LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Dissertation le rôle de l'épargne dans le financement de l'investissement

Dissertation : Dissertation le rôle de l'épargne dans le financement de l'investissement. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  9 Mars 2019  •  Dissertation  •  1 547 Mots (7 Pages)  •  124 Vues

Page 1 sur 7

Construire une analyse approfondie sur le sujet suivant pour en tirer une problématique et un plan succinct :

Analyser le rôle de l'épargne dans le financement de l'investissement.

Introduction

L’investissement peut être définit comme la création de bien de production, ou l’engagement du capital dans un processus de production. Il est indispensable à la prospérité et l’essor de l’économie, et permet, en plus de la création de richesse, de renouveler le capital usé. L’épargne peut ainsi être définit comme une antinomie de l’investissement, car le capital épargné est celui qui n’est pas réinvesti dans l’économie, soit par le biais de la consommation, soit de l’investissement direct. Ainsi, il est intéressant d’étudier le rôle que joue l’épargne dans le financement de l’investissement.

En quoi l’épargne intervient, directement ou indirectement, dans le financement de l’investissement ?

Nous verrons donc dans un premier temps les choix et raisons qui poussent les agents économiques à épargner ou investir, puis quels sont les facteurs qui influencent l’investissement, et enfin comment orienter ses choix d’investissement de façon rationnelle.

1/ Epargner ou investir ?

Ainsi, l’agent économique doit faire un choix, épargner ou investir son capital

Nous verrons dans un premier temps les causes qui poussent les AE à épargner, puis ensuite pourquoi les AE font le choix d’investir leur épargne.

A/ Les raisons du choix de l’épargne

La thésaurisation : épargne financière ou non financière (actions)

Les différents types d’épargne

L’épargne de prévoyance, être préventif pour son avenir, l’épargne de précaution : pour les aléas de la vie

L’épargne selon les pays

On retrouve différentes mentalités concernant l’épargne, certains pays sont plus enclins à repousser la consommation et à conserver de l’argent de côté, comme la France, à l’inverse, des pays comme les USA, ou encore l’Australie, sont soumis à un modèle de vie de consommateur purement capitaliste, ils dépensent sans compter, contractent des crédits à la consommation… L’Etat les poussent d’autant plus à consommer : crédits faciles…

L’âge est aussi un facteur de l’épargne : les plus âgés ont moins besoin de consommer, ils dépensent donc moins leur argent et thésaurisent s’ils le peuvent, en vu de grosses dépenses (médicales…). A l’inverse, les jeunes et les familles avec enfant en bas âge dépensent plus car ils n’ont pas le choix, ils sont soumis à un modèle de consommation qui leur est imposé, et de ce fait investissent dans l’économie nationale

L’épargne chez les classiques : elle est une consommation différée dans le temps en vu d’un plus gros investissement, on renonce à consommer pour une meilleure consommation, et donc l’épargne précède la consommation

Chez les Keynésiens, l’épargne est un résidu, elle se fait après consommation, avec ce qui reste, et dépend donc du salaire de l’agent économique

B/ Les raisons du choix d’investir son épargne

Dans une logique macroéconomique : investir pour favoriser l’économie nationale et donc le développement du pays, ce qui profitera aux AE d’un point de vu micro économique, ils profiteront des retombés d’une bonne économie

Les Keynésiens  investissement comme moteur de l’économie, stimule la DG, ainsi, l’épargne est contreproductive et empêche l’investissement, qui décélère l’économie des nations

D’un point de vu plus micro économique, on investit pour chercher la rentabilité, que ce soit sur la place boursière (dans les actions), dans les obligations, ou bien dans des entreprises, ce qui est attendu est le retour sur investissement

Ainsi, ont investi pour gagner plus d’argent, mais il faut considérer que l’argent investi est de l’argent qu’on envisage de perdre

Alors toutes les classes sociales ne peuvent pas se permettre d’investir, que ce soit dans certains domaines, ou dans un investissement tout court.

En effet, ce sont les plus aisés qui investissent, et de ce fait alimentent l’économie, tout en s’enrichissant. On peut y voir l’entrisme dans l’investissement, bien qu’il soit ouvert à tous, il comporte des risques que tout le monde ne se permet pas de prendre.

2/ Les facteurs extérieurs qui influencent l’investissement

Mini introduction…

A/ Les critères économiques comme indicateur d’investissement

- Le PIB ou produit intérieur brut, tend à influencer les décisions des investisseurs, en effet, un PIB fort montre un pays avec une bonne économie, mais un PIB en pleine croissance favorise d’autant plus l’investissement des AE qui s’attendent à un retour sur investissement concret et rapide, et donc investissent plus sans douter.

- De même, l’inflation est un bon indicateur d’investissement, si elle est trop forte, il sera, soit difficile d’être rentable, car le cout de lancement sur le marché, des matières premières, et des produits en général sera élevé sans que la marge soit haute, et donc il sera cher de produire comme de consommer

- A l’inverse,

...

Télécharger au format  txt (10.6 Kb)   pdf (47.8 Kb)   docx (11.7 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com