LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Thérèse

Commentaire d'oeuvre : Thérèse. Recherche parmi 265 000+ dissertations

Par   •  15 Décembre 2014  •  Commentaire d'oeuvre  •  543 Mots (3 Pages)  •  331 Vues

Page 1 sur 3

C'est la névrose et l'hystérie de Thérèse qui tiennent le rôle principal. Son existence est réduite aux fluctuations de son tempérament : nerveux au point d'être hystérique. Elle est capable de maîtrise d'elle-même et il lui arrive de se transformer en une "veuve inconsolée" lire p. 132. Après le meurtre de Camille, elle se met à faire des lectures exagérément sentimentales qui la font tomber dans une sorte de "rêverie vague". Elle a tous les traits d'une vraie héroïne. Son comportement est parfois très ironique avec Madame Raquin (p.207). Thérèse assume le mal, elle ne se révolte pas. Il ne faut pas oublier qu'elle vient d'Algérie, pays du soleil, donc placé sous le signe du feu. Elle est l'Etrangère et son étrangeté est inquiétante. Elle vient de l'Afrique lointaine et cela lui permet d'emporter les autres personnages du roman vers un Ailleurs et un Inconnu presque démoniaques.Thérèse Raquin est le premier grand roman du jeune Zola, il a 27 ans. Ce roman a d'abord paru en feuilletons dans un journal et Zola a su par un découpage habile de son texte, réveiller l'attention et piquer la curiosité du lecteur. La publication de ce roman est un succès d'estime et de scandale. Un succès d'estime, car très bien accueilli par ses nombreuses amitiés littéraires et artistiques et un scandale, car cet ouvrage est traitée de "littérature putride", de ne décrire que des scènes obscènes. On traite l'auteur de Thérèse Raquin d'un "misérable hystérique qui se plaît à étaler des pornographies".

Né à Paris en 1840, fils d'un Italien naturalisé. Emile Zola fait ses études à Aix-en-Provence où il se lie d'amitié avec Paul Cézanne, puis à Paris où il les abandonne. Il connaît la misère avant d'entrer chez Hachette pour ficeler des paquets. Il se fait remarquer par son intelligence et se voit confier le service de la publicité. Il débute dans le journalisme avec des feuilletons et des articles virulents en faveur de Manet.

Admirateur des Goncourt, il évolue assez vite vers le "réalisme" et même le "naturalisme" qui se manifeste déjà dans Thérèse Raquin, son premier chef d'oeuvre en 1867.

Entre 1870 et 1898, au prix d'un travail régulier, il publie en moyenne un roman par an : les 20 volumes des Rougon-Macquart, L'Assommoir, Nana, Germinal, La Bête humaine, parmi les plus importants.

Autour de Zola se groupent alors des écrivains de "l'école naturaliste" : ils se réunissent et publient en commun des nouvelles : parmi eux Maupassant. L'école naturaliste prétend appliquer à l'étude des réalités humaines la méthode des sciences expérimentales et s'attache surtout à peindre les milieux populaires et même les bas-fonds.

Pour écrire ses livres, Zola s'est énormément documenté et ses enquêtes sur le monde du travail l'ont conduit au "socialisme" et il s'engage dans le mêlée politique et sociale. Convaincu de l'innocence de Dreyfus (soldat juif accusé d'espionnage), il publie un vibrant article en sa faveur "J'accuse". Pour cela, il est condamné à un an de prison et perd la Légion d'Honneur. Il doit s'exiler en

...

Télécharger au format  txt (3.4 Kb)   pdf (61.3 Kb)   docx (9.3 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com