LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Travail Noté 1 ADM 1013

Rapports de Stage : Travail Noté 1 ADM 1013. Recherche parmi 224 000+ dissertations

Par   •  14 Août 2013  •  2 374 Mots (10 Pages)  •  2 732 Vues

Page 1 sur 10

Étude de cas « Des frontières à franchir »

Approche problématique

Étape 1 : Résumé des faits

Le cas « Des frontières à franchir » nous résume la situation d’Angelica Garza, américaine d’origine mexicaine, occupant un poste pendant 10 ans de ressources humaines dans une multinationale appelée USMed. USMed fabrique des produits médicaux à l’intérieur d’une maquiladora. La maquiladora est une usine mexicaine située dans des zones limitrophes au Mexique, soit aux États-Unis. L’avantage de celle-ci est qu’elle peut profiter des lois favorables de ce pays et d’une main-d'œuvre mexicaine à moindres coûts.

En plus de travailler à cette maquiladora, Angelica occupe un poste de responsable des ressources humaines pour une plus petite entreprise appartenant elle aussi à la multinationale de Chula Vista, soit du côté des États-Unis, sur la limite de la frontière. Cette usine employait davantage de Mexicains que d’Américains ; 1 100 Mexicains pour 34 Américains. Angelica décrivait les relations entre elle et les dus USMed aux États-Unis et au Mexique comme étant quasi inexistantes. De plus, cette multinationale n’avait pas fait part à Angelica des politiques générales et des politiques de la gestion dans les différences culturelles de la main-d’œuvre.

Grâce à son éducation latino-américaine et à sa maîtrise de la langue espagnole, elle a pu comprendre en partie la culture et les travailleurs de cette entreprise. « Je suppose que tout le monde estimait que,venant d’une famille chicano, j’allais automatiquement savoir comment me fonde dans cette culture complètement différente de la mienne » ; les dirigeants de cette entreprise avec donc sous-estimé la valeur exacte de son poste de responsable. L’incompréhension de la culture et le manque de personnel bilingue rendaient la tâche d’Anglelica plus ardue. Elle devait donc être confrontée à plusieurs problématiques. De plus, l’environnement dans lequel elle travaillait était constitué uniquement d’hommes, elle fut donc sous-estimée puisqu’elle était une femme.

Ajoutant à la difficulté d’adaptation d’Angelica à une nouvelle culture, l’entreprise dans laquelle elle devait travailler comportait elle aussi ses problèmes. L’entreprise à Chula Vista avait une ambiance de travail qui comportait des tensions entre américains et mexicains. Les Américains n’étaient pas intéressés à connaître leurs homologues mexicains. On y découvre donc une confrontation entre deux cultures ; américaine et mexicaine.

Étape 2 : Identification du problème

Le cas « des frontières à franchir » illustre une bataille entre deux cultures. C’est le principal problème que relate cette analyse de cas. De ce fait, on remarque un manque de communication entre ses deux parties. La confrontation des deux cultures se perçoit dans plusieurs situations.

La première situation est la confrontation entre Angelica et deux femmes mexicaines. Ses deux collègues d’origines mexicaines qui travaillaient à la comptabilité lui en voulaient, car Angelica leur avait diminué leurs tâches de travail. Les deux femmes ont perçu cette diminution de charge comme si elles ne faisaient pas bien leur travail. Elle était donc mal vue par ses collègues, ce qui empêchait une communication entre elles et les deux femmes. Elle n’obtenait aucune information et se faisait constamment critiquer par celles-ci.

Une autre situation relate de l’adversité entre ses deux cultures lorsque Angelica travaillait en étroite collaboration avec le chef comptable, un mexicain. « Je l’entends encore me répéter que je m’étais trompée dans mes chiffres, que je n’eusse pas fait ceci ou cela » les deux arrivaient à la même réponse, la différence était la façon d’y arriver. Tous deux prenaient des chemins différents, mais le résultat était le même. « On arrivait tout à fait aux mêmes résultats, et c’est bien normal : mais moi, je suivais l’approche privilégiée par les américains, celle à laquelle ils s’attendaient. » Angelica venait apporté. Tous deux croyaient avoir la meilleure méthode de travail. De plus, Angelica était souvent incomprise, car sa culture était différente de celle des mexicains.

La bataille entre cultures se poursuit par le manque d’intérêt des Américains aux Mexicains. « Ses collègues d’origine anglo-saxonne ne savaient que très vaguement ce qui se déroulait à Tijuana et ne voyaient pas l’intérêt d’essayer de comprendre la main d’œuvre mexicaine, ni de s’en rapproche » , ce passage du texte nous démontre très clairement une bataille de culture, les américains sont peu intéressés et ne veulent pas connaître leurs homophones mexicains. C’est presque comme s’Ils ne travaillaient pas ensemble, alors qu’ils sont sensés former une équipe et s’intéresser les uns les autres.

On peut donc constater par la confrontation des deux cultures précédentes un manque à la gestion de la diversité culturelle.« La gestion de la diversité met l’accent sur la reconnaissance des différences, dans le but principal de créer des cadres de travail au sein desquels tout un chacun se sentira valorisé et accepté. » Les différences culturelles qui se remarquent dans cette analyse de cas sont le sexe, la race et la culture. Mme Garza étant une femme ressent une discrimination à se faire entendre dans un environnement d’hommes. Ses points de vues et ses méthodes de travaille étaient souvent méprisés.« Les hommes à qui j’avais affaire me méprisaient à cause de mon sexe » . De plus, la race fut d’autant plus problématique dans ce cas-ci. « Étant donné son statut d’Américaine, les Mexicains éprouvaient pour elle des sentiments ambigus où se mêlaient incompréhension et ressentiment » .

Étape 3 : Identification des causes du problème

Les causes sous-jacentes de la bataille entre les deux cultures, Américaines et Mexicaines s’expliquent par les différences qui les opposent sur le plan :

Des caractéristiques sociodémographiques, on peu relever plusieurs variables des caractéristiques sociodémographie :

-Du sexe : Mme Garza étant une femme ressent une discrimination à se faire entendre dans un environnement d’homme. Ses points de vues et ses méthodes de travaillent était souvent méprisé.« Les hommes à qui j’avais affaire me méprisaient à cause de mon sexe » .

-De l’origine ethnoculturelle : «

...

Télécharger au format  txt (15.7 Kb)   pdf (151.5 Kb)   docx (13.6 Kb)  
Voir 9 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com