LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Dossier De Management Interculturel: Les Etats-Unis

Commentaires Composés : Dossier De Management Interculturel: Les Etats-Unis. Recherche parmi 262 000+ dissertations

Par   •  23 Janvier 2013  •  1 896 Mots (8 Pages)  •  2 967 Vues

Page 1 sur 8

LES ETATS-UNIS

Management interculturel

Louise BORNET

Sommaire

Analyse HOFSTEDE du pays 2

Etude d’un aspect de la vie quotidienne :Le patriotisme américain 3

Codes et usages culturels 5

Les règles de négociation 7

Annexe 1 8

Annexe 2 10

Analyse HOFSTEDE du pays

PDI 40 (contre 68 pour la France) : la distance hiérarchique est moyenne aux Etats-Unis, contrairement en France où elle est forte. Ceci se traduit par un comportement directif aux États-Unis, avec tout de même une prise en compte des salariés pour les prises de décision. Tandis qu’en France les décisions sont prises de manière autoritaire.

IDV 91 (contre 71 pour la France) La France et les Etats-Unis sont des pays avec une culture individualiste (particulièrement les Etats-Unis), les comportements sont donc centrés sur la compétition et l’affirmation de soi, la performance individuelle est mise en avant.

MAS 62 (contre 43 pour la France) : Les Etats-Unis ont une culture masculine, contrairement à la France qui a une culture féminine. On pourra donc observer aux Etats-Unis une forte compétitivité, un succès matériel et l’échec scolaire est vécu comme un désastre. A contrario dans une culture féminine comme en France, il y a une grande préoccupation des individus les uns envers les autres, une meilleure acceptation des émotions (tendresse) et l’échec scolaire est mieux accepté.

UAI 46 (contre 86 pour la France) : La réticence face à l’incertitude et l’ambiguïté est plutôt faible aux Etats-Unis, surtout par rapport à la France. Les Etats-Unis seront donc plus ouverts à la différence, à ce qui est nouveau ou étranger ce qui leur donne une plus grande facilité d’adaptation et une meilleure ouverture à l’étranger. Le goût du risque est élevé et l’émotivité faible.

LTO 29 (contre 39 pour la France) : L’orientation sur le long terme est plutôt faible, ce qui se traduit par un attachement aux racines et aux traditions ; de la rigueur et de la stabilité personnelle, la protection de son image personnelle, le respect pour les traditions, la réciprocité des gratifications, des faveurs et des cadeaux

Etude d’un aspect de la vie quotidienne : Le patriotisme américain

Qu’on aille aux Etats-Unis pour une longue ou une courte période, la présence de la bannière étoilée sur les vêtements, les maisons, les lieux publics, les voitures, les bâtiments fédéraux, partout, saute aux yeux. Le drapeau américain, symbole du pays, est le premier signe d’un patriotisme bien ancré dans les esprits.

Dès l’enfance, les Américains apprennent à aimer leur pays pourrait-on penser. Les élèves récitent le "Pledge of Allegiance" avant de commencer leur journée d’école, puis apprennent des chansons patriotiques de type "Beautiful America" ou "Proud to be an American" et apprennent dans leurs cours d’histoire à vénérer les Pères Fondateurs.

Les Américains savent que leur histoire est courte mais compensent ce manque par une sacralisation des documents fondateurs du pays – la Déclaration d’Indépendance, la Constitution et le Bill of Rights – en insistant sur le caractère unique de leur pays.

« Ce patriotisme transcende les générations. Dans un sondage réalisé après le 11 septembre, 92 % des jeunes lycéens se disaient «très patriotes» (48 %) ou «assez patriotes» (44 %). En 2004, les chiffres étaient respectivement de 39 % et 44 %, soit un total de 83 %. Des résultats impressionnants, vu la diversité croissante des origines ethniques et religieuses au sein de la nation américaine. Ils semblent confirmer, selon la formule employée ce week-end par le vice-président, Joseph Biden, que le patriotisme américain reste «une idée et un idéal», et ne s'attache pas à «une couleur ou une race». »

Le patriotisme américain atteint son point culminant le 4 juillet, jour de la fête nationale. Des feux d’artifice sont tirés un peu partout. Le plus grand est certainement celui de New York, offert chaque année par le grand magasin Macy’s. Plus de trois millions de personnes y assistent et il est de plus retransmis sur les chaînes télévisées.

Pour les Américains, le 4 juillet est surtout une occasion d’organiser des pique niques et des grillades en famille ou entre amis.

C’est aussi le jour choisi pour débuter les grands chantiers publics. Ainsi, les constructions du canal Erie, de la ligne de chemin de fer « Baltimore & Ohio », du monument George Washington ont commencé un 4 juillet.

Enfin, les hommes politiques et autres personnalités américaines profitent de cette journée pour prononcer des discours prônant les valeurs traditionnelles américaines et principalement la liberté.

Codes et usages culturels

Codes culturels et usages commerciaux

Présentation/Accueil

- Pour se présenter, la carte de visite doit être remise en premier. Celle-ci doit impérativement être en anglais, ainsi que tous les documents apportés lors de la rencontre.

- L’échange des cartes est suivi d’une poignée de mains. Celle-ci doit être ferme et accompagnée d’un regard franc mais peu soutenu.

- La tenue vestimentaire importe peu, mais les américains attendent

des français une tenue professionnelle et classique.

Degré de formalisme dans les relations

- Il est d’usage d’avoir un premier contact téléphonique avec son interlocuteur, il faut faire preuve d’assurance.

- Le tutoiement n’existe

...

Télécharger au format  txt (12.8 Kb)   pdf (144 Kb)   docx (14.6 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com