LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Devoir Economie Droit Cned: Analyse d’une situation économique – L’évolution du rôle et du métier des banques

Mémoire : Devoir Economie Droit Cned: Analyse d’une situation économique – L’évolution du rôle et du métier des banques. Recherche parmi 255 000+ dissertations

Par   •  8 Février 2014  •  2 010 Mots (9 Pages)  •  918 Vues

Page 1 sur 9

ECONOMIE-DROIT

Première partie : ECONOMIE GENERALE - Analyse d’une situation économique – L’évolution du rôle et du métier des banques

Question 1 : Comment les banques interviennent-elles pour financer l’activité économique ? Vous répondrez à cette question en vous référant à votre cours ainsi qu’au document 1.

Les banques sont des intermédiaires financiers qui permettent aux agents économiques en situation de besoin de financement et ceux en capacité de financement, et qui n’ont pas accès au marché, de se mettre en relation. Les banques apportent les capitaux de ces derniers aux agents en besoin de financement. C’est ce que l’on appelle l’intermédiation financière. Les banques ont accès à trois sortes d’intermédiation leur permettant de financer l’activité économique.

L’intermédiation de représentation permettra aux banques d’acquérir des ressources en émettant des titres sur le marché ou en collectant des dépôts à moyen ou long terme, pour accorder des crédits aux agents à besoin de financement.

Aussi, grâce aux dépôts de la clientèle, les banques ont les ressources nécessaires pour accorder des crédits : il s’agit de l’intermédiation de transformation.

Enfin, grâce à leur pouvoir de création de monnaie, les banques ont la possibilité d’accorder des crédits : c’est ce que l’on appelle le crédit par la création monétaire.

Mais, depuis les années 1980, les banques ont mis en place d’autres moyens pour financer l’économie. En effet, elles continuent de délivrer des crédits aux agents économiques en besoin de financement, mais afin d’éviter tous les risques qui en découlent, elles se « débarrassent » de leurs créances en les convertissant en titres négociables qu’elles vont émettre sur le marché financier.

Ainsi, l’activité économique est, en partie, financée grâce à l’intervention des banques sur le marché financier.

Question 2 : Expliquez de manière très détaillée la phrase suivante :

« La libéralisation et les innovations financières ont changé le métier des banques. Transformées en courtiers des marchés financiers, elles vendent les crédits qu’elles ont initiés plutôt que de les porter jusqu'à échéance ».

Avant tout, tentons d’expliquer les trois éléments qui constituent la première phrase : la libéralisation (1) et les innovations financières (2) ont changé le métier des banques (3).

A partir des années 1980, les marchés financiers entrent dans une nouvelle ère grâce à la libéralisation : on passe d’une économie d’endettement, où prédomine le crédit bancaire et où l’Etat a la main mise sur les banques françaises, notamment, en contrôlant les taux d’intérêt, à une économie de marchés financiers grâce à la libéralisation des marchés. Celle-ci se traduit de plusieurs façons, et notamment à travers la privatisation des banques et grandes entreprises françaises, le décloisonnement des marchés financiers qui désigne l’ouverture internationale des marchés nationaux, mais aussi à l’intérieur de ceux-ci, grâce à l’abolition des différents compartiments qui existaient pour créer un marché unique des capitaux. Aussi, la dérèglementation a supprimé la distinction des établissements de crédit en banques de dépôt et banques d’investissement. Cette caractéristique a ainsi favorisé le développement d’une multitude de produits très diversifiés, ce qui implique des innovations financières. Enfin, le développement des technologies de l’information et de la communication facilite les transactions et permet l’interconnexion des différentes places financières mondiales, ce qui amène à la globalisation financière : les marchés fonctionnent en continu, 24 heures sur 24 (successivement sur les places d’Extrême-Orient, d’Europe et d’Amérique du Nord) comme un gigantesque marché unifié de l’argent.

La globalisation élargit donc la concurrence des marchés à l’échelle mondiale, et aboutit alors à la création d’instruments destinés à atténuer les risques. Or, suite à la libéralisation des marchés financiers et l’apparition de nouveaux produits d’épargne, les agents à capacité de financement qui trouvent alors de meilleures opportunités de placement, se détournent des dépôts bancaires, entrainant ainsi leur diminution. Ainsi, les banques n’ayant plus de ressources pour financer les projets des agents à besoin de financement se sont tournées vers le marché : on assiste à une marchéisation.

Elles vendent des titres pour collecter des ressources, et en achètent pour effectuer des placements, tout en offrant des activités de services financiers. Cependant, si l’activité d’intermédiation bancaire traditionnelle a diminué, les banques continuent de jouer le rôle d’intermédiaire financier tout en complétant par les nouvelles activités liées à l’ouverture des marchés.

Enfin, essayons de comprendre la seconde phrase : « Transformées en courtiers des marchés financiers, elles vendent les crédits qu’elles ont initiés plutôt que de les porter jusqu'à échéance ».

L’importance et le volume des transactions qu’elles réalisent font des banques, des « teneurs de marchés », c’est-à-dire que par leurs opérations, les titres peuvent toujours être vendus et achetés, assurant ainsi la possibilité à un investisseur de se dégager d’un placement avant que les risques n’augmentent. Ceci explique pourquoi « elles vendent les crédits qu’elles ont initiés plutôt que de les porter jusqu'à échéance ». De par leurs nouvelles activités, on comprend ainsi pourquoi elles se sont transformées en de véritables courtiers des marchés financiers.

Question 3 : Expliquez dans un court paragraphe, les avantages (3 avantages) que retirent les banques du fait de leur nouveau modèle économique.

Les banques retirent trois avantages du fait de leur nouveau modèle économique.

Elles peuvent avant tout éviter tout risque de défaut en se dégageant des créances les plus risquées.

En revendant les titres des créances des agents économiques à qui elles avaient accordé des crédits, les banques n’ont plus à les approvisionner.

Ainsi, avec moins de crédits à approvisionner, leurs fonds propres augmentent et elles peuvent accorder de nouveaux crédits à d’autres agents

...

Télécharger au format  txt (13.5 Kb)   pdf (140.7 Kb)   docx (13.4 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com