LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Estime de soi chez les enfants dyslexique

Dissertation : Estime de soi chez les enfants dyslexique. Recherche parmi 299 000+ dissertations

Par   •  18 Avril 2018  •  Dissertation  •  2 479 Mots (10 Pages)  •  800 Vues

Page 1 sur 10

  Pour commencer cet exposé nous allons utiliser la définition de la dyslexie au sens de l’organisation mondiale de la santé[1] afin de poser les bases de ce qui va suivre. « C’est un trouble qui se situe au niveau de la lecture. Il est aussi question aussi d’un trouble persistant de l’acquisition du langage sous la forme de l’écrit qui se remarque surtout  par de grandes difficultés dans l’acquisition et dans l’automatisation des mécanismes nécessaires à la maitrise de l’écrit (lecture, écriture, orthographe, etc. ». Il est important de préciser que les grandes difficultés se caractérisent à travers la manière dont le sujet va lire car il va mettre du temps à déchiffrer les mots, va avoir des difficultés à lire un texte à voix haute car il va avoir tendance à  se tromper et remplacer des lettres par d’autres lettres ou d’autres mots mais il peut y avoir ce que l’on peut appeler un oubli de certaines lettres ou mots. Compte tenu de ce que nous venons d’évoquer de la dyslexie, nous comprenons que les troubles engendrés sont de nature à affecter grandement le parcours scolaire et la vie sociale du jeune enfant. Devant tant de difficulté et la persistance de celles-ci il peut accumuler un grand retard en ayant l’impression de faire son possible et se sentir bête de ne pas y arriver.  

  Dans ce contexte précis, nous postulons le fait que les ordinateurs ainsi que les outils numériques peuvent s’avérer être d’une aide précieuse car ils permettent de changer les modalités de l’apprentissage. Nous nous interrogeons donc sur l’effet des aides numériques concernant les performances et l’estime de soi de l’élève ?

  Nous allons évoquer une communication du chercheur Bouvet, P[2] (2011) qui évoque le fait qu’un enfant connait la vie en étant dyslexique et qu’il ne le devient pas par la suite donc ce n’est pas acquis alors c’est un trouble qui restera toute sa vie et il va falloir essayer d’apprendre à vivre avec celui-ci même si ce ne sera pas simple au quotidien. Nous avons pu voir lors de notre parcours scolaire que l’écrit est très important pour acquérir le savoir à l’école mais aussi dans notre société actuelle ou beaucoup de choses vont se jouer sur de l’écrit et des informations écrites alors être dyslexique c’est un risque sérieux de décrochage scolaire mais aussi social. Il peut en résulter un dégout pour tout ce qui se rapporte à la lecture et idem pour l’écrit ce qui fait que l’élève ne va plus lire par exemple et nous pouvons le comprendre du moins nous pouvons comprendre la logique dans laquelle celui-ci se trouve. C’est une tâche qui lui demande énormément de ressource  et il a du mal à y arriver donc il finit par baisser les bras a cause de la lassitude. Il peut y avoir une accumulation du retard dans la lecture et dans d’autres domaines et aussi des notes qui sont décevantes alors que l’élève passe énormément de temps à apprendre ses leçons et réviser. De ce fait, il peut en résulter des troubles de nature psychologique car il peut se dire qu’il est inférieur aux autres car il passe énormément de temps à essayer d’apprendre et son copain qui passe moins de temps a toujours de meilleurs notes. C’est un mécanisme de comparaison sociale qui l’amène à développer un sentiment d’infériorité prononcé et qui abaisse son estime de soi fortement car il doit faire face à un autrui qui est toujours « mieux » que lui alors qu’il tente d’agir avec « les moyens du bord ». Il peut en avoir honte aussi car les autres ont des bonnes notes mais lui non ce qui fait qu’il se sent à l’écart de ses camarades.

  Nous pouvons évoquer un grand nombre de comorbidités qui sont évoquées dans l’étude du NSSE[3]. En effet, on y voit que les élèves dyslexiques peuvent développer des sentiments de colère car ils ne comprennent pas pourquoi il n’y arrive pas mais aussi des sentiments de révolte contre le professeur ou contre l’école qu’il juge responsable de ses difficultés, c’est quelque chose qui peut aller loin si on ne fait pas attention. Il y a aussi de l’anxiété qui peut apparaitre avec la peur de devoir retourner à l’école et de se sentir bête ou mis de côté vis-à-vis de ses camarades car l’école est le lieu où les faiblesses sont mises sous le feu des projecteurs alors ils vont avoir tendance à se faire tout petit pour ne pas se faire remarquer. De plus, un renoncement ou pire une détresse émotionnelle qui peut aller jusqu’à une humeur dépressive dès qu’il faut aller à l’école ou travailler pour l’école car  Ce sont des éléments qui peuvent être repérés à travers la conduite de l’enfant et son caractère. Il peut devenir moins patient envers les autres et s’énerver plus vite ou bien s’enfermer dans sa chambre très souvent et avoir des comportements d’opposition envers les adultes, les parents ou bien l’école. De l’agitation peut être remarqué à l’école car il n’arrive plus ou n’a plus envie de suivre et va alors essayer de faire autre chose durant que le professeur parle. Nous pouvons citer différentes études qui montrent que l’estime de soi est impactée par ce trouble notamment dans l’étude de Leonava (2009)[4] et De Léonardis (1998)[5].

 Nous avons vu que la dyslexie est un trouble qui influence négativement l’estime de soi d’un écolier mais il existe une aide de nature numérique qui permet de la restaurer. Comment cela se passe-t-il dans les faits ?

L’utilisation des aides numériques est en train de se développer progressivement au sein des écoles et l’état a même alloué un budget spécifique en 2015 afin de fournir des outils aux enfants afin de pouvoir travailler sur des outils pédagogique adaptés.

  Nous allons évoquer une citation de Sagot[6] (2007, p.98) très intéressante qui stipule que « avoir recours à différents éléments que peut fournir l’outil internet et utile et c’est durant le moment ou  l’élève ne peut pas réaliser une action avec les méthodes traditionnelles, mais avec des applications d’un autre niveau, pour faire avec plus de vitesse, faire plus et avec une qualité plus grande ce qui lui est demandé. C’est apprendre d’une façon différenciée, au rythme qu’il va choisir, et contribuer à l’organisation de sa pensée, de ses stratégies et au final c’est apprendre comment apprendre ».

 Nous voyons que les dyslexiques ont du mal à déchiffrer ce qui est écrit sur un document mais il y a la possibilité de scanner par exemple les documents sur l’ordinateur et alors les fiches qui sont numériques peuvent avoir des changements en agrandissant le texte, en utilisant des icônes. Il y a aussi la synthèse vocale qui permet d’exploiter une modalité perceptive moins déficitaire chez le sujet. Bibeau[7] (2007) évoque clairement qu’il est primordial « d’avoir des éléments comme des papiers écrits qui seront de nature numérisée car c’est une étape nécessaire à l’adaptation et la bonne mise en forme des écoliers » ayant des difficultés de cet ordre. Il existe des codes basés sur la phonologie qui permettent de réduire le cout cognitif ce qui permet d’alléger l’enfant et le retour vocal sur les mots écrits est une bonne solution si nous voulons que le jeune enfant puisse développer sa conscience des mots tranquillement à son rythme sans être confronté constamment à un échec cuisant qui lui mine le moral. Benoit et Sagot[8] en 2009 dans leur étude évoque même un logiciel de synthèse vocal qui permet de se faire lire un texte ce qui fait que l’enfant ne perd plus de temps et d’énergie au niveau de ses capacités cognitives à tenter de comprendre un minimum en vain certain mots. Alors il peut se concentrer sur d’autres aspects tels que le sens des mots et il peut développer sa réflexion ce qui fait qu’il se sent mieux car il progresse et apprend des choses, à son rythme sans subir le stress de l’exposition devant tout la classe. Ainsi le logiciel « Pictop » est dédié à l’aide à la lecture et à l’écriture pour des enfants dyslexiques.

...

Télécharger au format  txt (16.4 Kb)   pdf (296 Kb)   docx (21 Kb)  
Voir 9 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com