LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Cours de philosophie sur l'art

Cours : Cours de philosophie sur l'art. Recherche parmi 272 000+ dissertations

Par   •  21 Novembre 2012  •  Cours  •  4 783 Mots (20 Pages)  •  877 Vues

Page 1 sur 20

Introduction générale, identification et position des problèmes :

⇒Toute réflexion philosophique qui s'intéresse à la question de l'art rencontre deux problèmes :

• Le premier problème est celui de la définition de l'essence de l'art : qu'est-ce que l'art ? Ce problème provient des racines problématiques du mot art et de la diversité des catégories de l'art. Aussi bien le terme grec technê que le terme latin ars ont une signification générique. Ils désignent une procédure générale de fabrication, un ensemble de principes, de règles mises en oeuvre dans le but d'obtenir un objet extérieur à l’agent fabricateur. Cet agent peut être tout aussi bien un artisan, un technicien, un ingénieur ou un artiste. Mais cette signification s'oppose à celle d’aujourd’hui. L’art s'applique uniquement aux Beaux-Arts dans le but de les valoriser. On peut donc s'interroger sur la légitimité de la définition actuelle de l'art. Peut on parler aujourd'hui avec rigueur de l'art en général ?

• La deuxième question porte sur l'évaluation des Beaux-Arts et les arts mécaniques. Les techniques semblent être aujourd'hui dominantes dans notre société. On voit émerger une sorte de fascination pour le progrès scientifique. Vers la fin du XIXe siècle se développent les techno sciences. Aujourd'hui, on considère que la technique est l'application de la science et c'est effectivement le cas actuellement. Mais historiquement la technique a précédé la science. La technique a donc permis aux hommes d'entrer dans la culture par la maîtrise de l'environnement. Mais aujourd'hui, la science donne de la précision aux techniquex et les rend même parfois possible. Par exemple, la construction d'un microscope électronique n'a pu se faire qu'en développant la physique ondulatoire. Une critique de la technique comme étant inhumaine, au vu des faits historiques est donc fallacieuse.

La technique a pour objectif la maîtrise technologique du réel. Descartes, dans son Discours de la méthode : les hommes doivent " se rendre comme maîtres et possesseurs de la nature."

Avant la constitution de la physique, les techniques étaient approximatives. Au XVIIe siècle, Descartes ne fait donc que consacrer la constitution de la physique. Mais il précise que Dieu est le seul maître et possesseur de la nature car il en est le créateur.

⇒ Peut-on espérer une maîtrise absolue de la nature ?

La technique suscite des attitudes opposées.

• Une attitude technophile, qui considère toute oeuvre technique comme un bienfait

• Une attitude technophobe, un rejet des techniques.

Par exemple, le danger nucléaire, les risques à cause des manipulations génétiques, la pollution, autant de problèmes dont certains se servent pour critiquer la technique.

⇒Quand aux Beaux-Arts, il se pose la question de l'évaluation du travail artistique et de l'oeuvre artistique elle-même. Se pose alors la question du beau pour deux raisons :

• D’un point de vue historique, le Beau a pu dépasser sa propre catégorie. Par exemple il a pu subordonner le sacré, norme de la religion, le bien, norme de la morale et le vrai, norme de la connaissance. Ce n'est qu'à partir du XIXe siècle que le beau est envisagé comme une catégorie à part entière, norme de l'art.

• La deuxième raison est le développement historique du mouvement artistique : le dadaïsme (mouvement artistique et intellectuel en opposition aux règles préétablies) guidé par Tsara et le surréalisme (mouvement culturel en opposition aux idées reçues) guidé par Breton. En effet, ces mouvements remettent en question le beau dans sa prétention à valoir comme une norme légitime du travail artistique.

I. Qu'est-ce que l'art ? L'art et les arts (analyse, définition et problématisation)

1. Investigation: la sphère générale de la technê (richesse et variation sémantique du terme)

a) On peut noter à Paris deux écoles qui ne donnent pas le même enseignement et pourtant toutes deux appellent au mot "art":

• L’école nationale des Beaux-Arts : enseignement des matières artistiques et aux arts plastiques,

• L’école supérieure nationale des arts et métiers, qui décerne un diplôme d'ingénieur techniquement compétent.

b) On parle de l'art du poète, du peintre par différence avec la rhétorique, l'art du forgeron, l'art culinaire...

⇒ Variété d'arts

c) Certaines oeuvres techniques comme les ponts (ex: viaduc de Milan) peuvent être concernées par l'esthétique, le design. Mais elles répondent d'abord à des questions utilitaires, pratiques. Le terme de chef-d'oeuvre désigne une oeuvre artistique qui peut être universellement reconnue pour sa valeur alors qu'il est impossible d'en démontrer l'excellence.

⇒ Pluralité du terme art. Cette pluralité entraîne un problème de définition.

Peut-on aujourd'hui proposer un concept unique de l'art, ou alors un concept qui différencie chaque sens de l'art ?

2. Trois sens principaux

a) Le sens ancien

⇒Le terme latin “ars" signifie l'habileté acquise, par différence avec "natura", l'habileté innée.

L'"ars" et donc une procédure de fabrication,

...

Télécharger au format  txt (30.7 Kb)   pdf (352.4 Kb)   docx (22.2 Kb)  
Voir 19 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com