LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Croissance et environnement

Fiche : Croissance et environnement. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  30 Juin 2019  •  Fiche  •  1 805 Mots (8 Pages)  •  214 Vues

Page 1 sur 8

Chapitre 1 : Croissance et environnement

  1. La croissance est-elle soutenable ?
  1. Les visions pessimistes
  2. Les visions optimistes
  3. Les définitions du développement soutenable
  1. Les indicateurs de croissance durable
  1. Les limites du PIB
  2. Les tableaux de bord
  3. L’indice de développement humain
  4. L’empreinte écologique
  5. L’épargne véritable

Introduction :

  • MALTHUS : contradiction entre l’évolution de la population et l’évolution de la production agricole
  • RICARDO : idée d’un état stationnaire
  • JEVONS (1865), The Coal Question : le charbon étant une ressource épuisable, la révolution industrielle étant basée sur celui-ci, la croissance de la production allait de fait s’arrêter.
  • Rapport MEADOWS (1972), Halte à la croissance ?

Vision pessimiste : la croissance ne peut être infinie et les sociétés ne pourraient pas s’adapter à l’environnement.

  • De nombreux débats (1975-1976) sur le caractère fini de la croissance et du développement : existe-t-il réellement ? Y-a-t-il une contradiction obligatoire entre croissance et environnement ? Est-ce que la croissance ne va pas prendre en compte naturellement les contraintes environnementales pour trouver une autre forme de développement ?
  • Interrogation sur ce que signifie une croissance durable

  1. La croissance est-elle soutenable ?
  1. Les visions pessimistes : le rapport Meadows

C’est la première analyse systémique du développement.

Objectif : explorer les interdépendances entre 5 tendances majeures de la croissance au 20ème siècle :

  • Explosion démographique
  • Une augmentation de la production alimentaire
  • Industrialisation rapide et importante au niveau local et mondial
  • Epuisement des ressources naturelles
  • Pollution

Ces auteurs déterminent plusieurs scénarios en fonction d’hypothèses (pour eux, il y a une relation exponentielle entre ces éléments) :

  • Taux de croissance de la population
  • Stock de ressources
  • Techniques de dépollution etc.

  1. Le scénario de base (la base de ce modèle est le critère de l’épuisement des ressources) :

Si il n’y a pas de modifications dans la tendance du développement, d’ici le milieu du 2ème tiers du 21ème siècle, on va avoir un effondrement de la croissance lié à l’épuisement des ressources énergétiques qui vont limiter les capacités d’investissement. (sans énergie on ne produit plus de biens intermédiaires par exemple i.e. de biens d’investissement donc on ne pourra pas subvenir au déclassement : le stock de capital va se désagréger et donc les rendements agricoles vont se trouver limiter, le risque étant la famine généralisée). Voir graphique 1

Si les ressources n’étaient pas épuisables, l’effondrement arriverait lui aussi mais pour une autre raison : les phénomènes de pollution et de dégradation de la santé humaine, dégradation de la productivité des matériaux et des bâtiments.

  1. Quelles sont les caractéristiques du développement pour maintenir une activité perpétuelle ?

Il faudrait selon eux stabiliser la population autour de 4 milliards d’habitants, un arrêt de la croissance du capital productif (qui doit stagner i.e. juste reproduire les capacités de production). Cela ne signifie pas un arrêt de la croissance : d’autres activités productives peuvent croître si elles n’entraînent pas de ressources telles que l’éducation, la culture, la recherche etc. (croissance qualifiée de tertiaire).

        Voir graphique 2 et 3

Critiques du rapport :

Ce rapport a été très critiqué en raison de :

  • Son caractère « malthusien »
  • De la faiblesse des possibilités de substitution entre les inputs (énergies) : les ressources épuisables sont exprimées sous forme physique et non pas sous forme économiques dans ce rapport. Un stock de pétrole reste une ressource économique par exemple. Les ressources énergétiques sont des biens économiques et donc l’offre et la demande vont varier selon des conditions de prix et donc de rareté relative.
  • Du lien important entre croissance et consommation de ressources : ne peut-on pas avoir une croissance de moins en moins consommatrice de ressources ? L’énergie pourrait être plus ou moins productive en fonction du type de matériel utilisé.

  • Les réponses vont s’attacher à montrer que le développement économique peut non seulement repousser le mur de la rareté des ressources physiques mais aussi favoriser la protection de l’environnement. En retour, la croissance peut favoriser la lutte pour la défense de l’environnement (courbe de KUZNETS).

  1. Les visions optimistes

Il peut y avoir des interactions un peu plus complexes entre la croissance économique, le niveau technologique atteint et l’environnement. En effet, plus on se développe, plus on peut prendre soin de l’environnement (courbe de KUZNETS).

On peut également trouver des substituts à certaines énergies.

Il faut également prendre en compte le progrès technique notamment dans l’extraction des ressources : on peut alors puiser dans des ressources difficilement accessibles. Le coût d’exploration sera alors moins coûteux ; on va pouvoir aller vérifier si effectivement des ressources sont encore disponibles, peut être trouver de nouveaux gisements etc.

...

Télécharger au format  txt (12.1 Kb)   pdf (159.8 Kb)   docx (86.8 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com