LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Explication D'un Texte de Freud

Dissertation : Explication D'un Texte de Freud. Recherche parmi 265 000+ dissertations

Par   •  5 Mars 2012  •  1 856 Mots (8 Pages)  •  4 588 Vues

Page 1 sur 8

Explication de texte

« (… ) Les doctrines religieuses sont soustraites aux exigences de la raison ; elles sont au-dessus de la raison. Il faut sentir intérieurement leur vérité ; point n'est nécessaire de la comprendre. Seulement ce Credo n'est intéressant qu'à titre de confession individuelle ; en tant que décret, il ne lie personne. Puis-je être contraint de croire à toutes les absurdités ? Et si tel n'est pas le cas, pourquoi justement à celle-ci ? Il n'est pas d'instance au-dessus de la raison. Si la vérité des doctrines religieuses dépend d'un événement intérieur qui témoigne de cette vérité, que faire de tous les hommes à qui ce rare événement n'arrive pas ? On peut réclamer de tous les hommes qu'ils se servent du don qu'ils possèdent, de la raison, mais on ne peut établir pour tous une obligation fondée sur un facteur qui n'existe que chez un très petit nombre d'entre eux. En quoi cela peut-il importer aux autres que vous ayez au cours d'une extase qui s'est emparée de tout votre être acquis l'inébranlable conviction de la vérité réelle des doctrines religieuses ? »

FREUD

Sigmund Freud est né en 1856 dans l’actuelle République Tchèque, il est le fondateur de la psychanalyse, à ce tire, il est considéré comme un personnage marquant du 20ème siècle. Dans ce texte, Sigmund Freud aborde trois thèmes : la religion, la raison et la tolérance. Dans cet extrait, S.Freud se demande si la foi religieuse et la raison sont sur le même plan. Puis il admet la thèse suivante : On ne peut être contraint de croire puisque ce n’est pas la raison qui parle. Pour croire, l’homme a besoin d’un sentiment intérieur puisqu’il n’y a aucune preuve rationelle de l’existence de Dieu. La raison est au dessus de la religion, puisqu’elle est commune à tout homme contrairement à la foi. Ce texte se divise en trois parties, dans la première, Sigmund Freud explique qu’il faut “sentir intérieurement” la doctrine religieuse pour avoir la foi, et que celle-ci est au-dela de la raison. Dans une deuxième partie, il explique que tout le monde n’a pas un ressentit intérieur lui permettant de croire en Dieu, et que cet aspect permet de différencier la religion de la raison. La raison est au-dessus de la religion puisqu’elle est un don propre à tout le monde, contrairement à la foi. Puis enfin, il ironise et conclut en s’adressant aux croyants. Il leur dit en quelque sorte : Mais au fond, pour une personne qui n’a pas la foi, qui ne possède pas un sentiment interieur , qu’est-ce que cela peut lui faire ?

Ainsi, nous allons traiter ce texte à l’aide de deux parties distinctes ,

“Les doctrines religieuses sont soustraites aux exigences de la raison, elles sont au-dessus de la raison”. “Les doctrines religieuses” désignent l’aspect théorique d’une religion, c’est à dire les dogmes ( vérités à croire sans preuve). Ces doctrines ne passent pas devant la raison, elles ne sont pas jugées. Car la raison juge, elle a des exigences et des normes aux quelles les dogmes ne se plient pas. La religion est une croyance qui passe au-dela de la raison.

“Il faut sentir intérieurement leur vérité; point n’est nécessaire de la comprendre.”. On n’a pas besoin de comprendre ce que l’on croit, on a besoin de le ressentir. Dans cette phrase, sentir s’oppose à comprendre.

“Seulement ce Credo n’est intéressant qu’à titre de confession individuelle; en tant que décret, il ne lie personne”. La croyance est unique, elle se crée grâce à des expériences propre à chacun. Ce sentiment peut être comparé à celui de l’amour, sentiment propre à chacun. En effet, on ne peut expliquer rationnellement pouquoi on tombe amoureux d’une personne et non d’une autre.

Contrairement à la raison, la religion se fonde sur les émotions. Mais une émotion ne se discute pas, elle n’est donc pas de l’odre de la raison. Une émotion ne permet pas d’argumenter, elle n’est ni objective, ni rationnelle. Par exemple, dans la Bible, Dieu est une trinité, Jesus est donc Dieu. Ce dogme se fonde sur une croyance, une émotion, il ne peut être rationnellement prouvé.

Et en tant qu’impératif, ça n’oblige personne à adhérer à cette croyance.

Ensuite, Freud utilise une question rhétorique, et pour lui la réponse est non. “Puis-je être contraint de croire à toutes les absurdités?” Quand l’auteur parle d’absurdités, il désignes les miracles comme lorsque Jésus a réssucité. Ces miracles s’opposent à la science. Pour Freud, rien ne nous oblige à croire ou non à une religion. “ Et si tel était le cas, pourquoi justement à celle-ci”. Ici Freud pose une qustion simple mais sans réponse : Pourquoi devrions nous être chrétien plutôt que juif ou musulman? Pourquoi devrions nous croire à une religion monothéiste plutôt qu’à une religion polythéïste?

Il n’y pas d’argumentation rationelle possible. Ici, Freud désigne sûrement aussi la transmission religieuse qui s’opère de génération en génération. Ainsi une famille juive aura une lignée juive, alors qu’une famille chrétienne aura une lignée d’enfants chrétiens, etc.

“Il n’est pas de distance au dessus de la raison”. Ici Freud affirme un point essentielle de sa thèse. Pour lui, la foi n’est pas supérieur à la raison, car rien n’est supérieur à la raison humaine. Elle permet de penser, de réflechir, de juger, d’évaluer, de cririquer. La croyance et la raison sont deux choses distinctes, qui ne sont en aucun cas sur le même plan.

Par la suite Freud emploie le terme “si la vérité” ce qui crée une correspondance avec la réalité. Puis, il résume la première partie de sa thèse : la foi est fondée sur des émotions,

...

Télécharger au format  txt (11.5 Kb)   pdf (122.7 Kb)   docx (12.2 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com