LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La recherche de la vérité exclut elle toute croyance ?

Dissertation : La recherche de la vérité exclut elle toute croyance ?. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  8 Mars 2018  •  Dissertation  •  1 460 Mots (6 Pages)  •  570 Vues

Page 1 sur 6

Devoir Maison de Philosophie

Dissertation

La recherche de la vérité exclut elle toute croyance ?

        Le savoir et la croyance ont un point commun : les deux prétendent délivrées une vérité. En effet dans la science, la recherche est l’ensemble des travaux, des activités intellectuelles qui tendent à la découverte de connaissances et parfois à la découverte de la vérité. La vérité est en cohérence avec notre esprit en effet l’esprit peut et doit donner son assentiment pour accepter que ce que je dis correspond à ce qui est. La vérité ne concerne pas les choses elle-même mais le jugement que nous nous en faisons. Ce qui pourrait être un paradoxe avec le terme croyance qui est le fait de croire quelque chose qui n’a jamais été prouvé par des preuves comme par exemple La Bible qui est une vérité révélée car ce sont des personnes qui disent avoir reçu la parole de Dieu. Les croyants font confiance à ses paroles mais ne va pas vérifiée. Cette vérité révélée est en totale opposition avec la vérité dévoilée, scientifique qui s’appuie sur des travaux, des exemples et des méthodes. Dans ce cas comment mettre de coter les croyances qui peuvent être un moteur pour atteindre la vérité mais aussi être incompatible avec ses vérités. La question se pose donc : la recherche de la vérité doit-elle exclure toutes les croyances.  

        D’un côté le savoir abolit les croyances car il se repose sur des cas concrets, sur des preuves, sur des méthodes scientifiques ce qui souvent vient contredire telle ou telle religion, ou encore les différents préjugés que les populations peuvent porter. Le savoir me permet de sortir de mon ignorance vulgaire (Kant, La Logique) pour être un ignorant savant qui saura supprimer ses préjugés, ses dogmes.

        Pourtant, la vérité peut faire progresser ses croyances, en effet cela peut permettre d’ouvrir les yeux des croyants en leurs apportant une preuve que ce qu’ils pensent être vrai et en réalité une erreur : une vérité révélée. Entre une personne qui remets en cause ses croyances afin d’atteindre la vraie vérité et une personne qui reste persuader de la réalité de sa croyance, que faut-il choisir ?

        Dès lors les croyances peuvent apporter un éclaircissement à la vérité. En effet, les croyances peuvent être un moteur à la vérité en développant nos « idées » nous pouvons arriver à de véritables découvertes. De plus la recherche de la vérité peut se faire en gardant nos différentes croyances

I] Une recherche de la vérité sans croyances.

1er argument : Rechercher la vérité sans l’aide des croyances nous permet d’être plus libre, de ne pas être guider dans notre recherche en sachant déjà notre but.

Exemple : Alexandre Fleming, biologiste était à la recherche d’un médicament qui pourrait guérir des maladies mais ce n’est que lorsque Fleming laissa tomber ses expériences qu’il trouva ce qu’il cherchait. Fleming a remarqué qu’une boîte de Petri contaminée qu’il avait écarté contenait une moisissure qui avait dissous toutes les bactéries autour d’elle. Il isola un extrait de la moisissure, et identifia qu’elle contenait un puissant antibiotique, la pénicilline. Par cet exemple, nous pouvons voir que la recherche de la vérité se fait parfois sans vraiment le savoir, sans vraiment savoir notre but réel.

2ème argument :  Même si la croyance et le savoir prétendent tous les deux affirmer une vérité, seul le savoir possède des critères permettant d’établir ce qu’il affirme. La croyance devient une vérité imparfaite, une tentative de savoir qui n’aboutit pas. La recherche de la vérité progresse par la destruction d’obstacles liés à des croyances : fétichisme, religion, spiritualité… Dans cette perspective, la croyance est l’ennemi principal d’un savoir qui, par définition, doit l’exclure.

         Référence :  Humain trop humain, Nietzsche, 1878

        Dans ce texte, Nietzsche compare les scientifiques ayant juste appris les résultats d’une découverte et les scientifiques sachant les résultats, mais aussi les méthodes qui ont menés aux résultats. Il nous montre qu’un mauvais scientifique pourraient diffuser de mauvais résultats et donc promulguer de fausses croyances or l’autre scientifique peut affirmer, démontrer ses résultats. Celui-ci ne risque pas de tomber ni dans la superstition, ni dans l’absurdité.

        Dans ce premier temps de notre réflexion, nous avons donc vu que la recherche de la vérité exclue forcément les croyances, pourtant les croyances dépendent de la vérité pour évoluer. Après tout sommes nous tout des sages qui savent toute la vérité, n’avons-t-on le droit de faire évoluer nos préjugés, notre savoir ?

...

Télécharger au format  txt (8.8 Kb)   pdf (118.8 Kb)   docx (951.9 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com