LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Étude de la pièce de théâtre Dom Juan de Molière: Le portrait de Dom Juan par Sganarelle

Cours : Étude de la pièce de théâtre Dom Juan de Molière: Le portrait de Dom Juan par Sganarelle. Recherche parmi 274 000+ dissertations

Par   •  25 Février 2012  •  Cours  •  339 Mots (2 Pages)  •  1 876 Vues

Page 1 sur 2

Sganarelle, valet de Don Juan s’entretient avec Gusman, l’écuyer de Done Elvire. On apprend que la jeune femme, après avoir été enlevée d’1 couvent, puis épousée par Don Juan, vient d’être abandonnée par lui. Sganarelle ôte à Gusman tt espoir que son maître revienne jamais à Elvire. A cette occasion, il brosse 1 portrait du gd seigneur impie et débauché. Ce txt appartient à la sc d’exposition de la pièce. Il ns renseigne sur l’intrigue, ms ns permet aussi de découvrir le caractère du héros, celui de son valet ainsi que les rapports spécifiques qui lient ce couple.

I) le portrait du maître par son valet :

1. L’impie :

Sganarelle est d’abord choqué par l’impiété de son maître. Don Juan n’a ni religion, ni superstition : il ne «croit ni Ciel, ni enfer, ni loup-garou ». De ce pt de vue, D J est ce qu’on appelle au XVIIème S un libertin, câd un homme qui ne reconnaît aucune autorité étrangère et supérieure à celle de la conscience et qui revendique 1 indépendance totale vis-à-vis des pouvoirs de l’Etat, de l’Eglise et des traditions intellectuelles. Cette attitude, à une époque d’ardente renaissance du catholicisme, passait pour une provocation intolérable. Sganarelle, annonçant le dénouement de la pièce, redoute pour son maître un châtiment divin : « Suffit qu’il faut que le courroux du Ciel l’accable qq jour. »

2. Le débauché :

A ce libertinage érudit s’ajoute un libertinage des mœurs qui aggrave l’impiété de D J. Car pr la csce chrétienne, le désir sexuel est volontiers associés au diable, surtt qd il s’exprime avec exubérance et refuse les limitations. Proclamant la nécessité d’être libre ds sa vie morale, le libertin aime dc la débauche, dt le plaisir est augmenté par la csce de transgresser les préceptes de la morale et de la religion. En cela D J excelle. Il se moque éperdument des règles sociales et «ferme l’oreille à ttes les remontrances qu’on lui peut faire ». Sacrifiant tt à ses appétits sensuels, il s’empare de ttes les femmes : « Dame, demoiselle,...

...

Télécharger au format  txt (2.1 Kb)   pdf (48.9 Kb)   docx (8.5 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com