LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

A quoi reconnaît-on qu’un événement est historique ?

Note de Recherches : A quoi reconnaît-on qu’un événement est historique ?. Recherche parmi 282 000+ dissertations

Par   •  17 Décembre 2012  •  3 192 Mots (13 Pages)  •  1 876 Vues

Page 1 sur 13

Depuis tout jeune déjà nous apprenons des frises chronologiques jonchés de dates, nous étudions les événements, leur contenu, ce qui les ont causé, les conséquences qu’ils ont pu avoir… Nous apprenons des professeurs, qui inculquent les connaissances du passé. Elles même transmises de générations en générations. Une version légitime, « scolaire » de l’histoire est dressée. Mais de multiples débats ou dérives peuvent en découler… Durant les années Gaullistes par exemple, la France fit l’apogée du résistant et dressa toute l’histoire autour de ce facteur. Déniant attribuer sa part d’importance à la France Vichyste, antisémite, au profit d’une nation solidaire plutôt qu’humiliée ou honteuse de son passé. L’histoire est orientée par différentes versions, diverses causes qui dépendent de points de vue. Il est difficile de comprendre quels sont les individus ou courants de pensées qui possèdent LA verité. Il en devient primordial de comprendre ce que traduit le mot « histoire » en intégralité pour se l’accaparer.

« Qu’est-ce que l’histoire ? » Elle représente une suite inachevée d’événements, elle rassemble les hommes et les divise selon les périodes. Tous les événements historiques sont importants, car tous liés à des causes déterminantes et des conséquences liées. Une simple suite de dates qui est censé former l’histoire ? Non, bien plus car toute la difficulté est de comprendre à partir de quoi peut-on déterminer l’histoire ? Quelles sont les caractéristiques de ces événements ? Est-il possible d’en juger au présent ? Et surtout en ce sens, A quoi reconnait-on qu’un événement est historique ? Question complexe, il faut savoir les identifier tout d’abord, comprendre ce qui en ressort. Il faut analyser la valeur d’un événement selon certaines caractéristiques.

L’événement historique doit tout d’abord dépendre de causes déterminantes antécédentes (dans une relation de cause à effet) qui ont participé la naissance de cet évènement. Il est de même nature que les précédents mais singulièrement différent. L’événement historique dépend d’un sens, d’un vecteur temps. Certains mettent en cause une sorte de « déterminisme » historique qui varie selon les points de vue. Mais ce schéma de l’histoire contient des failles et des limites car l’événement historique dépend d’autres facteurs (hasard, volonté humaine…).Seul l’historien possède toute la légitimité pour écrire l’histoire car il se sert d’une démarche rigoureuse et de son objectivité la plus totale. Il écrit l’histoire et la livre à l’intégralité des civilisations. Nous en tirons de nombreuses connaissances qui servent chaque jour à construire le lendemain…

Les caractéristiques d’un évènement historique varient selon différentes échelles. En effet, ils sont caractérisés par des liens de causalité. Ils sont aussi la même teneur ontologique, la même valeur, tout en étant singulier dans leur réalité..

D’après l’esprit historien, les évènements historiques ont la même teneur ontologique (la même valeur et les mêmes fondements) mais sont singuliers dans leur réalité (ou contexte). Elles suivent « le cours de l’Histoire », un cheminement irréversible. C’est-à-dire qu’un événement passé n’est pas différent dans sa nature qu’un événement présent : Les différentes révolutions qui ont construit l’humanité par exemple ont en commun leurs conséquences, la méthode d’action, le soulèvement du peuple... Les révolutions, dans leur plus simple définition, sont toutes identiques. (Mais différentes lorsqu’on s’approche de plus près de leur histoire et contexte). Cette thèse s’oppose à celle de l’esprit mythique qui affirme qu’autrefois les choses étaient radicalement différentes. Le mythe de l’Androgyne de Platon affirme qu’il y a fort longtemps les hommes et les femmes ne faisaient qu’un. Aujourd’hui, les choses auraient changé et les individus, désormais divisés, seraient à la recherche de leur âme sœur ou de cette « autre moitié de soi ». Certaines périodes de l’histoire ont toute la même teneur, car elles ont les même traits dominants (on se pose alors la question : qu’est ce qui a mené à « ça » ?). Seulement, les évolutions n’ont pas eu lieu aux mêmes dates, dans les mêmes contextes et avec les mêmes acteurs (on entre dans les détails). Les événements ne se reproduisent jamais à l’identique. Car l’histoire est une Temporalité Effective, les événements dépendent de problématiques, et de faits singuliers qui sont, eux même, influencés par l’évolution propre à chaque pays, groupes d’individus ou période. Châtelet résume donc « si le passé et le présent appartiennent à la sphère du même, ils sont aussi dans la sphère de l’altérité ». Cependant, ces événements doivent s’enchainer, découler les unes des autres. Et suivre un vecteur temps qui correspond à l’histoire du passé au futur. Pour les hommes politiques qui voient l’Histoire à travers les grands hommes ; pour les traders qui narrent l’histoire en fonction des grands cycles économiques, les événements suivent tous une « lignée » qui les définit comme historiques. Un symbole de « flèche » qui les classe dans « la même Histoire ». C’est-à-dire suivant les même bases et but historique.

Les événements historiques seraient caractérisés par des liens de causalité qui les unissent les uns aux autres : ils seraient guidés par des causes antérieures. Plus concrètement, « tout phénomène est le produits d’un effet ou plusieurs causes antécédentes, elles même effet de causes antécédentes et ainsi de suite jusqu’à l’infini » (d’après Mr. Jampy). Pour les croyants, l’Histoire a commencé par Dieu, cause en lui-même. Et les événements sont donnés en fonction de la Providence (l’histoire à un sens, une direction vers la fin ultime). Pour Karl Marx et sa théorie du matérialisme historique, ce sont les événements liés au rapport de force et aux actions des hommes qui font l’Histoire. Les hommes se posent des problèmes juridiques, politiques, philosophiques qui correspondent à leur évolution sociale, culturelle et juridique… Les liens de causalité définissent la valeur historique d’un événement. Il doit en effet répondre à un but ultime et à des causes antécédentes. Mais le schéma de cause à effet varie selon les théories sur les fondements de l’histoire. Par conséquent, les événements, historiques pour les uns, ne le sont pas forcément pour les autres. Mais globalement, les événements historiques sont guidés par un « esprit ». Et cet « esprit »entraîne forcement une évolution de l’humanité par

...

Télécharger au format  txt (21 Kb)   pdf (186.7 Kb)   docx (15.4 Kb)  
Voir 12 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com