'infrastructures modernisées d’éducation

=> relai par les intellectuels (Sartre) ; leaders => Geismar, Sauvageot, Cohn-Bendit, July

=> lassitude du pouvoir gaulliste "10 ans ça suffit".

=> tensions internes dues aux mutations socio-éco mal maîtrisées

2-déclenchement des événements de Mai 68 :

22 mars : premiers incidents faculté de Nanterre (570 000 étudiants). En 1967 contre 140 en 1950), Cohn-Bendit et étudiants gauchistes occupent la salle du Conseil

2 mai : fermeture de Nanterre, les étudiants gagnent le Quartier latin

3 mai : meeting de protestation à la Sorbonne et premiers affrontements violents entre étudiants et policiers ; fermeture de la Sorbonne.

7 mai : 30 000 étudiants manifestent à Paris

nuit 10-11 mai : 60 barricades prises d’assaut dans la nuit par les CRS ; désolation urbaine.

B- Phase de la crise sociale 13 mai au 30 mai

1- Extension de la crise au monde du travail :

motif =>-frustrations des jeunes ouvrières non-qualifiés du système tayloriste

-rigidité de la hiérarchie (cadres) mandarin de l’Université

-salaires trop modérés

13 mai : grève générale à l’appel des syndicats pour protester contre la répression anti-étudiante, forte mobilisations partout en France ; la France compte 10 millions de grévistes fin Mai.

à partir du 14 mai extension progressive des grèves à tous les secteurs d’activité avec occupation : assemblée générale dénoncent la hiérarchie et l’autorité patronales.

21-22 mai grèves massives => paralysie des transports

2- Réponse inappropriée du pouvoir gaulliste

24 mai: De Gaulle : allocution télévisée annonçant un référendum sur la participation ;

=> mécontentement social et étudiant redouble + affrontements en province et à Paris

25-26 mai : ouverture de négociations avec gouvernement Pompidou en personne (1er ministre qui comprend mieux la crise que le général De Gaulle) , CGT et patronat

=> accords de Grenelle revalorisation forte des salaires (+10-15%,

...

Télécharger au format  txt (6.6 Kb)   pdf (50.6 Kb)   docx (14.9 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com