LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Activités Physiques.

Mémoires Gratuits : Activités Physiques.. Recherche parmi 233 000+ dissertations

Par   •  23 Avril 2015  •  1 137 Mots (5 Pages)  •  366 Vues

Page 1 sur 5

Activité physique

Mars 2009 - Mise à jour mars 2015

L’exercice physique est de moins en moins associé aux activités professionnelles et aux déplacements de la vie quotidienne. La dépense énergétique des individus est limitée par le travail sédentaire et par les activités récréatives passives (télévision, internet, jeux vidéo).

© Inserm / Ministère des Sports / Scientifilms 2011

L’activité physique évolue en même temps que la société. Si le labeur excessif des périodes antérieures a contribué à un vieillissement prématuré de la population, l’accroissement du travail sédentaire tend aujourd’hui à priver une majorité d’individus d’une stimulation physique nécessaire à leur santé et leur bien-être. Cependant, la relation entre activités physique ou sportive et santé est plus complexe qu’il n’y paraît. Elle dépend en effet de nombreux paramètres individuels tels que l’âge, le sexe, l’état de santé, les déterminants psychologiques et sociaux, mais également des caractéristiques de l’activité elle-même, son volume et sa fréquence au cours de la vie.

Une société de plus en plus sédentaire

Les enquêtes françaises montrent que 84 % de la population ont pratiqué une activité physique ou sportive entre 15 et 75 ans au cours de l’année écoulée. Si 45 % des Français ont exercé dans la semaine passée une activité minimale entraînant des bénéfices pour la santé (plus de 10 minutes par jour), 42 % se situent en dessous de 10 minutes, et 19 % dépassent les deux heures par semaine. Les activités les plus populaires sont la marche, la natation, le vélo, les jeux de boule, les activités gymniques et les sports d’hiver. Pour les sports organisés, le football et le tennis sont largement en tête.

Les enfants, les adolescents et les jeunes adultes pratiquent plus que leurs aînés, les garçons plus que les filles. Toutefois, en France, 11 % des filles et 25 % des garçons seulement ont une activité physique conforme aux recommandations.

Niveaux de pratique d’activité physique et sportive (APS) en France, selon l’enquête Insep du ministère de la Jeunesse et des Sports, 2000 (in Expertise collective InsermActivité physique - Contextes et effets sur la santé, 2008)

Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être

© Inserm/La Prod.

Unité Inserm 902 "Unité de biologie intégrative des adaptations à l'exercice". Université d'Evry. Les films unité, Inserm/La Prod. 2008.

Les effets bénéfiques des activités physique et sportive sur la santé sont connus depuis l’Antiquité. Et confirmés par toutes les études épidémiologiques modernes : elles montrent que le risque de décès prématuré est moindre chez les personnes physiquement actives que chez les autres, résultat valable quels que soient l’âge et la cause de décès, de manière plus probante chez les hommes que chez les femmes.

La pratique d’une activité modérée (au moins 3 heures par semaine) ou d’une activité intense (au moins 20 minutes trois fois par semaine) diminue ainsi de 30 % le risque de mortalité prématurée. La pratique régulièred’un sport améliore le bien-être émotionnel, le bien-être physique, la qualité de vie et la perception de soi. Ce rôle bénéfique se retrouve aussi bien chez les adolescents que les personnes âgées. Il est également montré que la qualité de vie des malades chroniques se trouve améliorée, ainsi que celle de certaines catégories de handicaps, lorsque l’accompagnement est satisfaisant.

© Fotolia

Mais, au-delà de ce bénéfice global, les bienfaits de l’activité physique dépendent aussi du parcours de vie de chaque individu et, dans le cadre du traitement et de la prévention, des caractéristiques de chaque pathologie. L’activité physique est primordiale en prévention primaire des maladies cardiovasculaires mais également en prévention secondaire. Elle intervient également dans le traitement de la dyspnée au cours de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO). Elle joue un rôle fondamental pour éviter le gain de poids et elle réduit le risque de certains cancers (colorectal, sein, endomètre, poumon, prostate).

Attention : les bénéfices ne doivent pas faire oublier

...

Télécharger au format  txt (7.9 Kb)   pdf (98.1 Kb)   docx (11.4 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com