LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Stage: Analyse D'une Situation D'encadrement

Mémoire : Stage: Analyse D'une Situation D'encadrement. Recherche parmi 236 000+ dissertations

Par   •  11 Juin 2012  •  2 591 Mots (11 Pages)  •  5 224 Vues

Page 1 sur 11

2ème année Soins Infirmiers

Analyse d’une situation d’encadrement

3 janvier 2012

Introduction

Le stage occupe une place essentielle dans la formation des infirmiers. Il est à la fois un lieu d’apprentissage, d’intégration des connaissances, d’acquisition des compétences et de professionnalisation.

Selon la directive européenne 2005-36 :

« L'enseignement clinique se définit comme étant le volet de la formation d'infirmier par lequel le candidat infirmier apprend, au sein d'une équipe, en contact direct avec un individu sain ou malade et/ou une collectivité, à organiser, dispenser et évaluer les soins infirmiers globaux requis à partir des connaissances et compétences acquises ».

La pédagogie pour atteindre ces objectifs est centrée sur les mises en situation et le développement de l’approche clinique (apprendre à entrer en contact avec le patient) Pendant les temps de stage l’étudiant se trouve confronté à la pratique soignante auprès des patients, il se forme en réalisant des activités et en les analysant au sein des équipes professionnelles. Les savoirs théoriques, techniques, organisationnels et relationnels utilisés dans les activités sont mis en évidence par les professionnels qui encadrent le stagiaire et par les formateurs dans les rencontres avant, pendant et après la mise en stage des étudiants.

La structure

Etudiante en 2ère année en Soins Infirmiers, j’ai effectué mon quatrième stage dans le secteur de la psychiatrie en extrahospitalier. Le lieu de stage était un Centre Médico – Psychologique qui organisait la prise en charge des patients adultes avec des troubles psychiatriques à l’aide d’une équipe pluridisciplinaire composée de 3 psychiatres, 2 psychologues, 2 assistantes sociales, d’un cadre de service, 6 infirmières, 2 moniteurs spécialisés, une ASH, ainsi que d’intervenants extérieurs pour la réalisation des ateliers spécifiques (danse, peinture). Lors de ces 10 semaines il y avait aussi une autre étudiante infirmière en 1ère année en stage dans cette structure.

Les personnes accueillies étaient prises en charge de différentes manières en fonction de leurs besoins définis durant les parcours de soin dans leur projet de soin individualisé :

- une demie – journée dans le cadre du CATTP (une activité et un repas thérapeutique)

- une journée entière dans le cadre de l’Hôpital de Jour (2 activités et repas thérapeutique)

- des passages à l’accueil café lors de la matinée (temps de parole et d’écoute)

- distribution des traitements quotidiens / préparation de semainier

Le rythme des ateliers, activités médiatrices était de 2 par matinée et 2 par après-midi, avec une capacité d’accueil de 6 patients par activité, animée par 2 IDE ou autres personnes habilitées.

Le contexte

Mon arrivée dans ce lieu de stage a coïncidé avec l’arrivée d’une autre étudiante infirmière en première année. Comme l’organisation du service nous le permettait, nous avons décidé de partager notre présence lors des ateliers, en choisissant chacune une activité le matin et une l’après-midi. L’accord était entre nous, les stagiaires, de changer ces activités à mi-stage dans le but de se donner la possibilité de connaitre la totalité des ateliers et des personnes prises en charge. Ainsi nous pourrions aborder plusieurs façons d’approche des patients. Pendant ce stage, le projet d’encadrement et d’accueil des étudiants prévoyait un changement de structure pendant deux semaines – intra-hospitalier et hôpital de jour pour personnes âgées dans mon cas. Ce changement est intervenu lors de la sixième et septième semaine de stage.

La situation d’encadrement

La situation d’encadrement vécue se passe dans ma huitième semaine de stage, après mon retour du secteur intra-hospitalier. Comme prévue avec la collègue stagiaire, nous avons échangé les ateliers. Les ateliers auxquels je participais à présent étaient une découverte en ce qui concerne leur déroulement, la spécificité des troubles psychiatriques des personnes accueillies ainsi que les objectifs spécifiques de l’activité.

Lors de mon premier atelier d’esthétique on accueillait quatre patientes. Deux infirmières animaient cet atelier. Dès le début j’ai intégré le groupe dans la position de co-animateur sans savoir précisément comment il faut concevoir ce soin. De plus, le fait que j’étais presque en fin de stage (8èmesemaine) me situait d’emblée dans la situation de quelqu’un qui sait faire et qui a déjà acquis une certaine autonomie dans la relation de soin en psychiatrie. Un autre à priori s’imposait : le fait d’être une femme rend naturel et évident de savoir faire des soins esthétiques de visage, connaitre les techniques employés par les instituts spécialisés, les produits à utiliser.

La situation était encore plus délicate puisque on m’a confié de prendre en charge une nouvelle patiente qui était accueillie ce jour pour la première fois dans le cadre de cette structure. La patiente était réticente quant à cette activité. Le temps des présentations et de faire connaissances avec le reste du groupe elle affirmait que l’esthétique n’est pas ce qu’elle préfère, que ça ne l’intéresse pas et que ça la met mal à l’aise. A l’encouragement de l’équipe elle est d’accord d’essayer de participer et d’accepter un soin de visage (gommage, peeling, crème, maquillage).

Dès le début du soin je me suis senti dans la position difficile de quelqu’un qui devrait savoir le déroulement mais qui n’est pas en état de le mener convenablement au bout. A chaque étape je demandais à l’infirmière comment il faut s’y prendre, qu’est-ce qu’il est plus approprié d’utiliser comme produit,

...

Télécharger au format  txt (15.6 Kb)   pdf (151.2 Kb)   docx (14.2 Kb)  
Voir 10 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com