LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Stupeur Et Tremblement D'Amélie Nothomb

Mémoire : Stupeur Et Tremblement D'Amélie Nothomb. Recherche parmi 259 000+ dissertations

Par   •  15 Janvier 2014  •  966 Mots (4 Pages)  •  5 828 Vues

Page 1 sur 4

Dans le roman Stupeur et tremblement d’Amélie Nothomb, nous pouvons prendre connaissance d’une histoire vraie. Ce roman est de genre autobiographique et critique la culture japonaise. Il fait partie du courant littéraire du postmodernisme puis il a été publié à Paris en 1999. Une jeune femme retourne au Japon où elle est née afin de s’identifier à ce pays, mais les gens de ce pays semblent refuser d’y accorder cette identité tant espérer. Au Japon, les employés doivent absolument obéir aux supérieurs sans prendre trop d’initiatives. Nous allons montrer que le roman Stupeur et tremblements d’Amélie Nothomb comporte une triple quête identitaire dont une individualité, une féminité particulière et une identité d’écrivain.

D’abord, il y a présence d’individualité. Amélie aurait aimé être japonaise, alors elle leurs accordaient grand respect puis elle était ouverte à tous même jusqu’à se diminuer. : «Non seulement il m’accordait ma chance, mais en plus, il ne me donnait aucune instruction : il me laissait donc carte blanche ce qui au Japon, est exceptionnel.» (p. 33) En utilisant le procédé de la gradation ascendante, l’auteur veut éveiller le lecteur afin qu’il comprenne la chance qu’Amélie croyait avoir. On pourrait comparer cette chance à l’utopie.

Ensuite, Amélie est reconnaissante envers les employés de Yumimoto puis cela la valorisait. Elle connaissait leur nom et leur date de naissance par cœur alors, elle leurs souhaitaient un joyeux anniversaire à chacun d’eux : «Ensuite, je découvrais que je n’avais pas étudié par cœur la liste Yumimoto pour rien : je pouvais non seulement identifier les moindres des employés, mais aussi profiter de ma tâche pour, le cas échéant, leur souhaiter un excellent anniversaire, à eux ou à leur épouse ou progéniture.» (p. 25) Grâce à la gradation ascendante, le lecteur peut comprendre l’importance d’éprouver de la reconnaissance envers les employés et leur famille de la part d’Amélie.

D’abord, il y a présence de féminité parce qu’Amélie semble admirer sa supérieure étant donné qu’elle ne se trouve pas belle elle-même : «Elle avait le plus beau nez du monde, le nez japonais, ce nez inimitable, aux narines délicates et reconnaissables entre mille.» (P. 14) En utilisant l’hyperbole et la répétition du mot nez, on attire le regard du lecteur vers les traits physiques de Fubuki, celle qu’Amélie admirait tant, car elle était japonaise et elle aussi aurait aimée l’être. Amélie se cherche une nouvelle identité, car Fubuki l’intimide et la détruit intérieurement par jalousie. Ce qui fait qu’Amélie ne s’aime pas physiquement.

Ensuite, on peut ressentir une sensibilité féminine parce que quand l’auteur parle d’Amélie, il y a des émotions précises. «Je m’accroupis dans un coin et me mis à pleurer des larmes analphabètes.» (p. 116) À l’aide de la métaphore, le lecteur peut sentir la tristesse d’Amélie quand elle fait de la comptabilité et en même temps en rire.

Finalement, il y a présence d’une identité d’écrivain parce que l’auteur utilise l’imaginaire afin de réussir à se faire comprendre. «Une ultime fois, je me jetais dans le vide. Je regardai mon corps tomber.» (P. 141) Cette métaphore sert à attirer l’attention du lecteur sur le fait

...

Télécharger au format  txt (6 Kb)   pdf (82.2 Kb)   docx (10.2 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com