LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Comment peut-on s'aveugler assez pour appeler les fables la morale des enfants ?

Commentaire d'oeuvre : Comment peut-on s'aveugler assez pour appeler les fables la morale des enfants ?. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  7 Novembre 2014  •  Commentaire d'oeuvre  •  1 156 Mots (5 Pages)  •  651 Vues

Page 1 sur 5

Correction de la dissertation à la maison facultative

Objet d'étude : l'apologue

Sujet : « Comment peut-on s'aveugler assez pour appeler les fables la morale des enfants ? » écrit Rousseau dans son traité Emile ou de l'Education (1762). Pensez-vous, comme Rousseau, que les apologues ne sont pas destinés aux enfants ? Justifiez votre réponse en vous appuyant sur les apologues que vous connaissez.

​Aujourd'hui, la plupart des nouvelles éditions des Fables de La Fontaine paraissent en petits recueils illustrés, destinés à un public enfantin. Peu de Français continuent en effet à lire ces courts récits, passé l'âge scolaire. Pourtant Rousseau écrit, dans son traité Emile ou de l'Education, « comment peut-on s'aveugler assez pour appeler les fables la morale des enfants ? ». La tournure choisie pour Rousseau est résolument polémique. Il s'oppose à un « on » collectif, « aveugle », qui réserve traditionnellement la fable à l'éducation morale des enfants. Deux éléments semblent ainsi contestés par Rousseau : les fables seraient plutôt destinées aux adultes qu'aux enfants, leur « morale » pourrait parfois se trouver en désaccord avec la morale, envisagée d'un point de vue philosophique. On définit en effet l'apologue comme un court récit visant à délivrer, par allégorie, un enseignement, communément appelé « morale ». Rédigeant un traité d'éducation, Rousseau se demande quel usage faire de la fable et des enseignements qu'elle véhicule. Les apologues délivrent-ils un enseignement moral, capable d'éduquer un jeune public ? L'apologue est sans aucun doute un récit qui offre bien des séductions pour un public enfantin. Néanmoins, il n'est pas certain que les enfants soient à même de comprendre le sens véritable des apologues. Pourtant, l'apologue peut prendre place, à certaines conditions, dans l'éducation morale des enfants.

I. Un récit séduisant, qui délivre un enseignement accessible

1. Un récit séduisant

Attrait des enfants pour le conte ou la fable. Goût pour le merveilleux, les répétitions, les personnages...

Ex : n'importe quel conte que vous connaissez et que nous avez aimé petit, « Cendrillon », « La Belle au bois dormant »...

2. Des vérités accessibles

L'apologue illustre simplement des vérités communes, qui se trouvent ainsi mises à la portée des enfants. L'enfant apprend de manière indirecte, sans s'en rendre compte. Il s'attache aux « gentils » et apprend à mépriser les « méchants ».

Ex : « La Barle-bleue », qui met en garde contre la curiosité, « Cendrillon », qui enseigne que la bonté est toujours récompensée...

Transition : le conte et la fable offrent des séductions indéniables aux yeux d'un public enfantin. Néanmoins, les vérités morales qu'ils délivrent semblent parfois cacher des éléments plus complexes, parfois dangereux pour les enfants.

II. Un univers violent, parfois immoral

1. L'apologue décrit des scènes violentes

Les contes évoquent la sexualité en termes crus, sont parsemés de meurtres, de rites primaires, de scènes difficilement acceptables pour un enfant.

Ex : « Le Petit-Poucet », de l'abandon parental au festin de l'Ogre dévorant ses propres filles...

2. Le conte interroge en effet l'inconscient collectif

Reprendre les éléments étudiés pour « Le Petit Chaperon Rouge »

3. La fable illustre parfois des morales « immorales »

L'enseignement délivré

...

Télécharger au format  txt (7.3 Kb)   pdf (95 Kb)   docx (11 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com