LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Analyse Financière de l'entreprise Ferrero France

Recherche de Documents : Analyse Financière de l'entreprise Ferrero France. Recherche parmi 237 000+ dissertations

Par   •  2 Avril 2012  •  6 539 Mots (27 Pages)  •  1 918 Vues

Page 1 sur 27

FERRERO FRANCE

Dossier d’analyse financière

Sommaire :

Introduction

Première partie : Analyse de la rentabilité

1) Etude des SIG

2) Etude de la CAF

3) Autonomie financière

Deuxième partie : Analyse de la solvabilité

1) La politique financière de l’entreprise

a) Etude explicative du FR, BFR et T sur trois années

b) Etude des composantes du BFR et comparaison avec une entreprise concurrente, Nestlé France

2) La structure financière

Etude des ratios d’endettement sur trois ans

Conclusion

Annexes

Sources

Introduction :

FERRERO fut fondé en 1946 par Pietro Ferrero, un Chocolatier-Pâtissier Italien.

A cette époque, le prix des fèves de cacao, ingrédient principal pour l'élaboration du chocolat, subit une forte montée des prix. Or la région de Pietro Ferrero pullule de cultivateurs de noisettes dont les prix sont bien plus abordables. Ce dernier va alors faire une découverte révolutionnaire pour le petit déjeuner : il va trouver le moyen de substituer les noisettes au cacao.

Plus tard, l'adaptation de la préparation donnera naissance à la pâte à tartiner qui sera par la suite nommée "Nutella", en 1964.

L'essor de la société s'est fait à une vitesse incroyable. Suite à l'industrialisation de celle-ci en 1949, l'entreprise est passée de 5 employés initiaux, à plus de 1000 en trois années seulement.

En ce qui concerne l'historique de la diversification, FERRERO lance en 1956 le petit chocolat Mon chéri, en 1969 Tictac, en 1974 Kinder Surprise, en 1982 Ferrero rocher, et à partir des années 1990 Duplo, ou encore Kinder Bueno.

Mentalité / mot d'ordre de la société : passer d'un savoir-faire artisanal à une production de grande échelle.

Pour ce qui est du marché du chocolat en France, celui-ci représente 2900 millions d'euros, et se compose notamment des tablettes, bonbons de chocolat, des barrés, des produits cacaotés pour le petit-déjeuner, des pâtes à tartiner.

A propos de la consommation de chocolat, elle est de 80% pour les enfants de 3 à 17 ans, et de 49% pour les adultes de 18 à 79 ans.

Malgré un contexte difficile pour l'agro-alimentaire et une hausse des coûts de ses matières premières (sucre, cacao et lait) d'environ 40%, Ferrero-France se place comme leader de la confiserie de chocolat avec 21.8% en 2010 de part de marché. De plus, pour ce qui est des barres chocolatées, grâce notamment au Kinder Bueno et au Kinder Maxi, Ferrero assure encore davantage sa position dominante avec 44% de part de marché.

Enfin, le chiffres d'affaires de Ferrero France s'élève à 1,16 milliards d'euros pour 2009.

Ferrero Monde peut compter sur 21 500 collaborateurs, et près de 6,3 milliards d'euros de chiffre d'affaire pour 2009 à 2010, ce qui le place à la 4e place mondiale du secteur de la confiserie et de la chocolaterie.

(TNS 2010)

Première partie : Analyse de la rentabilité

1) Etude des Soldes Intermédiaires de Gestion

A l'aide de la banque de données DIANE, nous nous sommes intéressé aux soldes intermédiaires de gestion de l'entreprise FERRERO, ceci pour les années 2007, 2008 et 2009.

Tout d'abord, la marge commerciale de l'entreprise est nulle car son activité n'est pas commerciale mais industrielle.

Chiffre d'affaires

Le chiffre d'affaires représente ici pour l'entreprise la totalité des ventes de produits fabriqués, témoignant ainsi du volume d'affaire généré par l'activité courante du groupe.

On remarque une augmentation de ce chiffre d'affaires à hauteur de 8% entre 2007 et 2009 ce qui le porte à 1 164 604 k€. FERRERO se classe ainsi au deuxième rang mondial, derrière Nestlé, en terme de chiffre d'affaires dans le secteur fabrication de chocolat.

Valeur ajoutée (= Production de l'exercice – consommation de l'exercice – autres charges externes)

La valeur ajoutée est le surplus de richesse crée par l'entreprise. Elle connait une augmentation de 23,61% entre 2007 et 2009 : 1,37% entre 2007 et 2008 car la production de l'exercice est en hausse de 10,88% mais la consommation de l'exercice augmente également de 12,45% .

Et 21,94% entre 2008 et 2009 : diminution de la production de l'exercice de 1,85% et de la consommation de l'exercice de 5,38%.

Cette augmentation de la valeur ajoutée a surtout eu lieu entre 2008 et 2009 à cause d'une forte baisse des autres achats et charges externes : -14,61%. Les produits augmentent plus vite que les charges donc la valeur ajoutée augmente.

La part de valeur ajoutée dans le chiffre d'affaire (VA/CA) est passée de 14,2% en 2007 à 16,2% en 2009. Quant au secteur, on relève qu'elle est de 19% en 2009, Cela signifie que la création de richesse de cette entreprise est inférieure à celle du secteur ce qui lui est défavorable.

Excédent brut d'exploitation (= Valeur ajoutée – impôts, taxes et versement assimilés – charges de personnel + subventions d'exploitation)

L'excédent brut d'exploitation est la ressource que l'entreprise

...

Télécharger au format  txt (63.7 Kb)   pdf (808.9 Kb)   docx (60.5 Kb)  
Voir 26 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com