LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Commentaire: Montrez que « L’automne » d’Alphonse de Lamartine est un poème romantique.

Commentaire d'oeuvre : Commentaire: Montrez que « L’automne » d’Alphonse de Lamartine est un poème romantique.. Recherche parmi 279 000+ dissertations

Par   •  16 Avril 2014  •  Commentaire d'oeuvre  •  316 Mots (2 Pages)  •  1 050 Vues

Page 1 sur 2

Montrez que « L’automne » d’Alphonse de Lamartine est un poème romantique.

Introduction

« L’automne » fait partie des grands classiques de la poésie romantique. C’est un poème des Méditations poétiques publié en 1820 où Alphonse de Lamartine traite principalement des thèmes de l’amour, de la mort, de la nature et du moi. À l’époque où il publie son recueil de poèmes, le courant culturel du romantisme triomphe dans la littérature française. D’ailleurs, le poème à l’étude est un poèmeromantique car Lamartine fait l’expression de ses sentiments de manière originale et dramatique, et il accorde aussi de l’importance au thème de la nature associé au temps.

Lamartine exprime ses sentiments de manière originale et dramatique. D’entrée de jeu, c’est en exposant de manière antinomique ses sentiments qu’il y parvient.

« Salut! Bois couronnés d’un reste de verdure! /

Feuillages jaunissants sur les gazons épars! /

Salut derniers beaux jours! Le deuil de la nature /

Convient à ladouleur et plaît à mes regards! »

(Vers 1-4)

Dans ce quatrain, l’auteur utilise une antithèse au quatrième vers pour relater deux sentiments moraux contradictoires, soit la douleur et le plaisir (plaît). Il met donc en évidence l’ambiguïté de ses sentiments. Dans la même lignée, l’auteur souligne ses sentiments antinomiques par un champ lexical, relatif à la nature, qui symbolise des choses qui éprouvent des contradictions : « reste de verdure », « feuillages jaunissants », « soleilpâlissant », « faible lumière ».

De surcroît, le poète exprime sa tristesse par le regret. « Terre, soleil, vallons, belle et douce nature, / je vous dois une larme aux bords de mon tombeau » (vers 17-18). Dans cet extrait, la larme aux bords de son tombeau fait figure d’une allégorie qui symbolise abstraitement son regret de ne pas avoir « joui » de la nature, qui quant à elle, est exprimée à l’aide d’une énumération. Du même œil, l’allégorie est métaphorique puisqu’il compare les larmes au

...

Télécharger au format  txt (2 Kb)   pdf (50.2 Kb)   docx (8.5 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com