LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

DOSSIER INFECTIOLOGIE HYGIENE CAS

Rapport de stage : DOSSIER INFECTIOLOGIE HYGIENE CAS. Recherche parmi 231 000+ dissertations

Par   •  16 Mai 2016  •  Rapport de stage  •  1 128 Mots (5 Pages)  •  1 166 Vues

Page 1 sur 5

SOMMAIRE

INTRODUCTION        

DESCRIPTION DE LA SITUATION        

ANALYSE DES ERREURS ET RECOMMANDATIONS        - 4


INTRODUCTION

Elève en première année d’école d’infirmière, après 1 bon mois et demi de cours soutenus à l’IFSI, nous voilà donc prêts à affronter notre premier stage d’immersion en milieu professionnel, afin de mettre en exergue nos connaissances et analyser et comparer si ce qui se fait sur le terrain est en corrélation avec les normes d’hygiènes recommandées par le CCLIN.

Durant ces quelques semaines de stage, j’ai eu l’occasion de travailler en collaboration avec différents membres du service : ASH (Agent de Service Hospitalier), AS (Aide Soignant(e)) et IDE (Infirmier(ère) Diplômé(e) d’Etat).

J’ai eu l’occasion de constater que certains membres de l’équipe respectaient tant bien que mal les règles d’hygiène, tandis que d’autres ne s’y attelaient même pas.

En analysant les pratiques de chacun, on constate que chacun est au courant des règles à appliquer, mais pour des raisons qui leurs sont propres, ils ne les mettent pas en application.

J’ai pu constater différents manquements, tels que le non respect de la procédure complète de désinfection de chambre, la désinvolture quant au port de gants et des erreurs en matière d’après-soin en chambre.

Mais la situation qui m’a le plus interpellée est la réalisation de la toilette d’un patient avec un seul et unique gant jetable.


DESCRIPTION DE LA SITUATION

Le 04/11/2014, j’entreprends avec l’AS Mme R., la toilette au lit d’un patient âgé et non autonome. Le patient âgé de 84 ans a des difficultés d’élocution (il est édenté et n’a pas d’appareillage), et il est à J8 d’une opération de fracture pertrochantérienne[1] du fémur droit.

En préparant le matériel nécessaire à la toilette du patient, je me rends compte qu’il n’a rien : ni produit de toilette, ni gant, et une seule serviette. J’informe donc l’AS que je vais chercher 2 gants de toilette jetables, et là, elle m’interpelle en me disant qu’on ne se débrouillera qu’avec un seul gant.

Je suis assez choquée, car en plus du non respect des règles d’hygiène, je la trouve très brutale avec un patient de cet âge qui veut bien se mouvoir à sa façon et à son rythme, mais elle n’a pas la patience d’attendre et le manipule sans égard ni pour sa personne ni pour sa douleur !

La toilette débute : les mains gantées, elle lui lave le visage puis les bras, ensuite le torse puis le dos et les parties génitales. Je prends alors la décision d’essuyer le patient avec la seule serviette trouvée dans la chambre. Ensuite, sans changer l’eau, elle enchaîne sur les jambes puis, arrivée à la protection anatomique, elle se rend compte qu’il y a des selles. Je lui propose donc d’aller récupérer un deuxième gant jetable, et elle me répond que ce n’est pas la peine car il y a pénurie de matériel et qu’il faut faire des économies, ce qui n’est pas exact puisque les stocks sont dotés en une quantité suffisante de gants jetables !

Elle décide donc de me montrer une astuce pour faire la toilette anale sans matériel adéquat : elle mouille l’alèse dans sa partie la moins sale et enlève ainsi le surplus de selles du patient. Le gros des elles étant enlevé selon la technique montrée, elle poursuit avec le même gant jetable du début et le rince dans la même eau de départ qui lui a servi entre-temps à se rincer les gants de protection qui ont été en contact avec les selles du patient. Ensuite, elle essuie le patient avec les draps de son lit.

Toilette terminée, elle refait le lit du patient en de désinfectant qu’un seul côté puis met en place l’alèse et la protection anatomique.

Elle m’annonce que la toilette est terminée ; je décide donc de la parfaire en nettoyant l’environnement du patient et en vidant la chambre des éléments sales et à jeter.


ANALYSE DES ERREURS ET RECOMMANDATIONS

ERREURS

RECOMMANDATIONS

ACTIONS CORRECTIVES

Utilisation de la même paire de gants en latex depuis le début de la toilette jusqu’à la fin

Ne pas porter de gants lors de contact avec la peau

saine (en particulier : toilette du visage, du dos, réfection du lit, shampoing simple...)

Le gant est une « mesure barrière » lors de la

toilette, seulement si risque de contact avec :

– Des liquides biologiques

– Une muqueuse (soin de bouche, ou entretien prothèse dentaire, soins d’yeux, toilette génitale)

– La peau lésée du soignant ou du patient

Ne pas mettre de gants pour faire la toilette sauf génito-anale, ni pour manipuler les draps propres

Utilisation d’un gant de toilette jetable unique pour toute la toilette

Prévoir 2 gants de toilettes afin d'éviter une dissémination de germes anaux au niveau du pénis et laver des organes génitaux vers la région anale.

Utiliser un 1er gant pour la toilette du corps

Utiliser un 2ème gant pour la toilette génito-anale surtout s’il y a des selles

Utilisation d’une même bassine d’eau du début à la fin de la toilette

Changer l’eau aussi souvent que nécessaire, voire après chaque région corporelle.

Changer l’eau après la toilette du haut ou après y avoir rincé les gants jetables afin de procéder à la toilette du « bas »


ERREURS

RECOMMANDATIONS

ACTIONS CORRECTIVES

Non changement des gants en latex souillés par des selles

Il est fortement recommandé de retirer les gants lorsque, dans une séquence de soins chez un même patient, l’on passe d’un site contaminé à un site propre du corps ou lorsque l’on passe d’un site

contaminé à un autre site contaminé

Changer les gants jetables souillés par une paire propre afin de faire la toilette du « bas »

Essuyage du patient propre avec les draps sales

Prévoir 2 serviettes de toilette

Fournir une serviette au patient et l’essuyer avec

Désinfection partielle du lit et de l’environnement du patient

Déborder les pieds du lit et les déposer sur la chaise

Déborder les 2 côtés du lit

Mettre le patient en décubitus latéral

Rouler l’alèse sur le lit, le long du dos du patient

Décontaminer l’alèse plastique et rouler

aussi cette alèse près de l’autre alèse

Rouler le drap de dessous

Décontaminer le matelas

Dérouler le drap de dessous, l’alèse caoutchouc

et l’alèse en tissu

Border le lit au carré

Tourner le patient de l’autre côté

On tire le drap et les alèses

Décontaminer le reste du matelas, l’alèse plastique

Tirer l’alèse tissus

Désinfecter le 1er côté du lit, étendre le drap de ce côté, coucher la patient en décubitus latéral sur le côté du lit fait, puis désinfecter l’autre côté et finir d’étendre le drap afin de coucher le patient.

Lit du patient terminé, faire l’environnement.

...

Télécharger au format  txt (7.2 Kb)   pdf (138 Kb)   docx (13.5 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com