LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Approche Des Marchés étrangers

Dissertations Gratuits : Approche Des Marchés étrangers. Recherche parmi 232 000+ dissertations

Par   •  3 Juin 2012  •  769 Mots (4 Pages)  •  482 Vues

Page 1 sur 4

Approche des marchés étrangers

1/ La mondialisation est-elle bonne pour la croissance ?

Si nous nous en tenons à l’histoire du commerce, qui a débutée il y a environ cinq mille ans, nous pouvons remarquer que les premiers échanges étaient une source de prospérité en Mésopotamie. Plus tard, à la fin Moyen-Âge, ce sont donc une fois de plus des marchands qui sont à l’origine de l’enrichissement de villes comme Bruges, Venise ou encore Anvers. C’est le début de la mondialisation des échanges. Bruges, grâce à son important développement en terme d’échanges, devient en quelque sorte la capitale des échanges et de la finance au XIV ème siècle. Venise quant à elle domine le commerce Méditerranéen. Et Gênes voit encore plus grand en ouvrant des comptoirs jusqu’en Asie.

Toujours en terme d’histoire du commerce, l’Irak d’aujourd’hui (qui était jadis la région de Mésopotamie ancienne située entre le Tigre et l’Euphrate) connue entre 3800 et 1600 avant Jésus-Christ une importante richesse tant économique, culturelle qu’artistique et administrative. Tout cela provenant de l’import-export. Donc si nous nous intéressons à l’histoire du commerce il n’y a aucun doute, la mondialisation est bénéfique à la croissance.

Cependant il faut nuancer cette conclusion prématurée, car par la suite lors de la période de la Renaissance, nous sommes confronté à une des dérives de la mondialisation : l’Etat Espagnol vie en autarcie et subit une importante famine. Cela s’explique par les personnes au pouvoir à l’époque. Elles craignaient que leur monnaie nationale quitte le territoire. C’est pourquoi l’Espagne n’exportait alors aucun produit.

La mondialisation permet un enrichissement des Etats qui s’y intègrent grâce notamment à la théorie des avantages comparatifs, développée par David Ricardo. Chaque pays aura tout intérêt à se spécialisé dans la production qui lui offre le plus d’avantages. Cela lui permettra peut-être de dominé la production mondiale et surtout d’échanger ces biens contre d’autres qu’elle ne produit pas.

Au final la mondialisation est favorable à la croissance si le pays en question réussi à s’y intégrer correctement, c'est-à-dire si il arrive à y jouer un rôle important en se spécialisant dans la production de certaines denrées.

2/ La croissance mène t’elle au développement durable ?

Par développement durable nous entendons une façon de se développer, d’améliorer son cadre de vie (tant scolaire, qu’administratif ou que professionnel) tout en respectant l’environnement qui nous entoure. C'est-à-dire en n’ayant aucune répercussion sur les générations futures.

Il faut d’ores et déjà signifier que la croissance concerne la production nationale, plus précisément son augmentation sur une période assez longue.

Si nous prenons l’exemple de l’école néo classique, nous pouvons voir que croissance et développement durable sont totalement compatibles avec une production élevée basée sur le marché. D’après la courbe de Kuznets, il existe un seuil selon lequel la production nationale nécessiterai d’utiliser une quantité très importante

...

Télécharger au format  txt (5.2 Kb)   pdf (74.3 Kb)   docx (9.9 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com