LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Anatomie du rachis cas

Cours : Anatomie du rachis cas. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  15 Février 2016  •  Cours  •  4 198 Mots (17 Pages)  •  388 Vues

Page 1 sur 17

Le Rachis

I – Description générale du rachis

  1. Les différents segments

        Il est composé de 32 à 35 vertèbres car il y a une partie variable qui correspond à la partie caudale appelée le coccyx. Il est interposé entre le crâne et le bassin et il est divisé en plusieurs segments :

  • le segment cervical qui en comprend 7
  • le segment thoracique qui en comprend 12
  • le segment lombaire qui en comprend 5
  • le sacrum qui est la fusion de 5 donc c'est un bloc uni
  • les vertèbres coccygiennes avec un nombre variable de 3 à 6 mais on en considère en général 4

        

  1. Courbures et articulations

        Les vertèbres ont une taille croissante dans le sens crâno-codale. De plus, le rachis n'est pas rectiligne, rigide mais plutôt multi-courbé avec 4 courbures et surtout mobile, c-à-d que les pièces constitutives du rachis, les vertèbres sont articulées les unes avec les autres sauf pour le sacrum et dans une certaine mesure le coccyx qui est partiellement articulé mais qui peut être assimilé a un bloc.

        En regardant le rachis en vue latérale, on distingue 4 courbures de deux types différents :

  • la lordose qui est une courbure à convexité ventrale : rachis cervical et lombaire
  • la cyphose qui est une courbure a concavité ventrale : rachis thoracique, sacrum et coccyx

        Les 24 premières vertèbres sont mobiles. Le bloc sacrum-coccyx est lui fixe et il y a seulement une articulation entre la partie caudale du sacrum et la partie crâniale du coccyx : c'est l'articulation sacro-coccygienne.

  1. Constitution

        Dans son ensemble, le rachis est constitué d'un empilement de corps vertébraux séparés par des disques. En arrière, lorsqu'on le regarde en vue postérieure, on voit qu'il est constitué par un élément médian, le processus épineux et des éléments latéraux, les lames qui sont porteuses de processus articulaires : tout ceci correspond à l'arc postérieur.

  1. Canal vertébral

        Le corps vertébral et l'arc postérieur délimitent un orifice qui est le foramen vertébral. L'empilement des vertèbres crée par la jonction des foramens un canal vertébral.

a) Les méninges

        Ce canal abrite les méninges qui sont dans la continuité des méninges crâniennes c-à-d que la dure-mère, qui est le feuillet le plus résistant, le plus externe est étroitement appliquée aux parois osseuses du crâne et elle se continue à travers le foramen magnum de l'os occipital dans le canal vertébral => c'est une membrane continue. Dans ce sac dural qui se termine en S2, on trouve d'autres éléments méningés l'arachnoïde, et la pie-mère qui servent de membrane protectrice aux éléments nerveux.

b) Organisation métamérique

        D'abord, on a la moelle épinière qui est dans le prolongement de l'encéphale et qui s’arrête entre L1 et L2. C'est un empilement de myélomères qui sont des segments qui tiennent chacun en dépendance une partie du corps, le métamère. A chaque segment, de chaque côté, on a une racine qui lui correspond et qui assure la liaison entre le segment médullaire et la partie du corps qui lui correspond : c'est l'organisation métamérique du corps. Elle a une double fonction :

  • une fonction centrifuge, motrice ; elle va conduire de l'information vers les éléments effecteurs périphériques comme les muscles
  • une fonction centripète, sensitive ; elle va ramener de l'information à la moelle épinière

c) Racines de la queue de cheval.

        Or la dure-mère s'arrête en S2 : c'est le cul de sac de la dure-mère. Il est rempli de liquide cérébro-spinal ou liquide céphalo-rachidiendans lequel baigne tout le système nerveux (encéphale + moelle). Du fait que la moelle est plus courte que son étui puisqu'elle s'arrête en L2, les derniers segments médullaires sont télescopés et on a une sorte de structure en accordéon donc les racines doivent faire un long trajet afin d'aller vers leur orifice de sortie qui est plus bas, d'où le nom de racine de la queue de cheval. Le cul de sac de la dure-mère est aussi le lieu de la ponction lombaire, assez utilisée en diagnostique et qui doit se faire en dessous de L2.

        

=> On a des longueurs différentes entre le canal vertébral, développé jusqu'au coccyx, l'étui dure-mérien qui s’arrête à S2 et la moelle épinière qui s'arrête à L2. Cela résulte du développement embryonnaire et fœtal car au départ, on a la même taille entre le tube neural et les vertèbres primitives mais après le rachis va plus croître que le tissu nerveux.

II – Constitution d'une vertèbre (cf planche 152 et 155)

        On a le corps vertébral qui est grossièrement parallélépipédique et sur celui-ci va venir se placer l'arc postérieur de la vertèbre qui est composé de plusieurs pièces

  • le processus épineux qui est sur la ligne médiane
  • les lames (une de chaque côté)
  • les processus articulaires
  • le pédicule qui correspond à la partie par laquelle l'arc postérieur prend pied sur le corps vertébral
  • le processus transverse (de chaque côté) qui se détache de l'union pédicule – lame – processus articulaire

C'est la vertèbre type, le modèle de base de toutes les vertèbres mais on a des variations de morphologie.

  1. 3 surfaces d'articulation

a) Les disques intervertébraux

        Les vertèbres sont articulés entre elles au niveau des corps vertébraux et on a entre eux, les disques intervertébraux qui sont des anneaux fibro-cartilagineux, qui sont posés en lamelles concentriques et au centre duquel on a le noyau pulpeux. Ce disque joue un rôle très important dans la mobilité des corps vertébraux entre eux. Le noyau pulpeux est un gel qui est contenu dans un espace clos donc il forme une espèce de bille rigide et les deux corps vertébraux reposent sur cette bille. Cela crée un système qui permet des mouvements dans tous les axes, qui permet une grande souplesse mais elle n'est pas illimitée. En effet, autour de ce noyau, on a l'anneau fibro-cartilagineux qui est solidement amarré aux plateaux vertébraux et qui stabilise le couple formé par deux corps vertébraux adjacents. C'est cette organisation qui permet à notre rachis d'avoir a la fois de la rigidité et de la souplesse.

...

Télécharger au format  txt (23.6 Kb)   pdf (250 Kb)   docx (20.2 Kb)  
Voir 16 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com