LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Alain (le philosophe), sa définition du verbe Penser

Cours : Alain (le philosophe), sa définition du verbe Penser. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  14 Mars 2013  •  Cours  •  586 Mots (3 Pages)  •  480 Vues

Page 1 sur 3

La thèse est posée dès la première phrase : penser, c'est dire non. Sans ambiguité, Alain définit le sens du mot penser. Il continue par une observation, analogie où il compare l'endormissement à l'acquiessement, le réveil à la dénégation. Métaphoriquement, le non est ainsi doté d'une valeur plus positive que le oui, comme si le non était l'éveil de la pensée.

Dire non, certes, mais non à quoi ? Alain précise sa thèse : la pensée dit non à la pensée. Dire non, c'est affronter avec sa pensée sa propre pensée. C'est remettre en cause les évidences, porter en permanence attention à ce que l'on pense, pour s'assurer de sa justesse. C'est, pour Alain, le combat par excellence.

Alain aborde alors rapidement les notions de responsabilité individuelle (je suis seul responsable de mes pensées, c'est à chacun de faire l'effort de dire non, de se remettre en question) et de liberté (l'asservissement résulte de l'acceptation tacite d'une domination, la liberté d'une réflexion critique sur l'oppression). Les titres des ouvrages dans lesquels cet extrait s'insère prenne alors tout leur sens : propos sur la religion et, surtout, sur les pouvoirs.

Alain va plus loin encore en affirmant que même le vrai devient faux si on ne l'interroge pas en permanence. Une condition de vérité se dessine : ne peut être vrai que ce dont je me demande à tout instant s'il n'est pas faux, et que je confirme ainsi perpétuellement dans son statut de vérité. Cela devient même pour Alain une condition d'existence de la pensée elle-même, et l'on pense inévitablement à Platon lorsqu'il dit que celui qui croit ne sait pas qu'il croit : le premier pas pour Platon, celui de savoir qu'on ne sait pas, est ici le pivot de la thèse, l'éternelle démarche à toujours recommencer. (On me fait remarquer dans les commentaires qu'il s'agirait plutôt de Socrate que de Platon, le second n'ayant fait que coucher par écrit les enseignements du premier.)

Enfin, Alain affine sa thèse encore un peu plus en expliquant que penser, c'est porter un regard sur le monde. Toute interprétation du monde qui nous entoure est un acte de pensée, et cet acte doit être critique pour se prémunir de l'illusion, de l'erreur. On sent, sous la revendication philosophique, une démarche presque scientifique.

Penser, ce n'est donc pas dire non aux autres, ou alors pas seulement. C'est, avant tout, se dire non à soi-même, en permanence, pour s'assurer de penser juste, de penser droit.

Ce texte d'Alain porte sur la nature de la véritable pensée : penser, c’est dire non. Alain affirme dans ce texte que réfléchir c'est nier ce que l'on croit en disant non à sa propre pensée et pas seulement à ce qui nous est extérieur. Nous pouvons donc nous demander comment peut-on véritablement penser ? D’après Alain, penser est-ce s’opposer à toute forme d’opinion reçue ou alors penser est-ce une activité intellectuelle examinant les opinions sous toutes ses formes, en la problématisant et en prouvant sa véracité ?

Nous verrons dans un premier temps de la ligne 1 à 5 (jusqu’à « d’autre combat ») la thèse qu’Alain met en avant dès la première

...

Télécharger au format  txt (3.5 Kb)   pdf (57 Kb)   docx (9.1 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com