LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Gentrification à Cape Town

Dissertation : Gentrification à Cape Town. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  8 Janvier 2017  •  Dissertation  •  3 552 Mots (15 Pages)  •  193 Vues

Page 1 sur 15

[pic 1][pic 2][pic 3]


Table de matière

Abstrait        

Introduction        

Mise en contexte historique        

Processus        

Impacts de la régénération        

Conclusion        

Reference        

Abstrait

L’objectif de cette lecture est de faire la lumière sur le phénomène de gentrification que connait le centre-ville et les quartiers centraux de la ville De Cape Town depuis le début du millénaire. Cette lecture se base principalement sur le texte « The state and new-build gentrification in central Cape Town, South Africa” écrit par Gustav Visser and Nico Kotze tous deux professeurs au département de géographie du Free State University.

Il faut noter que la littérature sur la gentrification comme processus urbain en Afrique du Sud a été largement absent jusqu'à ce que le Professeur Gustav Visser ne commence à écrire dessus en 2003.

Introduction

Au cours des quatre dernières décennies, les urbanistes, les promoteurs et les organismes gouvernementaux et privés ont poursuivis vigoureusement une gamme de programme de renouveau urbain.  Ces programmes de renouveau urbain qu’on retrouve un peu partout dans le monde a été repris Afrique du Sud, avec de nombreux programmes de régénération urbaine depuis le début des années 1990. Les processus urbains qui ont précédé les programmes de renouveau urbains en Afrique du Sud sont : la décentralisation accélérée au milieu des années 70, l’exode des blancs des quartiers centraux a la fin des années 80, les désinvestissements en capitaux. Tous ces processus ont contribué à la dégradation des centres villes sud-africains et leur quartiers centraux. En réponse, tant dans les pays développés qu’en développement.

Différents paliers gouvernementaux ont introduit de nombreux programmes de régénération urbain. (Visser,2008)

Pour contrecarrer les processus de 'détérioration' dans les centres-villes. L'un des plus controversés formes de renouveau urbain à émerger et beaucoup affirment maintenant être directement liés à l’intervention de l'état pour favoriser la régénération urbaine sont les processus de gentrification.

Mise en contexte historique

L’émergence de la gentrification comme processus urbain en Afrique du Sud dans les quartiers centraux de Cape Town se sont fait en deux phases. La première phase dans les 1980 coïncide avec la fin de l’apartheid et la seconde phase au début des années 2000 avec l’intervention de l’état.  (Visser,2008)

Pendant L’apartheid, qui à commencer en 1948 et s’est terminer avec l’élection de Nelson Mandela a la tête de l’Afrique du Sud en 1994 ; le centre-ville et les quartiers centraux de Cape Town était exclusivement réservés aux personnes de race Blanche. Le Group Areas Act de 1960 classer les différentes populations (définies deux mois plus tôt) par le Population Registration Act de résider dans des zones urbaines d'habitation prédéfinies. (Visser,2008) Les centres-villes, ainsi que les quartiers les plus développés et les mieux équipés, étaient généralement interdits aux populations de races non-Blanches (les Noirs, les Métis et les Asiatiques). Nous verrons les conséquences de ceci ainsi que les différents acteurs dans la prochaine section. (Visser, 2008)

Le gouvernement d’apartheid Sud-Africain a été largement critiqué à l’international. L’Afrique Du Sud a connu plusieurs sanctions économiques international ainsi qu’une escalade de violence dû à la résistance qui pesaient de plus en plus sur le régime d’apartheid. En 1991 l’apartheid est aboli et les premières élections au suffrage universel ont lieu en 1994. (Myre, 1991) Nelson Mandela est alors élu président de l’Afrique du Sud.

Les quartiers centraux de Cape Town ont connu un certain exode des populations blanches après la fin de l’Apartheid. Environ 800 000 (d'une population totale de 5,2 millions) de Blancs ont quitté l'Afrique du Sud depuis 1995, selon un rapport de 2008. Le pays a connu un taux élevé de crimes violents, une raison primordiale pour l'émigration. Parmi les autres causes figurent les attaques contre les fermiers blancs, la crainte d'être exclue par les programmes d'action positive, les pannes de courant dans les fournitures électriques et les inquiétudes concernant la corruption et les tendances politiques autocratiques chez les nouveaux dirigeants. (The Economist,2008) La décentralisation et le désinvestissement de capitaux ont également contribué à la détérioration des quartiers centraux.  Le Centreville et les quartiers centraux était dominé par la criminalité et le vagabondage. (Visser,2008)

Dans la prochaine section, nous verrons comment cette détérioration des quartiers centraux a permis la plus récente vague de gentrification du centre-ville et des quartiers centraux.

Processus

Tout d'abord, le point fondamental de la littérature sur la gentrification, est que le processus implique le déplacement et l'exclusion d'une classe inferieure par une classe supérieure. Ceci peut se refléter dans les villes d'Afrique du Sud historiquement et dans le présent. Bien que de nombreuse recherche ont été faite sur les déplacement de l’apartheid, il y a peu d’évidence sur une gentrification « typique » en Afrique du sud.  Certains ont interprété les expulsions forcées durant l’apartheid comme une forme gouvernementale de gentrification (McDonald, 2008). Une class ouvrière pauvre composé de noir et métis a été déplacé des quartiers centraux. Le quartier de De Waterkant illustre bien ce cas. De Waterkant a connu trois phases de gentrification. La première phase coïncide avec le Group Areas Act qui a vu la population métisse de classe ouvrière remplacée par une population de classe moyenne blanche dans les années 70 et 80(Visser,2008). Encore une fois cette phase n’est pas une gentrification ‘’typique’’ mais plutôt comme certain pense, une forme gouvernementale de gentrification. De Wanterkant a un emplacement idéal et des caractéristiques intéressantes pour permettre un processus de gentrification. En effet, De Waterkant est un quartier central et contient de nombreux immeuble a caractère patrimonial.

...

Télécharger au format  txt (23.7 Kb)   pdf (380.7 Kb)   docx (994.9 Kb)  
Voir 14 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com