LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Étude du roman Les Faux-Monnayeurs d'André Gide

Analyse sectorielle : Étude du roman Les Faux-Monnayeurs d'André Gide. Recherche parmi 272 000+ dissertations

Par   •  26 Février 2014  •  Analyse sectorielle  •  1 126 Mots (5 Pages)  •  1 345 Vues

Page 1 sur 5

Texte 1 : André Gide, Les Faux-Monnayeurs, 1925

Introduction

Les Faux-Monnayeurs, 1925, est la seule œuvre de fiction à laquelle Gide ait donné le nom de « roman ». De plus, cette dernière représente un tournant dans l’histoire du roman français dans la mesure où elle rompt avec le roman réaliste. Par un effet de mise en abyme, le lecteur peut suivre l’un des personnages, Edouard, qui écrit lui-même un roman intitulé Les Faux-Monnayeurs, créant ainsi un roman du roman. L’extrait rend compte, sous la forme d’une sorte de monologue intérieur, de la réflexion d’Edouard concernant son travail d’écriture. Le personnage, emporté par ses réflexions, est de même « entraîné » par le train dans lequel il a pris place pour rejoindre Laura, cette dernière ayant sollicité son aide dans la lettre dont il vient de faire la lecture.

I) - Les deux moments qui constituent l’extrait

Dans le premier paragraphe, Edouard s’interroge sur certains aspects de l’écriture de son roman, le point de départ de sa réflexion étant « la lettre de Laura », l’écriture suscitant ainsi une réflexion sur l’écriture. Nous pouvons remarquer l’emploi du mode impersonnel pour la narration, « Il se demande ». Ainsi le personnage est-il montré de l’extérieur, tandis que l’alternance des différentes formes de discours rapportés nous permet « d’entrer » dans les pensées du personnage et donc de le percevoir de l’intérieur. On peut notamment relever l’emploi du discours indirect, « Il se dit que… », du discours indirect libre, « Absurde cette coutume d’indiquer… », du discours narrativisé, « Il songe au roman qu’il prépare », et enfin de ce que l’on peut considérer, d’une certaine façon, comme du discours direct, dans la seconde partie du texte, l. 29 à 40. Ainsi, malgré le mode impersonnel, par le recours au point de vue interne, le lecteur a-t-il le sentiment d’entrer dans la conscience du personnage. Notons, de plus, que cette narration se fait au présent, « ses pensées … prennent », « Il y pense sans cesse » donnant ainsi à ses réflexions une plus grande proximité avec le présent du lecteur.

A partir de la ligne 26, le texte abandonne le discours rapporté pour revenir à la narration, « …il transcrit sur un carnet…). Toutefois, cette narration s’efface à nouveau avec le verbe introducteur « il écrit », qui précède la transcription des notes d’Edouard sur son carnet. Enfin, ce paragraphe mis entre guillemets créé un effet de simultanéité entre le moment, fictif, de l’écriture, et le moment réel, de la lecture.

Ce second moment du texte possède également quelques caractéristiques d’écriture singulières et qui sont propres à un carnet pour une prise de notes personnelles. La proposition infinitive initiale semble, en effet, l’expression d’une volonté et d’une idée à retenir, « Dépouiller le roman… ». De même, les verbes d’opinion, « il sied que… » et « qu’on ne vienne point » semblent appropriés à une prise de notes. L’usage des parenthèses, l’énumération, « Les événements extérieurs, les…, les… et la redondance expressive des adverbes « Oui, vraiment.. », trahissent enfin cette prise de notes du personnage, comme la proposition tronquée de la l. 36, « Non plus que ne fait le drame » et le tiret isolant la proposition finale, « - Le romancier…). Dernière phrase du texte qui apparaît comme une thèse pour laquelle seraient développés les arguments du paragraphe dont la dimension argumentative aurait pu de même être étudiée.

En conclusion, cette alternance et cette variété des modalités énonciatives du texte montrent à la fois la volonté de cerner le personnage d’une manière nouvelle et de faire remarquer la complexité d’une conscience se livrant à la

...

Télécharger au format  txt (7.3 Kb)   pdf (96.2 Kb)   docx (11 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com