LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Les Questions Les Plus Souvent Posées Aux Cliniclowns

Dissertations Gratuits : Les Questions Les Plus Souvent Posées Aux Cliniclowns. Recherche parmi 237 000+ dissertations

Par   •  23 Octobre 2011  •  929 Mots (4 Pages)  •  939 Vues

Page 1 sur 4

1 Les questions les plus souvent posées:

Visitez-vous tous les patients d’un hôpital?

Oui, tous les enfants d’un service de pédiatrie reçoivent la visite de nos clowns, indépendamment de leur maladie, de leur âge ou de leur origine. Lors de leur arrivée à l’hôpital, les clowns ont d’abord une réunion avec le personnel soignant afin d’être mis au courant de l’état de santé de chaque enfant. Si des enfants ne peuvent être approchés à cause de risques d’infection, on recherche toujours un moyen de passer un moment agréable avec eux, en jouant par exemple à travers une vitre.

En général, la prestation dure +/- 10 minutes par chambre.

Faut-il suivre une longue formation pour devenir cliniclown?

Les candidats doivent avoir suivi une formation psychologique ou pédagogique et disposer d’une grande expérience dans l’art d’improvisation et/ou de clownerie. Les candidats sélectionnés sont ensuite invités à une journée de sélection. Cette journée comprend des exercices d’improvisation et de clownerie ainsi qu’un entretien de motivation. Si le candidat-clown est coté positif, il reçoit alors une formation de 3 mois avant de connaître une nouvelle évaluation. Après cela, il se verra offrir ou non un contrat d’essai de 3 mois. Pendant cette période d’essai, les nouveaux clowns ont la possibilité d’étendre leurs connaissances, ils peuvent poser des questions ou parler de leurs incertitudes avec leurs collègues-clowns. L’âge minimum pour devenir cliniclown est fixé à 18 ans.

Avez-vous une anecdote ou une histoire plaisante à nous raconter?

Lorsque vous travaillez depuis un certain temps comme cliniclown, vous avez toujours l’une ou l’autre histoire qui reste en vous. En mentionner qu’une est difficile car en fait, ce que vous gardez, c’est la chaleur humaine et l’amitié que vous recevez de tous ces enfants, et aussi des parents. Certaines anecdotes n’ont rien de spectaculaire, la force réside dans de petites choses, comme cet enfant qui vous embrasse spontanément pour vous remercier et vous faire comprendre qu’il a apprécié, sans prononcer un mot.

Comment réagissent les parents, les jeunes patients ou le personnel soignant lors de votre visite ?

Les réactions sont généralement très positives. Il est important de souligner que nos clowns demandent toujours l’autorisation aux enfants et/ou aux parents avant d’entrer dans une chambre. Les enfants sont à l’hôpital pour guérir, et il se peut parfois qu’un enfant soit trop malade ou trop fatigué pour nous recevoir. Il va de soi que nous respectons le souhait de l’enfant et des parents.

Comment se passe le premier contact avec l’hôpital ?

Habituellement, on se concerte pour étudier les possibilités, tant à court qu’à moyen terme. De nombreux facteurs entrent en ligne de compte et l’un d’entre eux, essentiel, touche aux moyens financiers. Lorsque nous lançons un duo-clown dans un établissement, nous voulons travailler sur une base régulière et non faire des visites sporadiquement. Tout ceci a un coût et nous étudions si c’est réalisable dans les limites du budget. Si ce n’est pas le cas,

...

Télécharger au format  txt (6.1 Kb)   pdf (79.4 Kb)   docx (10.3 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com