LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Les dettes des pays riches, risque pour la reprise

Commentaire de texte : Les dettes des pays riches, risque pour la reprise. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  19 Février 2012  •  Commentaire de texte  •  964 Mots (4 Pages)  •  563 Vues

Page 1 sur 4

Les dettes des pays riches sont un risque pour la reprise

Mercredi 26 mai, l'OCDE a revu ses prévisions de croissance à la hausse. L'organisation demande à ses membres de réduire leurs dettes

Avec cet article

Va-t-on vers une nouvelle récession ?

Les enjeux démographiques

Les fragilités économiques du géant chinois inquiètent

Le gouvernement grec peaufine un nouveau plan de redressement

Liens complémentaires

Les perspectives économiques 2010 de l'OCDE

L'Organisation de coopération et de développement économiques a revu mercredi 26 mai, à la hausse ses prévisions de croissance. L'OCDE, regroupant les pays riches de la planète, prévient quand même que la crise de la dette, en Europe notamment, fait planer des risques « plus élevés » sur l'économie.

La reprise dans les pays développés devrait être plus vigoureuse que prévue. L'Organisation attend une progression du PIB de 2,7 % en 2010, soit 0,8 % de mieux qu'en novembre. Elle prévoit une croissance de 2,8 % l'année prochaine.

Son économiste en chef, Pier Carlo Padoan, explique : « La croissance des pays industrialisés bénéficie du fort rebond du commerce international et du dynamisme des pays émergents. » Cette reprise n'a plus besoin d'être soutenue artificiellement par les plans de relance décidés par les gouvernements.

Les pays émergents risquent la surchauffe

La croissance « non aidée » est générale, mais son amplitude bien différente des deux côtés de l'Atlantique : cette année, la croissance américaine est attendue à 3,2 %, contre seulement 1,2 % pour la zone euro. Concernant la crise sociale, « le taux de chômage de la zone OCDE a désormais atteint, à 8,5 %, son point le plus haut », précise l'organisation, qui prévient que « la croissance de l'emploi reste à la traîne », notamment en Europe.

La France, elle, devrait confirmer sa reprise par une croissance de 1,7 % cette année, avec « la fin du déstockage, le rebond des exportations et l'accélération de l'investissement des entreprises. La consommation privée pourrait être plus dynamique en 2011. Le marché du travail continue à se détériorer pour atteindre un taux de chômage de 9,7 % au premier trimestre. »

Cette conjoncture mondiale « relativement prometteuse » s'appuie « sur le dynamisme de la croissance des pays émergents », notamment d'Asie. L'OCDE attend une croissance chinoise supérieure à 11 % cette année. On est proche de la surchauffe et de ses conséquences. « Une pression inflationniste existe dans les pays émergents, en raison notamment d'un afflux de capitaux étrangers vers ces économies » constate Pier Carlo Padoan.

Pour lutter contre l'inflation, les pays émergents devraient alors augmenter leurs taux d'intérêt, ceux des pays industrialisés continuant à être maintenus au plancher pour stimuler l'activité. Par ailleurs, le dynamisme des pays émergents va continuer à accroître leurs excédents commerciaux comme les dettes de leurs clients industrialisés. Les mêmes déséquilibres qui ont conduit à la crise actuelle se reforment.

...

Télécharger au format  txt (6.3 Kb)   pdf (84.6 Kb)   docx (10.4 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com