LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Marivaux Jeu De L'amour Et Du Hasard Scène D'aveu Arlequin

Mémoires Gratuits : Marivaux Jeu De L'amour Et Du Hasard Scène D'aveu Arlequin. Recherche parmi 265 000+ dissertations

Par   •  30 Janvier 2012  •  1 166 Mots (5 Pages)  •  2 529 Vues

Page 1 sur 5

commentaire Marivaux

Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux est un écrivain français né en 1688. Homme solitaire et discret, longtemps mal compris, il fut un journaliste, un romancier, mais surtout un auteur dramatique. Marivaux appartient au mouvement du classicisme , ce dernier désigne les auteurs de la seconde moitié du XVIIe siècle, siècle d’or de la littérature, qui développent une esthétique fondée sur l’idéal de perfection. ce mouvement se situe environ lors de la première partie du règne personnel de Louis XIV ,le classicisme possède un ensemble de règles établies par des théoriciens. Il devient un modèle artistique à suivre. Cet extrait du Jeu de L'amour et du hasard de Marivaux est écrit en 1730. Cet extrait prend la forme d'une scène d'aveu dans laquelle Arlequin et Lisette vont dévoiler leur identités respectives, ces aveu transparaissent a travers le comique de situation, le quiproquo et le comique de langage.pour aboutir à l'aveu de Arlequin ainsi, la scène s'achève sur un deuxième aveu symétrique du premier, l'aveu de Lisette. Nous traiterons la question suivante : en quoi cette scène est elle une parodie de scène d'aveu? Dans un premier temps nous nous intéresserons à une parodie de scène d'aveu pour dans un second temps nous verrons que les valets sont rattrapés par leur conditions sociale

Dans un premier temps on va s'intéresser à une parodie de scène d'aveu en effet, au début de la scène, le quiproquo règne en maître, et impose aux valets une courtoisie ainsi qu'une imitation du badinage en imitant le langage de leur maitres. Celle-ci est marquée en particulier par le vouvoiement "je vous vois et je ne vous quitte plus","il faut vous avouer, monsieur", "et vous ne devez point douter de ma tendresse" l'imitation du badinage crée un effet comique de pars des hyperboles et des répliques surjoués "Comment donc, ma chère âme, élixir de mon coeur, avez vous entrepris la fin de ma vie?","Enfin ma reine, je vous vois et je ne vous quitte plus" . Il y as ensuite une demande en mariage "Mais vous me pressiez sur votre mariage","j'ai son aveu pour lui demander quand vous la voudrais" le dialogue s'oriente vers l'aveu en trois étapes. La première, ralentie par Arlequin, le conduit finalement à révéler son identité à Lisette "eh voila ou git le lièvre","aie aie vous m'ôtez ma couverture", on peut voir que Arlequin ne maitrise pas le langage de ses maitres "je vous prend sans marchander". La deuxième étape plus riche nous livre les réactions de Lisette "Faquin","il y as une heure que je lui demande grâce, et que je m'épuise en humiliés pour cet animal-là", "il n'y as plus que ce parti-là à prendre… Va,va ma gloire te pardonne ; elle est de bonne composition. et la surprise comique d'Arlequin de n'être pas chassé par sa "charitable dame","tout de bon, charitable dame? ah! que mon amour vous promet de reconnaissance!". Tout s'explique dans la troisième étape lorsque Lisette se démasque à son tour "touche là , Arlequin ; je suis prise pour dupe. Le soldat d'antichambre de Monsieur vaut bien la coiffeuse de Madame". Marivaux dans ce double aveu utilise à la fois le contraste et la symétrie. Lisette se distingue d'Arlequin par sa finesse. La symétrie produit ainsi un effet comique , ainsi, a travers cet aveu, Arlequin et Lisette sont rattrapés par leur condition sociale le tout maitrisé par Marivaux par le quiproquo, ainsi, le doute va subsisté jusqu'à l'aveu de Lisette. Ce sont donc des valets rattrapés par leur conditions sociale que nous allons étudier.

Dans un second temps on va étudier comment les valet sont rattrapés par

...

Télécharger au format  txt (7.1 Kb)   pdf (88.5 Kb)   docx (10.7 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com