LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Accompagnement social

Fiche : Accompagnement social. Recherche parmi 229 000+ dissertations

Par   •  10 Octobre 2018  •  Fiche  •  561 Mots (3 Pages)  •  155 Vues

Page 1 sur 3

L’accompagnement social

Historiquement

La  notion d’accompagnement social a été mise en avant dans les années 1980 par les associations de lutte contre l’exclusion sociale. Il surgit partout : dans le travail social, dans les placements judiciaires, dans la formation, dans le travail éducatif, dans le travail soignant… Dans tous les actes de la vie, le terme accompagnement est présent. Il a juridiquement fait son apparition en 1992 dans les textes juridiques relatifs au R.M.I.

  • Les années 70 auront été les années « formation » avec la mise en place de la formation avec la mise en place de la formation pour adultes.
  • Les années 80 auront été les années de projet, chacun doit prendre en charge ses projets. Il n’y a plus de projets collectifs. Les projets individuels doivent émerger.
  • Les années 90 sont les années de l’accompagnement.

Il résulte de plusieurs fractures :

  • Entre 1950 et 1970 : faillite des grands intégrateurs que sont la famille, l’école et la religion.
  • Vers 1975, faillite du travail
  • Depuis 1968/1970, écroulement des idéologies collectivistes

Définitions et différents sens du terme

Dans le monde musical, l’accompagnement désigne une partie de soutien, qui est secondaire mais pas accessoire. « Ensemble des parties vocales ou instrumentales secondaires qui soutiennent la partie principale. »

Dans le milieu militaire, l’idée d’accompagnement induit en plus l’idée de protection. Dans le dictionnaire l’accompagnement signifie « ajouter quelque chose à l’autre ».

Quels notions se cachent derrière le terme accompagnement

Le terme « d’aide » peut être considéré comme l’ancien terme désignant l’accompagnement. Cette terminologie renvoyait plus à celle du bénévolat, du caritatif, d’assistanat. A l’inverse la notion d’accompagnement renvoie à celles de professionnalisme, de démarche outillée, réfléchie d’autonomisation de la personne accompagnée.

L’accompagnement est avant tout une relation, qui ne peut que fonctionner part une démarche volontaire de l’individu, mais également par une relation de confiance. Sans confiance l’accompagnement est impossible et peut être faussé par une retenue de la personne. Manifester de l’empathie à la situation de l’individu me semble important pour instaurer une relation de confiance. Il intègre une dimension réflexive, ce n’est pas seulement la recherche de solutions.

L’accompagnement ne traduit pas de faire à la place de, bien au contraire. C’est dans les dialogues, l’interlocution, l’intersubjectivité que chacun gagne en autonomie et découvre en lui-même les critères qui lui permettent de se positionner. Même si l’accompagnement demande une expertise professionnelle, il impose la retenue pour éveiller autrui à sa propre capacité à se prendre en charge.

L’accompagnement c’est avant tout guider et conduire l’autre dans sa recherche de « solutions », sans se positionner et imposer son point de vue. Il semble extrêmement important de sans cesse s’ajuster à la personne que l’on accompagne et à sa problématique.

Comme évoqué précédemment la confiance est la clé dans bon accompagnement, elle doit apparaître dans les deux sens. Le professionnel doit faire confiance à l’individu, l’individu doit faire confiance au professionnel. Pour instaurer cette clé de l’accompagnement il faut donner un cadre de sécurité.

...

Télécharger au format  txt (3.9 Kb)   pdf (107.1 Kb)   docx (14.1 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com