LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La Consommation

Mémoires Gratuits : La Consommation. Recherche parmi 283 000+ dissertations

Par   •  6 Mai 2012  •  1 905 Mots (8 Pages)  •  791 Vues

Page 1 sur 8

LA CONSOMMATION

La consommation est l’utilisation d’un bien ou d’un service qui entraîne à plus ou moins long terme à sa destruction. On distingue :

- La consommation finale (des ménages)

- Les consommations intermédiaires (des entreprises)

Rappel : R = C + E donc C = R – E

I. La consommation des ménages

A. Consommations collectives

la consommation collective désigne l’usage de biens et de services collectifs, généralement fournis par les administrations publiques (écoles, routes, éclairages publics, etc.)

Bien collectif pur : bien pour lequel aucun agent privé ne peut exclure les utilisateurs qui ne sont pas destinés à payer.

1. Les consommations collectives indivisibles

L’indivisibilité est la caractéristique principale des biens collectifs purs. Ces biens sont indivisibles dans la mesure où leur consommation ne réduit pas la consommation d’un autre individu. Chaque individu consomme la totalité du bien ou du service.

Les biens collectifs indivisibles sont financés par la collectivité et consommés collectivement. Ils sont mis à la disposition de tous dès lors qu’ils sont mis à la disposition d’un seul individu. On ne peut identifier l’utilisateur.

2. Les consommations collectives divisibles (ou individualisables)

les biens et services collectifs divisibles (ou individualisés, individualisables) sont des produits financés par la collectivité et consommés individuellement. On peut identifier l’utilisateur.

B. Consommations individuelles

1. La consommation élargie

Consommation individuelle : consommation exclusive d’un bien ou d’un service par une seule personne ou un seul ménage.

Consommation finale des ménages : consommation de biens et de services. Elle est calculée en fonction de la valeur des produits consommés. Elle comprend également l’autoconsommation (de biens et services produits par les ménages) qui ne peut toutefois pas être évaluée.

Consommation (finale) élargie : la consommation élargie prend en compte la consommation finale des ménages et la consommation de biens collectifs individualisables. Le niveau de vie des ménages est en effet fortement influencé par cette consommation de biens et services collectifs (qu’ils ne paient pas ou quasiment pas)

Niveau de vie : ensemble des biens et des services qu’un individu peut se procurer avec son revenu. Cette notion est quantitative. Elle est à distinguer de la notion de mode de vie ou de genre de vie.

2. La structure de la consommation

La structure de la consommation s’analyse à l’aide des coefficients budgétaires.

Le coefficient budgétaire mesure la part relative d’un poste de consommation dans la dépense totale de consommation.

Coefficient budgétaire =

3. L’évolution de la consommation

Depuis le début des années 60 la structure de la consommation se modifie :

• Les dépense de santé, loisirs, transports et communications progresse rapidement dans la consommation totale. Leurs parts augmentent.

• Les dépenses alimentaires et d’habillement augmentent moins vite dans la consommation totale. Leurs parts diminuent.

Trois facteurs explicatifs : 1. Les transformations au niveau de l’offre (apparition de produits nouveaux)

2. Evolution des prix relatifs (modification de l’appareil productif)

3. L’élévation du revenu (voir plus bas)

II. Les déterminants de la consommation

A. Les facteurs économiques

1. La propension à consommer

Propension à consommer mesure la part du revenu qui est consacré à la consommation. On distingue :

La propension moyenne à consommer qui est le rapport entre la consommation et le revenu

La propension marginale à consommer qui est le rapport entre la variation de la consommation et la variation du revenu.

L’étude des propensions à consommer permet :

• d’étudier l’effet des politiques économiques (notamment des politiques de relance de la demande).

• d’analyser l’arbitrage que font les ménages entre consommation et épargne. Ce choix dépend de la situation économique et des anticipations des ménages (plus l’avenir est sombre, moins ils consommeront préférant épargner en prévision de mauvais jours).

La somme de la propension à consommer et de la propension à épargner est égale à 1

2. Pouvoir d’achat et consommation

Le niveau de la consommation dépend du pouvoir d’achat.

Pouvoir d’achat : quantité de biens ou de services qu’un revenu permet de se procurer (sans tenir compte de l’épargne qui est une consommation différée).

Le pouvoir d’achat du revenu disponible dépend de l’évolution du revenu nominal et de l’évolution du niveau général des prix.

a) L’influence du revenu

Le poids relatif de chaque type de consommation dépend donc du niveau de revenu.

Loi d’Engel (1821-1896) « la part relative des dépenses alimentaires dans la consommation diminue lorsque le revenu augmente ».

Pour étudier ces variations en fonction du revenu on utilise l’élasticité-revenu.

Elasticité revenu : désigne la sensibilité de la consommation des ménages à une variation

...

Télécharger au format  txt (13.6 Kb)   pdf (143 Kb)   docx (14.5 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com