LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Quand le roman devient-il reflet de la société ? Quand ne l'est-il pas ? Pourquoi ?

Dissertation : Quand le roman devient-il reflet de la société ? Quand ne l'est-il pas ? Pourquoi ?. Recherche parmi 280 000+ dissertations

Par   •  13 Décembre 2012  •  Dissertation  •  2 184 Mots (9 Pages)  •  1 912 Vues

Page 1 sur 9

Le roman est l’histoire de personnages inséparables d’un environnement social avec lequel ils entretiennent des rapports divers. La place qu’ils occupent, identifiable à leurs actions, à leurs choix, et à leurs sentiments, permet de comprendre les idées, les idéologies et les valeurs dont ils sont porteurs. Les relations entre les personnages et la société sont révélées à travers des portraits, des actions, des paroles, des réflexions : on peut alors remarquer à quel point les personnages sont les témoins et les reflets d’une époque. Il existe beaucoup d’affirmations qui disent que le roman est le reflet de la société, mais qu’en est-il véritablement?

Pour pouvoir répondre à ce sujet il nous faut se poser la question : quand est-ce que le roman est-il le reflet de la société, quand est-ce que ne l’est-il pas et pourquoi?

Afin de traiter cette problématique, nous allons procéder par étapes. Dans un premier temps, nous verrons que le roman est effectivement le reflet de la société en nous appuyant sur des romans réalistes, des romans comportant des histoires vécues, mais aussi des romans historiques, philosophiques et sociaux. Par après, nous allons démontrer que le roman n’est pas toujours le reflet de la société comme par exemple les romans fantastiques et de science-fiction, les romans policiers, mais également

les romans traitant d’aventures qui ne portent seulement sur la bourgeoisie et non pas l’ensemble de la société.

Pour débuter, nous pouvons noter que les auteurs de romans réalistes tel que Zola dépeignent le mieux la société telle qu’elle est, sans idéalisation, en s’appuyant sur les classe moyennes et populaires, soit, la majorité de la population. Ces romans abordent des sujets récurrents comme le travail salarié et les affrontements sociaux. Emile Zola, qui est le chef de file du naturalisme, issu du réalisme, nous décrit une flopée de personnages tous différents dans l’Argent. Presque toutes les tranches d’âges y sont représentées. Les aventures de Saccard et son projet de «Banque Universelle» implique beaucoup de personnages. Tous ont un caractère différent. Cela permet au lecteur de s’identifier à un personnage vu que les comportements et les façon d’agir de penser y sont très réalistes. Pendant une longue période, Zola a analysé la société de Paris et en particulier la société autour de la Bourse de Paris. Il en a conclu que la majorité du peuple ne pensait que à l’argent et la fortune comme Saccard, ses associés et Gundermann tandis que certains comme Sigismond, un communiste, essayaient de détruire l’argent. En effet, dans ce roman Zola a réussi a refléter la société grâce à ses longues observations

sur place tout en restant objectif. Dans l’Assommoir, ce roman également écrit par Zola, est consacré au monde ouvrier. Selon lui ce fut «le premier roman sur le peuple, qui ne mente pas et qui ait l’odeur du peuple». Dans ce roman Emile Zola restitue la langue et les moeurs des ouvriers qui représentent la majorité de la population. Il y décrit les ravages causés par la misère et l’alcoolisme. Ce roman est tellement réaliste qu’il est jugé trop «cru». Toute fois, la société ouvrière de la fin du 19ème siècle y est parfaitement dessinée, c’est ce qui entraîne le grand succès de ce livre.

Cependant, il n’y a pas seulement les romans issus des mouvements réalistes et naturalistes qui reflètent la société, mais aussi les romans dont l’auteur raconte une histoire qu’il a vécu. L’auteur peut donc parfaitement nous décrire la société puisqu’il était présent. Albert Camus nous raconte dans la Peste, le drame d’une maladie très contagieuse et mortelle, c'est-à-dire la peste, qui a assiégé la ville d’Oran pendant neuf mois. Camus qui écrivait sous le nom de Rieux dans ce roman, nous montrent comment les habitants oranais réagissaient face à la peste, ce qu’ils en pensaient et comment ils agissaient véritablement. Comme Camus avait assisté à cet évènement et comme il était objectif, la description de la société

ou plutôt de son entourage -c'est-à-dire Tarrou, Grand, Paneloux, Rambert, Cottard- ne pouvait pas être plus réelle puisqu’il était tous les jours en relation avec ces personnages. Camus, en tant que philosophe est allé plus loin que la description, il a analysé le comportement de la société. L’idéologie de la population oranaise est donc d’autant plus mis en avant. D’autre part, le roman de Irène Némirovsky Suite française, traite de la 2nde guerre mondiale et nous aide à comprendre les comportements humains en temps de crise. Certains sont très généreux et solidaires comme les Michaud et Philippe Péricand, d’autre sont très courageux comme Hubert Péricand. A l’inverse de Hubert, le reste de la famille Péricand est égoïste et ne cherche qu’à se sortir de cette folie. Charles Langelet et Gabriel Corte sont de la même espèce, c'est-à-dire ils essayent de trouver leur bonheur individuel sans prendre précaution du reste du peuple. Par l’intermédiaire de ce roman, Irène Némirovsky nous fait découvrir les vrais caractères de la société parisienne dans des temps ou il est nécessaire d’être solidaire. Les descriptions sont d’autant plus vraisemblables puisque l’auteur a vécu l’histoire.

Quelques romans historiques, sociaux et philosophiques ont eux aussi un rôle de miroir de la société, tel que Les Misérables de

Victor Hugo. Les romans sociaux et philosophiques se spécialisent sur la société en s'appuyant sur de longues analyses et de longues réflexions à propos de celle-ci. Le reflet de la société y est donc le principal sujet. Le roman historique prend pour toile de fond un épisode de l'histoire et mêle généralement des personnages réels et fictifs. L' écrivain de roman historique ne remet en cause aucune notion, n' invente aucun événement, ne crée aucun univers, il se contente de réécrire l' histoire. Ce type de roman est donc très réaliste et reprend ainsi bien le comportement de la société. Le roman Les Misérables, qui est à la fois un roman historique, philosophique et social, est une peinture très précise de la vie en France et du Paris pauvre du début de XIXème siècle. Il dépeint la bataille de Waterloo, l’émeute de Paris en juin 1832 et les aventures de Jean Valjean. Les quartiers populaires de Paris sont longuement décrits. L’intention de Hugo est de nous ouvrir les yeux sur le peuple travailleur et pauvre qui est rarement cité dans les romans à son époque, au lieu de nous refléter la haute société, la bourgeoisie et la noblesse qui baignent dans le luxe et dans leurs passions.

...

Télécharger au format  txt (13.6 Kb)   pdf (136.8 Kb)   docx (12.9 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com